Rémy P.
Etudiant en sciences politiques, histoire et sociologie.
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 févr. 2009

L’usage militaire du Jet Stream par les Japonais pendant la seconde guerre mondiale ou le projet Fugo.

Quand les Japonais découvrent le Jet Stream, c’est pour en faire un usage militaire. Et pour cause : L’Empire Nippon est en guerre, et ses ressources sont limitées. Dès 1942, ils sont sur la défensive et préparent une mauvaise surprise aux Américains : Ils leur envoient des ballons chargés d’explosifs. Une « invasion » silencieuse commence.

Rémy P.
Etudiant en sciences politiques, histoire et sociologie.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand les Japonais découvrent le Jet Stream, c’est pour en faire un usage militaire. Et pour cause : L’Empire Nippon est en guerre, et ses ressources sont limitées. Dès 1942, ils sont sur la défensive et préparent une mauvaise surprise aux Américains : Ils leur envoient des ballons chargés d’explosifs. Une « invasion » silencieuse commence.

Novembre 1941, les relations entre Japon et Etat Unis se dégradent. Ces derniers demandent aux nippons de se retirer de Chine et de l’Indochine, qu’ils occupent depuis peu. Les Japonais souhaitent que les Américains lèvent leur embargo sur l’acier et sur le pétrole et qu’ils arrêtent de soutenir la Chine. C’est l’impasse. Le 26 du même mois, les américains réclament aux Japonais de se retirer de l’Axe. Mais ceux-ci refusent et prennent cette demande comme un ultimatum. Le 7 décembre, l’aviation aéroportée nippone ravage le port militaire de Pearl Harbor et détruit les 8 cuirassés qui s’y trouvent. Logiquement, les Etats-Unis leur déclarent la guerre, mais subissent des revers dans tout l’Ouest du Pacifique. De l’hiver 1941 au printemps 1942, l’avancée japonaise est fulgurante. Elle est stoppée par les américains lors de deux batailles majeures : celle de la Mer de Corail et celle de Midway, le 4 juin 1942. Déjà, les Japonais sont sur la défensive 6 mois après le début des hostilités. Alors commence une incroyable entreprise de démoralisation contre les américains : le projet Fugo.

Le Yorktown en difficulté à Midway, avant d'être torpillé.

Ce projet consiste à larguer des ballons sur les Etats-Unis. Ces ballons sans équipage sont chargés de bombes incendiaires et explosives. Un mécanisme spécial doit les faire descendre et enclencher l’explosion. Ces explosions doivent provoquer des feux de forêt importants, afin de détourner la main d’œuvre et engendrer la panique parmi la population. Les ballons sont produits par des usines artisanales. L’enveloppe est construite en papier de riz et la colle est fabriquée à base de pomme de terre. Ces engins explosifs sont lancés depuis l’île de Honshu. Sauf que les cotes Ouest des Etats-Unis se trouvent à 10000 km de là. Comment résoudre le problème de la distance ? En fait, les Japonais utilisent le Jet Stream. Ce sont des vents très violents qui entourent la terre, s’organisant en tubes étroits et qui se situent à une dizaine de kilomètre d’altitude. Ces vents, qui passent au dessus du Japon, transportent les ballons qui parcourent alors tout le Pacifique à la vitesse moyenne de 300km/h. Puis, par un réglage, les engins descendent et explosent en territoire Américains. L’idée est tout simplement géniale et les Américains sont désarmés face à la ruse Nipponne.

Un ballon Fugo En six mois, de novembre 1944 à avril 1945, le Japon lâche 9 300 de ces aérostats. Mais à cause d’un défaut de fabrication, seul un petit nombre de ces ballons (moins de 500) arrive en Amérique du Nord. Rare sont ceux qui explosent."Les ballons-bombes japonais étaient un vrai souci. Tout le monde à l'usine regardait tout le temps en l'air en raison de la chance statistique que l'un d'eux tombe. Je me rappelle en avoir vu passer 40 en même temps à un moment. La Navy à Pasco les a régulièrement chassés mais ils n'avaient pas beaucoup de succès. Matthias et moi sommes allés les tarabuster pour obtenir une meilleure protection. Ils ne sont jamais parvenus à en abattre un, bien qu'un certain nombre soit descendu sur les terrains du projet, mais loin des bâtiments. Les bombes n'ont jamais explosé, mais les ballons se baladaient aux alentours et les militaires faisaient un beau spectacle en essayant de les coincer sans se faire sauter eux-mêmes." – Témoignage de Walter O. Simon.

Ces ballons n’ont causé que des dégâts anecdotiques*. Malgré cela, les Etats-Unis instaurent une censure, afin d’éviter la panique et aussi pour que les Japonais ne sachent pas que leurs ballons ont atteint leur objectif. Néanmoins le public était complètement inconscient du danger : le 5 mai 1945 des écoliers et leur institutrice, qui ont manipulé une bombe, ont été tués. Mais ce silence fit croire aux japonais à un échec du projet et l’arrêtèrent en avril 1945.

*Le 10 Mars 1945, un des derniers ballons Fugo lancé, descendit vers Hanford dans l’état de Washington. Ce ballon heurta une ligne de haute tension et coupa l’alimentation du réacteur nucléaire de Hanford pendant 3 jours. Ce réacteur faisait parti du projet Top secret de Manhattan, il produisait du plutonium pour la bombe qui, 5 mois plus tard, fut larguée sur Nagasaki. Rémy.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac