L'envie de changer les choses

Ici commence mon «aventure» sur Mediapart : j'ouvre mon blog. Et par politesse, voici une petite présentation avant d'attaquer avec des vrais articles.

     Bonjour, enchanté, je me présente : Rémi Salvador, tout fraîchement débarqué sur MediaPart. J’ai 17 ans, toujours au lycée dans une Terminale ES qui me passionne sur les leçons d’histoire de la presse et les études des classes sociales mais qui me débecte sur ces théorèmes de maths à la con. Et avec ça, je commence à sentir que je trouve ma place dans ce monde : je me sens capable et j’ai envie de réussir ma vie, de me dire que j’aurai fait quelque chose d’important.

     Forcément, à 17 ans je n’apprends rien à personne : on veut changer le monde et renverser le système capitaliste. Tout nous paraît inégal, injuste, et ce depuis la classe de CP jusqu’à la pauvreté dans le monde. Et pour le coup, c’est plus qu’une impression : ce monde est cruel. En écoutant tout ce qu’il se passe sur Terre et en France en ce moment (manifestations réprimées de plus en plus violemment, une précarité qui se généralise, médias menteurs arrangeant la vérité,…), je ne peux qu’imaginer la prochaine décennie comme celle de la Terreur. Tout se forme tranquillement dans une dynamique qu’il est légitime de qualifier de terrifiante. Et si ce monde est cruel, c’est sûr qu’il y en a d’autres, faut changer les choses. (cette dernière phrase c’est de Vald dans sa chanson Rappel)(elle est très cool, je vous la conseille) Ceux qui changeront les choses, c'est nous, c'est cette nouvelle génération (la "X", la "K", la "Alphas", la "Xennials" : les jeunes quoi) qui en a ras le cul que ce soit les vieux cons qui décident tout au dépend de tous et de la planète (je simplifie un peu mais vous saisissez l'idée)

     J’ai été éduqué dans une famille qu’on dit de la « classe moyenne » (même si ça veut plus dire grand-chose tant les situations de « classe moyenne » sont devenues variées, comme le dit le sociologue Henri Mendras (parce que oui j’ai de la culture un peu quand même) : un père cheminot syndiqué CGT et une mère aide-soignante, qui ont leurs idées politiques, qui n’ont pas manqué de nous abreuver tous les repas du « Petit journal » et des « Guignols de l’info » dès le plus jeune âge, ce qui m’a permis d’avoir une porte d’entrée dans l’intérêt que je porte à ce monde corrompu qu’est la politique, la sociologie et d’autres trucs dans le genre. 

     Et c’est avec cette folle envie de changer les choses qui m’habite et me nourrit depuis quelques mois que j’envisage sérieusement des métiers dans le journalisme, dans l’information, dans le divertissement, (comme le font plus ou moins Roman Frayssinet, Kyan Khojandi, Yann Barthès, Coluche, Usul qui officie merveilleusement bien sur ce fabuleux journal). C’est pourquoi je me lance dans l’ouverture de ce blog dans cette section « Le Club », qui me permettra de m’exprimer sur tout un tas de sujet, de m’entraîner à rédiger, d'échanger avec vous, d'exposer des observations.

     J’aborderai pleins de sujets, des supermarchés à la meilleure éducation à donner pour que la crise d’adolescence de son enfant soit la plus explosive possible ou encore à pourquoi, en moyenne un escalier possède quinze marches, mais aussi de la génération qui fait l’humour aujourd’hui sur internet depuis dix ans, l’incompréhension qu’ils suscitent chez les « boomers » et la génération X (nos parents, en gros) et l’incapacité de ces derniers à comprendre que les générations se succèdent et qu’à chaque fois celle d’avant prône que c’était mieux avant et ça crée un schéma qui se répète sans cesse et du coup y’a un conflit sous-jacent perpétuel entre générations, et c’est pénible . (j’aurai pu dire conflits des générations, ça aurait été plus court et plus compréhensible).

    J’aurai sûrement tendance à divaguer, à être flou, confus, à ne pas être sûr de moi, à beaucoup utiliser « je », à dire des choses sûrement essentielles et je m’en excuse, en tout cas je ferai de mon mieux pour m’améliorer, tout ça dans la démarche la plus sincère et passionnée possible. J’ouvre un peu mon cœur en ouvrant ce blog, en espérant tenir la régularité (on se verra une fois par semaine minimum)

Passez une bonne journée, merci de m'avoir lu, la suite arrive très bientôt, passez une très bonne semaine.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.