TOURTES ET TOURTIERES

Lettre ouverte à un VRP de la politique.

 

TOURTES ET TOURTIÈRES

 Lettre ouverte à un VRP de la politique 

 

Cher Monsieur Arnaud DEVILLIERS,

Vous titrez ainsi votre billet du 2 mars 2017 : 

« Je serais le député VRP du territoire !!! » 

Pourquoi ce conditionnel puisque vous revendiquez ce titre de gloire à chacune de vos interventions ?

Ainsi dans le journal Sud-Ouest, édition du 20 janvier 2017 :

« Il se rêve "VRP du territoire", en dehors des partis. Arnaud DEVILLIERS, maire de Penne d’Agenais depuis 2008 a officialisé ce vendredi sa candidature aux élections législatives de juin dans la 3ème circonscription. »

Vous persistez lors de votre interview par Radio 4 le 23 janvier : 

« Un député, c’est un facilitateur ; c’est un VRP pour le territoire. Il va le défendre à Paris. » 

Vous récidivez le 30 janvier auprès de Tournon Reporter : 

« Je souhaite être le candidat du territoire, celui qui sera le véritable VRP de la circonscription, loin des clivages partisans. » 

Enfin, vous concluez fièrement votre réponse du 2 mars :

« Alors oui !!! Je serai le député VRP du territoire !!! J’assume et même… Je revendique !!! »

 

Pour ma part, j’assume totalement mes propos reproduits le 28 février 2017 par Sud-Ouest et par La Dépêche du Midi.

Le député, bien qu’élu dans un cadre géographique restreint, sa circonscription, est l’élu de la Nation et parle au nom de l’intérêt général. Le rôle premier du député est donc de voter les lois (propositions du Parlement ou projets du Gouvernement) et de contrôler l’action du Gouvernement. L’article 34 de la Constitution de 1958 en dispose ainsi : « La loi est votée par le Parlement. » 

Si les députés se considèrent par ailleurs comme les représentants de leur circonscription dans l’hémicycle, chargés de se faire l’écho des préoccupations propres à leur territoire, cette seconde mission, sans base constitutionnelle, ne peut être qu’accessoire et subordonnée.

Il existe bien une hiérarchie des normes et c’est la Constitution qui prime.

En outre, la notion de VRP, sigle de voyageur représentant placier, désigne selon le dictionnaire Larousse un « représentant de commerce qui voyage, prospecte la clientèle et reçoit les commandes pour le compte de une ou plusieurs entreprises ». 

Cette notion se rapporte au commerce de droit privé. Elle est tout à fait inappropriée s’agissant des nobles missions de service public que doit assumer le député, surtout en cette période où les conflits d’intérêts et emplois fictifs polluent le débat démocratique. 

Par ailleurs, vous déformez mon propos en m’adressant cette critique :

« Pour vous le député ne doit s’occuper que de la loi… Le député ne doit pas s’enfermer dans une tour d’ivoire ! »

Cependant, l’article que vous critiquez évoque la lutte contre la fraude fiscale comme l’une de mes priorités, au même titre que les déserts médicaux et tout ce qui peut être source d’emploi. Mon discours rejoint ici votre argumentation sur votre terrain de prédilection : 

« Or, la mission du député, c’est de voter les lois qui concernent toute la France. Bien sûr, celle-ci peuvent trouver un écho au niveau local… » 

Et la lutte contre la désertification médicale, entre autres, constitue bien un enjeu majeur pour le territoire.

Je saluerais volontiers vos efforts de maire en partenariat pour la formation en CDD d’un an et l’embauche de jeunes aides soignants à l’Hôpital de Penne, en CDI. 

Mais, vous me semblez confondre le rôle d’un élu local avec celui d’un élu national. D’où l’intérêt à mes yeux d’interdire toute forme de cumul des mandats, dans l’espace comme dans le temps.

 

Pour conclure, je ne m’investirai pas davantage dans cette vaine polémique. Elle aura eu au moins le mérite de faire indirectement la promotion de la tourtière de Penne, digne concurrente de celle de Tournon.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Maire de Penne d’Agenais, Monsieur le Président de l’Hôpital de Penne d’agenais, Monsieur le Secrétaire général de la mairie de Tournon d’Agenais et Monsieur le candidat Député, l’assurance de ma considération distinguée. 

 

À Cassignas, le 4 mars 2017,

 

Rémy GARNIER… abonné au gaz.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.