"Ce populisme qui vient" de Raphaël Liogier ou les dangers du "populisme liquide"

« Est-ce que le XXIe siècle n'est pas en train d'être l'âge des populismes comme le XXe siècle avait été celui des totalitarismes ? » s'interrogeait Pierre Rosanvallon dans une tribune du Monde  intitulée « Penser le populisme ». Pour Raphaël Liogier, sociologue des religions et professeur à l'IEP d'Aix en Provence, cette affirmation coule de source.

« Est-ce que le XXIe siècle n'est pas en train d'être l'âge des populismes comme le XXe siècle avait été celui des totalitarismes ? » s'interrogeait Pierre Rosanvallon dans une tribune du Monde  intitulée « Penser le populisme ». Pour Raphaël Liogier, sociologue des religions et professeur à l'IEP d'Aix en Provence, cette affirmation coule de source. Dans un ouvrage que je vous recommande vivement, publié en septembre 2013 intitulé Ce populisme qui vient (qui est d'ailleurs une conversation avec Régis Meyran), Raphaël Liogier propose une analyse éclairante et pessimiste sur le phénomène du populisme en progression partout en Europe et plus particulièrement en France. Raphaël Liogier s'oppose aux sirènes des discours populistes, se qualifiant lui même d' « antipopuliste ». Mais cet antipopulisme n'est pas cette posture qui se confond avec la « démophobie ». Au contraire, le chercheur souhaite défendre les libertés menacées par ce phénomène qu'il qualifie de « populisme liquide ». Je vous propose d'en faire un résumé détaillé.

 

Le phénomène populiste conduit au bouleversement de l'espace politique avec l'émergence d'« un nouveau centre de gravité ».


Les deux chercheurs précisent d'abord ce que l'on entend par « populisme », « populiste » et « démagogue ». Un populiste est celui qui invoque le Peuple et parle en son nom parce qu'il est en contact permanent et direct avec lui. Le démagogue, quant à lui, cherche à favoriser une partie de la population pour des raisons de marketing politique mais « il ne parle pas forcément au nom du Peuple ». Si un démagogue n'est pas forcément populiste, tout populiste l'est (p 15). Le populiste, imprégné du Peuple, est son incarnation lorsque ce dernier critique, revendication ou est en colère. Le populiste « communie avec la vérité populaire » (p 13). Il est un appel au Peuple vertueux, intrinsèquement bon et possesseur de la Vérité. Mais il est très difficile de définir le peuple et le populisme utilise justement ce flou autour d'un peuple impossible à caractériser. En effet, la force du populisme est de jouer sur « l'image fantomatique et omnipotente du Peuple [qui] passe par une certaine indétermination, par le flou de sa définition, qui le rend insaisissable et permet de rassembler en son nom, au-delà des distinctions idéologiques classiques, et d'insuffler même une étrange atmosphère d'unanimisme. » (p 14). Ce sentiment d'unanimisme est possible notamment parce que le populisme est un manichéisme : devant la vérité et les intérêts du Peuple se dressent les « gros », les dirigeants et députés. Mais les multiples invocations et appels au Peuple conduit à affaiblir notre État de droit, à sa « dissolution » et menace, à terme, nos libertés fondamentales « au nom même de la liberté abstraite du Peuple ! » (p 15). C'est là le fil conducteur de la pensée de Raphaël Liogier, que je développe dans une troisième partie.

Raphaël Liogier défend une thèse selon laquelle, le populisme, s'il est exploité par les extrêmes – surtout par le FN – permet à ces derniers de ne plus être considérés comme des partis contestataires et extrémistes (« le populisme consiste justement à sortir de la logique de contestation des marges extrémistes » p 16). Le populisme est utilisé par des partis extrémistes et du fait de l'utilisation de la figure du Peuple, ils dépassent leur électorat, sortent de leur idéologie traditionnelle et sont de moins en moins marginalisés. Dès lors, « les différences idéologiques entre la droite et la gauche passent de plus en plus au second plan, au profit d'un nouveau centre de gravité politique qui peut emprunter des thèmes de gauche comme de droite » (p 18). Un Jean Luc Mélenchon s'éloigne de l'analyse marxiste de la société au profit d'un populisme anti-élite (« tous pourris », « du balais »), et parle au nom des exclus du système. A droite, il existe (feu) Pim Fortuyn aux Pays Bas et Nigel Farage au Royaume Uni et bien sûr Marine Le Pen en France qui se déclare maintenant « anticapitaliste ». « Il se traduit une alliance normalement contre nature entre les conservateurs et les progressistes. Cette alliance permet de faire émerger un nouveau type de majorité, une sorte de consensus tacite plus émotionnel que rationnel (p17)» . 

Le Front National est symptomatique du clivage non plus entre gauche et droite, mais « entre une mouvance populiste (qui circule à droite comme à gauche) et ceux qui résistent à cette tendance de fond » (p 26). Si à l'époque, en 2002, Jean Marie le Pen n'a pas amélioré son score au second tour, ce ne serait plus le cas aujourd'hui si on tire les conclusions des élections partielles depuis 2012. Le FN, avec l'arrivée de Marine le Pen, a compris les mutations et saisi les angoisses de la population. La « dédiabolisation » a permis à Marine Le Pen d'être une femme politique normale et « politiquement correcte ». Selon Raphäel Liogier, « Marine Le Pen ne se situe plus à l'extrême droite, ni dans le fond (du point de vue idéologique) ni dans la forme (elle n'est plus marginalisée par les médias, ni par le milieu politique, ni par les électeurs). Il n'y a pas extension de l'extrême droite mais au contraire, d'après moi, dissolution de l'extrême droite. Et c'est beaucoup plus grave.» Dans ses discours, elle s'oppose à la mondialisation, au capitalisme, et à la finance globale, mais toujours sur une base nationale. Elle accuse la gauche d'avoir abandonné le peuple et d'ignorer leur colère. Il s'agit bien d'une « stratégie 'socialiste' » (p 39) qui associée au conservatisme fait mouche dans de nombreux pays d'Europe. Le deuxième volet de sa rhétorique est « l'anti-Islam » (p22) afin de mieux personnifier l'ennemi des Français. L'anti-Islam débouche sur une défense du féminisme, de l'homosexualité et même des juifs. Désormais, Marine Le Pen mord dans toutes les couches de la population et capte des électeurs en dehors de l'extrême droite (p 20) et son discours « attire de plus en plus en jeunes cultivés, urbanisés, lesquels se situaient auparavant à gauche » (p 23).

 

L'avènement du populisme : comprendre ses caractéristiques et son succès.


Raphaël Liogier insiste sur plusieurs aspects du populisme. Tout d'abord, dans l'ère du populisme, il y a une « suspension du jugement et du regard critique » (p 26) au nom d'une Vérité évidente, partagée par tout le Peuple, ce qu'il appelle le « Réel » : c'est ce que le Peuple croit et sent, et c'est ce qui constitue la Vérité. Conséquemment, ceux qui contestent le Réel sont des menteurs et ceux qui rapportent ce « Réel » sont « incritiquables » (p 27). Pire, « ce réel simple, évident, qui est ressenti par le peuple permet justement d’immuniser les discours populistes contre toute critique rationnelle, par exemple contre une argumentation scientifique  (p 30)». Dès lors, il existe une « vraie science » et une « fausse science » composée surtout des sciences humaines et sociales accusées de révéler de fausses informations et d'être complices de la propagande et de servir des intérêts cachés. Raphaël Liogier rappelle que certaines sciences ont servi des idéologies totalitaires ou des préjugés (homosexualité comme maladie, évolutionnisme darwinien). On assiste donc à une généralisation d'une « quête du Réel » et l'auteur rappelle la distinction de Maurras entre le « pays réel » et le « pays légal ». Ainsi, les lois votées par des parlementaires (mariage pour les couples du même sexe par exemple) sont mauvaises car elles vont à l'encontre de la volonté du « pays réel ».


Le succès du populisme qui est une alliance contre nature entre des progressistes et des réactionnaires, « ne peut s'effectuer que sur l'autel d'une crise identitaire majeure » (p 41). Cette crise identitaire n'est pas engendrée par la crise économique, mais c'est davantage une «  crise symbolique qui est le résultat de blessures narcissiques éprouvées par une majorité de population » (p 43). Cette crise touche l'ensemble des pays européens. L'Europe était auparavant, depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu'au début du XXe siècle, le centre du monde. Elle dominait le planisphère, militairement et économiquement et symboliquement (p 89). Même après la Seconde Guerre Mondiale elle « était encore vue comme le centre culturel de l'humanité, et restait l'autorité morale du monde » (p 92). Les années 2000 ont accéléré le sentiment de déclassement du continent avec l'intervention américaine en Irak sans le consentement de toute l'Europe et l'émergence de nouvelles puissances régionales. Si bien que l « Europe se met à voir le monde […] comme une menace écrasante » (p 93). Les nations européennes cherchent à rétablir leur puissance d'autrefois, sans succès. Elles connaissent une crise économique grave, n'arrivent pas à trouver des solutions pour établir une Constitution commune etc...« c'est une crise narcissique collective » (p 93)  et les populistes rappellent cette « blessure collective réelle» et cultivent les fantasmes en adoptant un discours souverainiste (qu'ils soient de gauche ou de droite, p 45).


Le sentiment de ne plus être chez soi fait naître celui de la peur du mélange. Une autre caractéristique du populisme est donc la désignation de boucs émissaires afin de donner un visage à l'ennemi intérieur qui conspire contre le « vrai » Peuple. Cet ennemi est « insaisissable et omniprésent. Déterritorialisé, faux citoyen, solidaire de tous ses frères à la surface du globe » (p 45). On comprend rapidement que les musulmans ont remplacé la figure du Juif comme élément pathogène dans un corps sain, mais cet ennemi peut devenir n'importe quelle minorité (jeunes, homosexuels, sans-papiers, Rroms...). « Le musulman est devenu 'un principe métaphysique', qui n'est plus défini par son existence concrète » (p 93). Toutefois, Raphäel Liogier apporte une nuance : L’Europe connaît davantage un islamo-paranoïa qu'une islamophobie. La nuance est importante. La paranoïa implique une volonté cachée d'asservissement, de complot. Derrière tout événement qui implique des musulmans, il y a une intention maligne, celle « d'infiltrer notre société pour l'islamiser » (p 46). Dès lors, le pays est tout le temps en guerre car « cerné de partout » , et les Européens ne font plus la distinction entre un djihadiste et une musulmane pratiquante. Ce phénomène révèle que « ceux qui sont objectivement dominants se sentent subjectivement dominés » (p 47) : une minorité est perçue comme très puissante et donc dangereuse. L'auteur utilise l'image d'une scène de théâtre avec quatre acteurs : le héros (Eric Zemmour par exemple), le peuple trompé, l'ennemi et les traîtres ou idiot-utile (élite mondialisée et bien pensante). Dès lors, le peuple n'attend que l'arrivée providentielle d'un homme fort capable de mener le combat et sauver le pays. Notons que selon un sondage, « 87% des Français affirment vouloir d'un 'vrai chef » (p 57). Le combat que mènent les populistes est ambigu. En effet, il ne s'agit pas véritablement de guerre, car le combat est perdu d'avance, voir déjà perdu. Dès lors, les populistes deviennent des « héros tragiques ou éventuellement des résistants » (p 49). Chaque lutte est qualifiée de guerre, et chaque manifestation a son lot de « résistants » ou de « prisonniers politiques ». L'appel à la « résistance » est symptomatique. Résistance contre tout : les minorités, la dictature, la pensée unique, la propagande etc... (p 50). Parmi les minorités visées, il y a les élites. Le discours anti-élite ne vise pas seulement la classe dirigeante, mais aussi toutes les formes de structures intermédiaires comme les syndicats, les partis politiques, certaines associations ou encore les journalistes considérés comme des « traites » ou de corrompus. Si Raphaël Liogier affirme qu'il existe et a toujours existé des formes de corruption, il soutient que le peuple supporte de moins en moins les affaires et les liens incestueux entre les politiques et l'argent. Tout ceci fait que nous baignons dans une atmosphère populiste : voir des députés affirmer qu'ils ne font pas des hommes politiques, qu'ils n'ont pas fait l'ENA et qui contestent la fonction même du Parlement en est la preuve (p 52).

 

Le « populisme liquide », une menace sur nos libertés individuelles.


Le « populisme liquide » est le terme qu'emploie Raphaël Liogier pour définir le populisme des temps modernes. Il diffère du populisme de l'entre-deux-guerres utilisé par les dictateurs d'Europe. Il ne faut pas tant craindre un effondrement des démocraties comme dans les années 1930 mais davantage une « dissolution ou une liquéfaction progressive de l'Etat de droit qui a déjà commencé » (p 54). Le populisme ronge les principes sur lesquels sont fondées nos démocraties: nos lois, nos principes et notre constitution qui sont les garants de nos libertés fondamentales et individuelles. L'Etat de droit se dissout avec le populisme parce que nous sommes dans l'urgence et nous devons réagir face aux menaces. L'urgence est le pire ennemi de la démocratie, car elle permet de prendre n'importe quelle décision au nom de nos valeurs républicaines ou démocratiques, décisions qui peuvent pourtant aller à l'encontre de nos libertés et qui témoignent surtout d'une « réaction de défense puisque nous serions attaquéons les premiers » (p 55). Ce « délire narcissique » amène par exemple à vouloir des lois plus sévères à l'encontre du voile. La laïcité – qui est le produit de nos libertés fondamentales - ne désigne plus la neutralité des représentants de l'Etat mais la « neutralisation » avec l'apparition du concept de « nouvelle laïcité » qui restreint la liberté d'expression des citoyens, parce que nous serions en guerre. « Le président dit même que, finalement, la neutralité ne peut plus s'arrêter à l'espace public, mas doit pénétrer les espaces privés […]. Pourtant, dans l'Etat de droit, l'espace public n'a jamais été cet espace de neutralité,mais au contraire le lieu où l''individu peut exprimer ses convictions, y compris religieuses » (p 61). Le populisme liquide est une défense culturelle, celle de la « culture occidentale ». Seulement, il est très difficile de définir la culture occidentale qui « englobe tout et son contraire » : il s'agit d'une notion « fluides et rétractable ». Il se développe « l’essentialisme » de la culture où seul le contenant importe. La chrétienté se mêle à tous nos principes comme république, universalisme, laïcité ne deviennent alors qu'un patrimoine ou « des morceaux fantasmés de notre culture » que les populistes exploitent (mariage pour tous, Identité nationale). Si bien que « les rôles sont fluides, interchangeables, et les ennemis d'hier peuvent devenir des alliés d'aujourd'hui ». Le populisme fluide est pernicieux. La « manif pour tous » ne serait pas homophobe car elle respecte les pratiques sexuelles des homosexuelles mais vise davantage la « culture homosexuelle ». Les musulmans et homosexuels qui manifestent à leur côté sont désormais des amis. Marianne  est mobilisée ainsi que les symboles à la fois pacifiques et révolutionnaires comme le « Printemps arabe ». Mais il ne faut pas se leurrer : les ennemis appartiennent à n'importent quelle minorité.


Le populisme liquide a d'autant plus le vent en poupe que nous vivons sous la « politique du signe ». L'important n'est pas tant pour un homme politique de résoudre un problème que de montrer qu'il agit, qu'il fait « signe » au Peuple (p 77). Pour cela, il existe des spécialistes des opinions ou « opinionlogues » qui construisent des édifices liquides, des « châteaux de sable » à base d'opinions hétéroclites et mouvantes » (p 78). Nicolas Sarkozy est l'exemple type du populisme liquide. Il n'y a pas de véritable construction idéologique puisqu'il emprunte à gauche et à droite, parle comme tout le monde, les yeux rivés sur les sondages, n'écoute que les spécialistes de l'opinion. C'est le modèle du réactionnaire-progressiste, politiquement incorrect sur la forme, qui s'écrit devant les caméras au lieu d'agir et lorsqu'il agit, il vise des communautés (mesures discriminatoire, « visant à contrôler les modes de vie ») au lieu d'agir sur les véritables causes des problèmes (p 81). « Toutes les contradictions sont possibles, pour donner naissance à des édifices opiniologiques aussi absurdes qu'éphémères » (p 81). Le but de ces agitations est toujours de défendre la culture du Vrai peuple, peu importe si les explications n'ont aucune cohérence : elles cachent souvent une vision complotiste comme le lien qui existerait entre la GPA le mariage pour tous et la dictature des minorités. «  Le seul élément stable est le sentiment du complot des minorités et le rejet de la mondialisation » (p 82). Les partis ou mouvements européens qui partagent cette forme de populisme sont de plus en plus nombreux et ont en commun de « limiter la liberté au nom de la défense de la liberté du vrai peuple ». Leur stratégie est de diffuser le populisme dans l'ensemble des partis politiques, alors que dans les années 1930, les partis traditionnels étaient réticents, refusaient l'idée de l'existence d'un « vrai » peuple et d'avoir recours à l'appel au peuple.


Quel est le Vrai Peuple, celui dont parlent les populistes et les opinionlogues ? Si le Peuple manifeste par exemple contre le mariage pour tous, il « peut aussi redevenir le Blanc persécuté, et même poursuivi par les minorités ethnos-culturelles » qui les chasseraient des banlieues vers la campagne. En face, se dresse les traîtres : « bobo » ou « soixante-huitard » multiculturalistes « aux commandent de la mondialisation néolibérale » (p 76) possédant les moyens économiques et politiques et qui habitent dans les centres villes. C'est la thèse du géographe Christophe Guilluy qui a inspiré tant la gauche, (la « Gauche Populaire ») que la droite (Sarkozy, « Droite Forte » ou « Populaire ») (p 74). L'idée sous-jacente de son analyse est la « guerre culturelle ». Raphaël Liogier rappelle que le « Manifeste de la Gauche populaire » « en appelle à une laïcité qui serait « inscrite dans le réel », ce fameux 'réel' qui est l'âme du peuple, le bon sens » (p 75). Le bon sens du Peuple ressemble beaucoup à la common decency du philosophe Jean-Claude Michéa, reprenant le terme de George Orwell. « Elle est équivalente au Réel, une sorte d'honnêteté spontanée de l'homme du peuple qui sait intuitivement quelles sont les limites à ne pas dépasser, qui sait comment l'on doit décemment vivre et se comporter » (p 97). En plus d'être facilement manipulable, cette common decency amène à contrôler des communautés et à leur soumettre un « mode de vie » conforme à « notre » culture (p 95). Jean Claude Michéat fait aussi l'erreur de mettre en rapport le libéralisme économique et la liberté des mœurs. « Ce genre d'attitude masque la vraie critique du capitalisme en tant que système économique d'aliénation et nous empêche de repérer les vraies communautés qui peuvent être sources de violence » (p 99). Pour terminer, Raphaël Liogier soutient que le libéralisme politique (l'émancipation des individus) n'amène pas au libéralisme économique qui peut être vecteur d'aliénation. D'ailleurs, le terme libéralisme a perdu son véritable sens, partout il est discrédité. C'est la liberté qui est menacée au nom de la subjectivité du Peuple qui amène à contrôler « l'intimité individuelle, les sentiments, les émotions, la vie privée » (p 102) vers un totalitarisme liquide, plus « insidieux » que le totalitarisme nazi car dans ce type de régime qui menace nos libertés individuelles, il n'existe plus de corps intermédiaires ni de contre-pouvoir. Il faut, selon lui, accepter le métissage culturel qui va accomplir notre « aspiration moderne à une société universelle » car « hier comme aujourd'hui, c'est la liberté qui est en jeu » (p 105).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.