Manifestation "3 mois sans Momo, c'est trop !" - Lille - 19 novembre

Voilà 3 mois que Mohammed Lakel a été expulsé de France. Nous ne pouvons pas admettre que Mohammed ait été arraché des siens, de ses amis, de ses camarades de lutte de Lille et de Roubaix. Nous exigeons son retour immédiat !

Le 19 novembre prochain, cela fera 3 longs mois que Mohammed Lakel a été expulsé de France.
Rendez-vous à 18h30 devant l’association l’ABEJ, située 228 Rue Solférino à Lille. Nous partirons de ce lieu que Mohammed avait l’habitude de fréquenter pour nous rendre jusqu’à la place de la République, face à la préfecture auprès de qui nous demandons le retour de Mohammed.
Et après ce 1er rendez-vous, d’autres mobilisations sont prévues par le Comité des Sans Papiers :
• le 7 décembre : manifestation de Roubaix Eurotéléport à Lille
• le 21 décembre : concert de soutien à la Halle aux Sucres à Lille

Que s’est-il passé depuis ? Qu’est-ce que cela a changé dans sa vie et dans les nôtres ?

Mohammed, lui, s’est retrouvé du jour au lendemain envoyé en Algérie. Et ce qu’il avait fui 7 ans auparavant en venant vivre parmi nous, il le revit depuis 3 mois : une situation personnelle et professionnelle bloquée, sans perspectives d’avenir ; une liberté de vivre, d’exprimer ses opinions politiques, et même de militer, rendue impossible.

Nous, ses amis et ses camarades, nous avons perdu un compagnon de partage, de solidarité et de courage. Depuis la rentrée, dans les cortèges pour sauver les retraites, les manifestations des gilets jaunes, les militants nous questionnent : “Mais où est Mohammed?”. Lui qui était un soutien indéfectible, que tout le monde connaissait, les syndicalistes, les militants associatifs, les citoyens lillois, roubaisiens, tourquennois… Mohammed manque cruellement à l’appel. Et Mohammed aimerait tellement être à nos côtés dans cette période de mobilisation citoyenne historique.

Enfin, qu’a perdu la France en renvoyant un homme comme Mohammed ? Un travailleur passionné et acharné, qui plus est, un jardinier. Face aux enjeux écologiques auxquels nous, Français, devront faire face, n’est-ce pas plus que nécessaire d’avoir ici des personnes qui maîtrisent et partagent ces savoirs et ces compétences précieuses ? Mais au-delà de la force de travail que représente Mohammed, la France a perdu un citoyen qui a su tissé de nombreux liens, participer à la vie locale, s’investir au sein de nombreux projets associatifs. Et les habitants de Lille, Roubaix, Tourcoing ont perdu leur voisin, leur concitoyen.
Mohammed doit rentrer, car chez lui, c’est ici. Le 19 novembre prochain, cela fera 3 mois qu’il est coupé de sa vie, de ses amis, de son pays de coeur. C’est pourquoi nous manifesterons à nouveau pour lui, pour nous

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.