INSONDABLE INCURIE!

INSONDABLE INCURIE!

Depuis le 4 décembre 2012, jour de la révélation du compte suisse de Jérôme CAHUZAC par  MEDIAPART, la campagne de dénigrement orchestrée par le Ministre délégué au Budget avec le concours de son avocat, Maître Gilles AUGUST et de l’agence de communication HAVAS (Ex EURO RSCG)) s’amplifie, relayée par l’ensemble des médias nationaux, journaux, hebdomadaires, radios et télévisions, en ligne ou traditionnels.

Pour avoir fait le travail pour lequel j’étais payé, je me vois affublé de noms d’oiseaux et qualificatifs insultants. Les premières attaques dans la presse viennent du Canard Enchaîné, dans son édition du 12 décembre 2012. Le Nouvel Observateur en ligne lance aussitôt une deuxième salve reprenant le jour même l’analyse du « canard » sans la moindre vérification. Enfin Le Journal du Dimanche porte l’estocade le 10 février 2013, générant une avalanche de commentaires.

Voici en vrac un florilège non exhaustif des appréciations portées par des journalistes et commentateurs divers qui reconnaîtront leur prose si besoin est :

Accusateur aux « propos délirants », auteur d’une « lettre de dénonciation », « balance déréglée », « Grand inquisiteur », ce fonctionnaire a perdu toute « crédibilité ».

En « conflit permanent » avec sa hiérarchie, il lance des « accusations tous azimuts » et fait des « révélations fantaisistes ».

« Petit inspecteur » qui « outrepasse ses droits », mené par des « lettres anonymes sur fond de dénonciation et de délation », il fait penser au superbe film "Le Corbeau" tourné par Henri-Georges CLOUZOT en 1943.

Inspecteur « manipulé et cramé », « paranoïaque dangereux », complètement « à l’ouest », ce membre d’un « trio aux intérêts convergents contre le ministre » est visé par l’« enquête sur un vol de corbeaux ».

J’en passe et j’en oublie. L’outrance de tels propos dictés par les communicants du Ministre dans leur stratégie de l’écran de fumée vise à étouffer une criante vérité. Mais le vent tourne et la fumée se dissipe. Je rappelle donc cette mise en garde lancée à mes censeurs par ce mémoire du 13 février 2009 justement intitulé

« Avertissement contre l’abus de sanctions »

Je m'adresse alors au Ministre du Budget, un certain Eric WOERTH pour dénoncer l'insondable incurie qui règne au sommet de son administration, coupable par ailleurs de graves entorses aux règles élémentaires de la déontologie.

 Après avoir engagé une procédure disciplinaire abusive à mon encontre pour sanctionner la simple consultation du dossier d'un élu local (et de quelques cadres), la Direction générale a refusé d'ouvrir l'enquête qui s'imposait à la suite de mon premier mémoire en défense, intitulé "S'adonner à ADONIS,"et daté du 11 juin 2008. J'y révélais pourtant l'existence probable du compte en Suisse ouvert par Jérôme CAHUZAC, le financement non élucidé de son appartement de Breteuil, en lien avec ses activités passées au Cabinet du Ministre des affaires sociales,  et diverses anomalies apparentes de son dossier fiscal...

Les hauts responsables de cette noble Administration ont préféré enterrer l'affaire pour mieux jutifier l'avertissement disciplinaire qui m'a été infligé par arrêté ministériel du 17 décembre 2008.

Ne m'étant jamais abrité derrière l'anonymat, j'estime que ces zélés fonctionnaires doivent être nommément désignés:

- M. Joseph JOCHUM, Directeur du contrôle fiscal Sud-Ouest requiert cet avertissement dans son rapport du 19 juin 2008 à M. Philippe PARINI, Directeur général des finances publiques;

- M. Philippe RAMBAL, Directeur adjoint au Directeur général susnommé, signe l'arrêté ministériel par délégation;

- M. Jean-Guy DINET, successeur de M. JOCHUM, en tire des conséquences fâcheuses pour mon avenir...

La vérité en marche finira par triompher.

 

Que Maître AUGUST cesse de faire le clown!

Que son client CAHUZAC que rien n'impressionne en finisse avec ses explications délirantes!

Qu'il profite de sa retraite après démission pour écrire ses mémoires... en défense.

Que tous les cire-pompes de l'audiovisuel public et privé qui se prosternent devant le pouvoir quel qu'il soit, fassent enfin preuve d'humilité et de respect à l'égard des petits et sans grade, moins doués pour la reptation!

Que l'Administration fiscale en tire les conclusions qui s'imposent!

Pour finir , je remercie MEDIAPART, Fabrice ARFI et toute l'équipe pour l'accueil qu'ils m'ont réservé.

Et je remercie également les journalistes de SUD-OUEST qui n'ont jamais trahi mes propos en rendant courageusement compte du combat que je mène depuis plus de dix ans contre les représentants indignes de l'Administration qu'ils représentent.

A SUIVRE...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.