Je n'ai perdu personne, je n'ai pas pris de balle

Je n'ai perdu personne, je n'ai pas pris de balle,
Non, je n'ai pas couru avec la mort aux trousses,
Je n'ai pas entendu les coups qui ont fait mal
Et je n'ai pas pleuré, essoré par la frousse.
Je n'ai pas erré, fou, dans les rues de Paris
Et je n'ai pas crié le nom de mes amis
Disparus un instant, disparus pour toujours,
Je n'ai pas vu le sang baigné l'esprit du jour.
Je n'ai pas écrasé ma voix pour que l'on m'aide,
Et je n'ai pas non plus prié pour que j'en sorte,
Je ne me suis pas dit que sur la corde raide
Le néant m'ouvrait grand la plus lourde des portes.
Je n'ai pas essayé de fuir entre les morts
Qui jonchaient le sol mou comme des pierres humaines,
Je ne me suis pas dit "oh quel putain de sort"
Me réserve ce soir ce vaste élan de haine.
Non je n'ai rien vécu de cette nuit d'horreur
Que la procuration d'un écran de télé.
Je n'ai pas côtoyé la poudre du malheur
Qui pourtant brûle en moi à m'en faire crier.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.