Rémy Beurion
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juil. 2013

Hommage à Léo Ferré...

Rémy Beurion
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'ai connu Ferré dans un bruit de vague, en Normandie. A Dieppe. Des vacances familiales, très rares, ont bordé mes 13 ou 14 ans d'un séjour chez une tante, en haut de la ville, dans la cité des Marins. Dans la chambre où je dormais, un cassette de Léo Ferré ouvrait sa boîte en plastique comme une bouche qui me dirait des choses que je n'avais jamais entendu. J'ai écouté la cassette. J'ai basculé. Jamais je n'ai retrouvé l'autre bout de mon enfance, perdu dans ce dédale de mots, dans ce labyrinthe de musique dans lequel une voix, bordel, cette voix m'avait harponné.

A 13 ans, on n'aime pas forcément Ferré, cette noirceur lumineuse où patauge le génie de la langue. Mais chez lui, j'ai trouvé le grand-père qui mettait du sirop sur les phrases que je rêvais d'écrire moi-même. Un grand-père aux cheveux d'argent qui glisserait, surhumain, sur une vague de Dieppe. Ce jour-là, j'ai mis des galets dans mes poches. Je suis devenu l'enfant de la dernière adresse, celle de Léo Ferré, monument granitique sur lequel j'ai grimpé ma joie et j'ai dû, aussi, hisser ma peine d'ado larmoyant.

Je rêvais d'être poète professionnel, le genre de type qui vivrait de sa plume. Un prof de lettres, en classe de seconde, a pris une chanson Les poètes. Il nous a demandés un commentaire composé. Ferré était déjà un familier, mais allez expliquer les mots de Léo. Allez bavasser le sens de ses phrases, trouver dans ce magma psychanalitique, le filon doré qui donne sens au texte. Tout donne sens chez Ferré. L'apparente anarchie des mots n'est autre qu'une construction déconstruite d'une langue bourrée d'amour pour la langue justement. Un jour, j'ai écouté Préface, sur la chaîne puissante de mon frère. A fond. Les enceintes gueulaient jusque dans la rue et comme sa chambre était à l'étage, tout le quartier suintait de Ferré. Préface. Foutu texte. Qui coule dans mes veines. A l'école de la poésie, on n'écrit pas, on se bat. Quel pirate cet anarcho. Je l'ai vu, une fois, à Bourges. Lui et son piano. J'en respire encore les pauses d'un silence sépulcral. Voir Ferré, c'est après la claque de Dieppe, prendre le coup de poing de sa vie. Qu'on m'enlève toute la musique, sauf la sienne. Qu'on m'enlève tous les mots, sauf les siens. Un jour de 1993, j'apprends que Ferré est mort. Je suis dans le sud, sous le soleil craquant. Un journal, Le monde libertaire, en fait sa une, bien sûr. Je deviens un tant soit peu anarchiste. Un tant soit peu Ferré. Il est mort et après. Depuis mes 13 ou 14 ans, Léo Ferré est une matière dont je suis fait. La matière Ferré est le ciment de toutes les écritures qui se respectent, les écritures qui tirent sur les bords, qui prennent des mots pour en faire d'autres. Qui avancent avec le souci de tout emporter avec eux. Je découvre encore, je me délecte. Je ferme les yeux. J'ai 13 ou 14 ans, dans une chambre de Dieppe où, dans le silence de la nuit, on entend la Mémoire et le mer. Ce jour-là, j'ai poussé un cri intérieur, celui qui devient vital. Le cri de la seconde chance. A cet instant, j'ai su, la vibrante ondulation du mot qui prend son sens. Tout comme le violon prend le sien avec l'archet qui le touche....

Pierre-Philippe Béranger organisera, samedi 13 juillet, la 3e nuit Léo Ferré à Vierzon (Cher). Un hommage à l'artiste mort un 14 juillet, il y a tout juste vingt ans. Quatre artistes se succèderont sur la scène de Chez Ber, rue des Pillots pour chanter Ferré. On retrouvera Alain Meillant, Christiane Courvoisier, Michel Hermon et Philippe Guillard avant le bal qui finira la nuit. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra