renaud.uhl
Salarié
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 févr. 2020

Martinique, une forme de mobilisation qui peut servir de modèle en France.

Blocage de tous les établissements publics du secondaire depuis décembre 2019. Les 43 collèges et 14 lycées de la Martinique ne fonctionnent plus, soit 100% des établissements. Plus de 30000 élèves n'ont plus cours depuis les vacances de noêl.

renaud.uhl
Salarié
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Forte mobilisation dans l'éducation nationale : Les grilles des établissements sont enchainées et cadenassées, devant les portes quelques palettes et écritaux: "non à la réforme des retraites", "réforme des retraites, arnaque libérale, nous sommes en résistance pour un monde meilleur"...

La procédure utilisée est de bloquer les établissement et de soutenir cette action tout en se déclarant administrativement non gréviste.

Etape 1: Le personnel décide de lutter contre la réforme des retraites, avec un vote en assemblée générale.

Etape 2 :Une fois que le vote montre qu'une majorité d'agents et enseignants sont pour le blocage de l'établissement, ils choisissent de le fermer avec des chaînes et barricades.

Etape 3 :Tous les matins, le personnel vient devant les grille constater la fermeture de leur établissement scolaire. Ce qui signifie administrativement, qu'il est dans l'incapacité de travailler et donc,  considéré comme non grêviste.

Etape 4 :Tenir un piquet de grève devant le portail afin d'organiser des actions telles qu' informer les parents  d'élèves, soutenir d'autres établissements, réaliser des actions médiatiques (une chaine humaine, occuper un rond point, distribuer des tracts), participer aux manifestations, donner du travail à faire à la maison aux élèves.

Le rectorat se trouve alors dans l'incapacité de retirer des journées de salaire au personnel mobilisé, permettant ainsi une mobilisation illimitée.

Par contre, la mobilisation dans le primaire est plus récente et plus contrastée.

Concernant la Guadeloupe, ils ont interrompu depuis une semaine le blocage aprés avoir obtenu satisfaction sur le gel de suppression de postes d'enseignants.

Attitude décevante, car les deux revendications à l'origine  du mouvement étaient et demeurent: le retrait de la retraite à points et le report des devoirs communs du bac (E3C).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Nouvelle-Calédonie : la faute d’Emmanuel Macron
En maintenant le troisième référendum d’autodétermination le 12 décembre, malgré la crise sanitaire et politique qui frappe l’archipel, le président de la République déchire un contrat signé il y a trente ans. Le processus de décolonisation va se conclure en l’absence du peuple colonisé. Une aberration politique aux lendemains dangereux.
par Ellen Salvi
Journal — France
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit
Journal — International
Paris et Rome s’accordent a minima pour peser dans l’après-Merkel européen
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila