PENNE ET PLUMES

Agressivité, chicanerie, mauvaise foi, mépris de la culture, manque d’humour et tartufferie constituent les marques de fabrique sur Facebook de Michel DIEUDONNE, soutien d'Arnaud DEVILLIERS, Maire de Penne d'Agenais et candidat sans étiquette aux élections législatives sur la 3ème circonscription de Lot-et-Garonne, celle de Villeneuve-sur-Lot.

 

PENNE ET PLUMES

À quand le goudron ? 

 

Michel DIEUDONNÉ , volant au secours d’Arnaud DEVILLIERS le 7 mars 2017, n’hésite pas à tremper sa plume dans le vitriol.

Je livre ici un premier commentaire analytique de sa prose pour clouer le bec à ce fidèle du Maire de Penne d’Agenais.

Mon comportement qu’il ose mettre en doute, dans les affaires sensibles, FRANCE PRUNE et CAHUZAC, fera l’objet d’un second commentaire, en lien avec mon combat contre la Haute Administration fiscale et sobrement intitulé « Le parcours du combattant ».

Enfin, je tremperai ma rémige dans le bitume pour apporter un éclairage plus cru sur son idole d’édile sous ce titre poisseux : 

« Plumes et goudron » 

Dans l’immédiat, je réponds à ses critiques d’ordre général. 

Agressivité, chicanerie, mauvaise foi, mépris de la culture, manque d’humour et tartufferie constituent ses marques de fabrique. 

Le procédé est désormais bien rodé. M. DIEUDONNÉ m’accuse de manœuvres dont il use et abuse lui-même. Je réduis ici ses textes accusatoires en une seule phrase :

Le « Zorro du Lot-et-Garonne », « l’As de l’épée », « si agressif », au « caractère belliqueux » et « prétentieux », « veut toujours avoir raison » dans son « délire personnel », par sa « magnifique prescience », dans le seul but de « casser un autre prétendant à l’élection ».

Bigre, rien que ça ! Dans le cadre de cette polémique, je mets M. DIEUDONNÉ  au défi de trouver, au fil de mes réponses à ses attaques, des propos aussi désobligeants à son encontre. C’est pourtant lui qui m’accuse d’agressivité. 

Il veut jouer au plus malin. Eh bien polémiquons ! 

À Propos de la Constitution, il chipote sur le fait que j’ai « cité une phrase de l’article 34 au lieu de l’article 24 », ce qui, « de la part d’un juriste qui donne une leçon au candidat Arnaud Devilliers, n’est pas top ». 

En effet, j’ai cité l’article 34 de la Constitution dans sa rédaction de 1958, ainsi libellé : « La loi est votée par le Parlement. »

Alors que depuis la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008, il faut lire à l’article 24 : « Le Parlement vote la loi. »

Cherchez l’erreur ! Il n’y en a pas. Ma référence à l’origine de la Constitution souligne au contraire la continuité à cet égard du rôle du Parlement, depuis 1958 jusqu’à ce jour, en passant par la révision de 2008. Et toc !

 

J’incarne à ses yeux le comble de la prétention car j’utilise parfois des mots compliqués ou rares, des formules en latin, des références juridiques, historiques, culturelles etc. Haro sur le vilain prétentieux !

Il est vrai que je n’écris pas toujours pour le dernier de la classe, mais moi-même, si je tombe sur un mot ou une référence qui me sont inconnus, je fais l’effort d’en rechercher le sens, ne serait-ce qu’en ouvrant un dictionnaire… et cela m’arrive très souvent.

M. DIEUDONNÉ préfère sans doute un nivellement par le bas, vers le degré absolu de la nullité intellectuelle. Mais piqué au vif et sans souci de la contradiction, le voilà qui se réfère subitement à « la vertu » selon ARISTOTE pour me qualifier de prétentieux… le 5 mars 2017.

 

Au comble de l’incurie et de la mauvaise foi, M. DIEUDONNÉ se permet de critiquer mes propos repris dans un article consacré à l’officialisation de ma candidature, sans avoir lu cet article, au motif que sa reproduction par M. DEVILLIERS serait floue et illisible.

Et il me reproche d’avancer masqué, sans me déclarer candidat !!!

C’est bien dans la tradition des godillots inconditionnels et dévots !

Et après quatre jours de réflexion, il croit découvrir la signification de ma signature, « Rémy GARNIER… abonné au gaz. »

Cela signifierait « simple citoyen » par opposition à « candidat ».

Bravo ! Quelle apparente vivacité d’esprit ! Mais c’est encore raté !

Cela signifie plutôt « simple candidat » par opposition à « candidat VRP multicartes », bardé de titres et fonctions électives diverses.

 

Dépourvu d’humour, M. DIEUDONNÉ le bien nommé excelle dans les bondieuseries, les tartufferies et l’amour simulé de son prochain.

Ma signature ne le fait pas rire. C’est sûr, il n’est pas abonné au gaz hilarant !

Ma question à propos du pseudonyme « Le Livre » ne le déride pas davantage : « "Le Livre", est-ce la Bible ? »

Et il exècre ma conclusion pourtant pleine de piété.

« Deux pater et trois ave et tout sera pardonné. Amen ! »

C’était pour la rime inversée avec ses attaques « ad hominem ». 

« Vous trouvez ça drôle » s’insurge-t-il ? Tellement drôle que j’en ris encore face à sa réaction ou à la réplique du « Livre » :

« Le gaz vous est monté à la tête… Fermez les vannes ! »

« Le gaz part, les actions demeurent. » 

Ces gens là savent élever le débat, façon almanach Vermot.

 

Pardonnez-moi si j’ai été trop méchant, mais cet exercice littéraire me sert d’entraînement pour les futurs combats à mener dans cette circonscription difficile.Je le confesse, cela mérite punition :

Deux pater et trois ave

pour le vilain dépravé (rime riche !)

 

Rémy GARNIER

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.