Est-ce qu'on vous pompe l'air avec le fait qu'on ne croit pas ?

Riss l'écrit parfaitement bien dans Charlie-Hebdo : "durant ces trois jours tragiques, beaucoup de mots ont été prononcés. Sauf un seul "religion". Religion est devenu un mot encombrant. personne n'ose le dire, mais tout le monde a compris que c'est la religion qui a motivé ces tueurs et pas des considérations géopolitiques bidon."

La religion, voilà le vrai poison. Comme tout, un excès de religion peut tuer. Sauf que ce n'est pas nouveau. Ça ne date pas d'hier, cette envie de diriger le monde, non pas de la plus démocratique des façons mais de la plus religieuse des façons. Aucune d'elles n'est à l'abri de l'excès. Mais aucune d'elle non plus ne veut rappeler ses ouailles à la place qui est la leur. Il ne suffit pas de bouffer du curé ou de l'imam pour le plaisir, il s'agit de rappeler une évidence que notre société oublie car elle oublie, en cela, le vilain gros mot qu'on n'ose plus prononcer : "laïcité". Et que la liberté de culte, ce n'est pas la liberté de farcir, de force, des crânes avec des idioties, c'est comprendre que la religion doit être humble et que, parce qu'elle n'arrive pas à convaincre de nouveaux fidèles, elle ne doit pas retourner la religion comme une arme politique. Les extrémistes nuisent aux croyants lambda. Mais ce sont ces derniers qui doivent aussi faire le travail et comprendre que la religion ne regarde qu'eux. Il y a assez de motifs pour s'entre-déchirer sans que la religion, avec toutes les incertitudes qu'elle véhicule, n'en rajoute. Ce n'est pas parce que la bible existe que forcément Dieu existe aussi. Dieu n'existe que pour celles et ceux qui y croient. C'est différent de croire en quelque chose qui existe que de considérer que quelque chose existe parce que l'on y croit !

Et comme le dit aussi Riss, les fous utilisent ensuite la religion "comme une arme de guerre". Mais le pire, on l'a vu au moment des attentats du 15 janvier, c'est que la religion se réfugie derrière le paravent du sacré pour devenir alors intouchable. Alors qu'elle est et quelle doit être critiquable car elle est critiquable, comme n'importe quel courant de pensée. La religion n'est pas un courant de pensée supérieure. C'est un courant de pensée comme d'autres.

Bien sûr, pas question de mettre les croyants du monde entier sur le même pied de barbarie que les terroristes du 15 janvier et du 13 novembre. Mais dans toute croyance, il y a cette envie de convaincre à tout prix, de convertir, cette envie que les autres voient le monde comme le voit les croyants. Le prosélytisme est parfois vicieux. Mais est-ce utile à notre société de faire de la religion, une actrice de la sphère publique ? Il y a trop de religion dans la sphère publique, trop de religion dans tout. La religion doit être l'expression de sa propre intimité. Alors, avant les attentats, on voyait circuler des pétitions pour autoriser les crèches dans les mairies ? Mais qu'est-ce qu'on s'en fout des crèches dans les mairies. Est-ce utile ? Quand est-ce que les croyants de toutes les religions vont comprendre que l'on s'en fout de voir que vous croyez ! Arrêtez de nous bassiner avec nos traditions. On baptise encore les enfants de force, sans leur demander leur avis ! C'est de la liberté ça ? Comment fait-on pour se débaptiser ? Se déchristianiser ?

Croyez dans votre coin, c'est votre liberté et votre droit le plus strict, décorez vos maisons, vos intérieurs avec vos farces mais n'obligez pas les autres à comprendre que vous avez la foi et à l'étaler d'une façon ou d'une autre. Surtout face à ceux qui ne l'ont pas ! Est-ce qu'on vous emmerde avec nos gris-gris d'athées, pour la bonne raison que l'athéisme ne se voit pas, on devrait vous montrer aussi qu'on ne croit pas ?

La religion doit rester dans son coin. On voit ce quelle est capable de faire et de ne pas faire. Allez à l'église, allez à la mosquées, allez au temple, à la synagogue, allez-y mais expliquez-nous votre volonté compulsive à revêtir on ne sait quels signes distinctifs pour nous balancer, en pleine face, votre croyance ? Et affirmer ainsi votre différence ? N'est-on pas assez différent qu'il faille que vous en rajoutiez ? Vous voulez savoir quoi ? On s'en fout ! Soyez des êtres humains avant tout. Déjà qu'on ne s'entend pas entre nous, alors arrêtez avec vos fables.

Priez autant que vous voulez, mangez l'hostie, lisez le Coran, la Bible, le reste. Mais ne forcez pas les autres à voir le monde comme le voyez. La religion est une option. Nous la respectons car la liberté fondamentale est aussi celle de croire. Alors, si la société vous permet de croire, n'abusez pas de cette liberté. Et vous verrez, le monde tournera mieux. La parole religieuse est l'une des paroles. Mais pas LA parole. Il y a assez de la politique, des intérêts particuliers, des peuples si différents, de la soif des uns à dominer les autres sans qu'en plus, il faille gérer un truc dont on attend fermement la preuve de l'existence.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.