LES DEMENAGEURS

La déontologie appliquée par les donneurs de leçons...

 

AVEC THIERRY BRETON, ÇA DÉMÉNAGE! 

 

Privé-public, public-privé, la porosité de ces deux univers permet de multiples allers-retours et BRETON Thierrry est l’un des meilleurs spécialistes de ces transferts qui remplissent les carnets d’adresses, gonflent les parachutes dorés et les stocks d’options en vue de considérables plus-values, dans l’attente d’une retraite confortable et cumulable… 

Après l’échec retentissant de la candidature de Sylvie GOULARD à la Commission européenne, le Président Emmanuel MACRON a donc proposé celle du flamboyant Thierry BRETON.

Que l’on se rassure, Sylvie GOULARD, aussitôt nommée Gouverneur adjoint de la Banque de France, rejoindra à ce poste prestigieux François VILLEROY-de-GALHAU, le Gouverneur en chef.

Elle présente en effet toutes les garanties exigibles en macronie : écartée de la Commission européenne pour cause de possibles conflits d’intérêts et mise en examen du chef de détournement de fonds publics européens dans l’affaire des attachés parlementaires fictifs…

Quant au Gouverneur, nommé par François HOLLANDE en novembre 2015, il fut aussi Directeur général des impôts de février 2000 à août 2003, et responsable à ce titre de mon déplacement d’office du 25 octobre 2001 suivi d’une première "placardisation" dans le sillage de la sinistre affaire des prunes franches à Agen. Son précédent poste de Directeur général délégué de BNP PARIBAS (2011/2015) lui valut aussi les soupçons légitimes de conflit d’intérêt et l’hostilité d’une bonne centaine d’économistes.

Mais revenons à Thierry BRETON. Sa candidature à la Commission européenne a été validée à Bruxelles par les eurodéputés le jeudi 14 novembre 2019, lui offrant ainsi la jouissance d’un vaste portefeuille comprenant la politique industrielle, le marché intérieur, le numérique, la défense et l’espace.

À l’âge de 64 ans, c’est le couronnement d’une belle carrière au cours de laquelle il a amassé une immense fortune :

- Président de THOMSON de mars 1997 à septembre 2002 ;

- Président de FRANCE TÉLÉCOM d’octobre 2002 à février 2005 ;

- Ministre de l’Économie, des finances et de l’industrie du 25 février 2005 au 17 mai 2007 ;

- Président-directeur général d’ATOS SE de février 2009 à octobre 2019. 

Pour l’anecdote, le Parquet national financier a classé sans suite une enquête pour délit de favoritisme et prise illégale d’intérêt (encore !) dans le cadre des conditions d’attribution des marchés publics concernant le parc des radars automatiques. Cependant, l’association ANTICOR vient de relancer l’affaire en septembre dernier par le dépôt d’une plainte avec constitution de partie civile. À suivre… 

Mais, c’est en sa qualité de Ministre que j’ai eu l’occasion de l’interpeller le 22 mars 2005. Séduit par sa figure lunaire et sa crinière ébouriffée, j’ai cru voir en lui un poète en ce nouveau printemps.

C’est en effet à l’occasion du Printemps des poètes 2005 que j’ai proposé hors concours au Ministre en personne une illustration chimérique en vers d’une sombre histoire que vous replacerez dans son contexte prosaïque.

À l’époque, Thierry BRETON, ex-champion chez FRANCE TÉLÉCOM de la délocalisation « sur place », vient de grimper sur le trône laissé vacant par Hervé GAYMARD, son illustre prédécesseur à BERCY. Mon courrier recommandé, adressé au Ministre le 22 mars 2005 (AR postal du 25), ne suscite aucune réaction de sa part, du moins en apparence et dans l’immédiat. Étonnant non !

Je lui rappelle alors brièvement ma dramatique situation administrative par ces quelques phrases jetées en vrac sur le papier, pour introduire mon poème « hors compétition » : 

« Monsieur le Ministre de l’Économie,

des Finances et de l’Industrie, 

Exclu en été du monde vivant, je sors de longue hibernation, titillé par l’éveil du printemps et ses muses en ébullition.

Voici ma modeste contribution en forme de poème allégorique, respectant, hors compétition, le statut de la fonction publique.

Immolé par votre ministère, haut fait de prévarication, souffrez que je refuse de me taire, pour faire vibrer mes incantations

au printemps des poètes, bien sûr, où je défie, moi Rémy GARNIER, toutes les formes de censure afin que vive MYGAR Rainier. »

 

Ce préambule annonce bel et bien un message subliminal versifié, sous le titre « à tir(e) d’aile » qui s’inspire de la vérification par mes soins d’une singulière faisanderie spécialisée dans l’abattage en plein vol pour le plaisir obscène de viandards et charognards distingués.

Thierry BRETON ne réagit pas sur le champ. Mais un représentant de son ministère, dans un mémoire du 5 avril 2006, fustigera la diffusion de mes « poèmes satyriques (sic) » devant le Conseil supérieur de la fonction publique de l’état. Sans crainte du ridicule…

En dépit de la recommandation contraire de la Commission de recours, l’arrêté ministériel du 21 mars 2017 maintient la sanction de l’exclusion temporaire de fonctions qui m’avait été infligée par arrêté du 20 juillet 2004. Cette fois, les deux ministres de tutelle signent directement, sans délégation, leur décision, témoignant ainsi de l’importance et de l’exemplarité qu’ils entendent lui conférer.

Deux références en matière de déontologie :

- Thierry BRETON;

- Jean-François COPÉ. 

Finalement, la justice administrative annulera la sanction en 2009, puis en 2010 en appel, et j’obtiendrai en 2014 et en 2016 l’indemnisation du harcèlement moral subi durant une dizaine d’années.

 

À TIR(E) D'AILE

 

Tu rêves de rivages apaisants,

Volatile de Phase en Colchide,

Loin du champ de ces malfaisants

Promoteurs d’ébats avicides. 

*** 

Grise perdrix dans la volière,

Cousine de l’ocre Alectoris,

Cacabe ton ultime prière

À l’envol sous leurs tirs nourris ! 

*** 

Caille margotant sur canapé,

À poil quand tu t’encanailles,

Tu désespères tes sœurs dopées,

Plumes qui voltigent sous mitraille. 

*** 

Foutus phasianidés de tir,

Nés de la veille, pauvres perdreaux,

Bien incapables de mentir,

En proie à vos zélés bourreaux ! 

*** 

Au royaume de truanderie,

Les beaux faisans, les plus louches,

Plombent dans la faisanderie

Les faux pigeons comme des mouches. 

*** 

Pigeon roucoule, faisan criaille,

Perdrix cacabe, que fait la caille ?

Caille margote, faucon ripaille,

Fais-en autant, graine de racaille ! 

 

MYGAR Rainier, 20 mars 2005

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.