S'unir sans abolir les différences est possible

La pétition pour l'union de la gauche ayant recueilli le plus de suffrages repose sur l'idée d'un programme commun négligeant une opposition fondamentale et lourde de conséquences programmatiques sur la question de l'Europe. Pourquoi ne pas, dès lors, proposer un contrat de gouvernement pour mettre en place, au-delà du programme commun, des referendums pour trancher sur les divergences?

 

Pourquoi Hamon et Mélenchon, qui remettent en cause le fonctionnement monarchique de la 5e république, n'appliqueraient-ils pas cette critiquent à leur propre campagne, qui, dans leur focalisation sur les Présidentielles, condamne prématurément la gauche à la défaite aux prochaines élections ? 

Il s'agirait tout d'abord de reléguer la question du candidat aux Présidentielles à la seconde place, la première place devant revenir à la question du programme. On pourrait la traiter de la manière suivante :

  1. constitution d'un programme commun entre PS/EELV et France Insoumise sur tous les points d'accord

  2. accord pour soumettre à vote populaire toutes les divergences une fois les élections remportées

Une fois que cela aura été convenu, il faut se poser la question du choix des personnes devant représenter les citoyens pour appliquer ce programme :

  1. pour une candidature unique aux Présidentielles : on pourrait décider par exemple qu'il y aurait un ticket Hamon-Mélenchon où l'un serait Premier Ministre tandis que l'autre serait Président de la République. La répartition des rôles serait déterminée soit par un tirage au sort, soit par une primaire citoyenne, qu'on pourrait au besoin organiser via internet.

  2. Concernant le choix des candidats aux législatives : pourquoi ne pas organiser des primaires citoyennes également pour cela ? A défaut, il pourrait y avoir un accord interpartisan de facture plus classique. Même si resteraient au PS des députés opportunistes ne croyant pas au programme, la plupart des représentants de l'aile droite passeraient sans doute chez Macron en cas d'accord PS/France Insoumise, au vu des réactions déjà suscitées par l'accord PS/EELV.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.