De Shatila à Antigone : création contemporaine syrienne à Marseille et Hambourg

Créé en mai 2015 à Beyrouth, le spectacle du metteur en scène syrien Omar Abusaada, Antigone Of Shatila, est présenté pour la première fois en Europe - à Marseille puis à Hambourg - du 29 janvier au 2 février 2016.

antigone-of-shatila-dalia-khamissy-6 © Dalia Khamissy antigone-of-shatila-dalia-khamissy-6 © Dalia Khamissy

Et si de la tragédie pouvait naître l’espoir ? C’est à la lumière de ce qu’elles ont vécu qu’Omar Abusaada a proposé à un groupe de femmes refugiées syriennes au Liban de revisiter l’histoire d’Antigone. Deux mois durant, dans le camp de Chatila, elles se sont familiarisées avec le théâtre et l’œuvre de Sophocle. À toutes, la fille d’Œdipe est apparue comme une sœur. Comme elle, elles ont perdu un frère, un mari ou un fils. Comme elle, elles se sont élevées contre l’autorité et l’injustice. Avec beaucoup d’habileté, Omar Abusaada met en parallèle leurs parcours. Au texte originel se mêlent les drames personnels, documentant une situation que ne traduit aucun chiffre. Mais cette Antigone of Shatila vaut aussi par la force de ses interprètes, qui trouvent dans la pièce un nouveau souffle. À travers les âges et les continents, le courage d’Antigone continue de briller et, tel un phare, de percer le brouillard.

antigone-of-shatila-dalia-khamissy © Dalia Khamissy antigone-of-shatila-dalia-khamissy © Dalia Khamissy

 

 

Omar Abussada, extraits d'interview (8 octobre 2014)

" Le sujet principal de ce texte est très important pour ces femmes. En Arabe, ‘tamarrod’ signifie insurrection, rébellion, désobéissance. Antigone défie Créon, elle refuse de lui obéir. Elle insiste pour faire ce qu’elle pense être juste, même si cela a beaucoup de conséquences. Ceci est une des principales questions des Syriens aujourd’hui. Ont-ils eu tort ou raison lorsqu’ils ont décidé de demander la liberté ? De plus, ce que j’ai vraiment aimé dans ce texte est que Antigone est une femme qui défie Créon, un homme.
Ceci a été une chose primordiale aux débuts de la révolution syrienne.  Enfin, ce texte contient nombre de débats et d’argumentations et parfois, vous ne savez plus ce qui est juste, ce qui est faux. Cela résume notre situation en Syrie, tout est soumis au débat et nous ne savons plus qui a tort, qui a raison. "

Vidéo : répétitions à Beyrouth

Antigone of Shatila : A reinterpretation of Sophocles' tragedy with Syrian women refugees © Hal Scardino

Pratique

  • vendredi 29 janvier à 19h30 & samedi 30 à 20h30
  • à Marseille - Friche la Belle de Mai
  • réservations : www.lesrencontresalechelle.com et 04 91 64 60 00

  • lundi 1er février et mardi 2 à 15h et à 20h
  • à Hambourg (Allemagne) - Thalia Theater
  • réservations : www.thalia-theater.de

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.