Interdiction de distribuer des tracts syndicaux !

Le droit de manifester est bafoué, celui de faire grève est de plus en plus entravé, dans les faits, certains appellent à le limiter, si ce n’est le supprimer, et c’est aussi le tractage qui est mis en question !

 

Mercredi 15 janvier, un groupe d’une vingtaine de militants CGT/FSU distribue le tract intersyndical d’appel à manifester demain jeudi 16, à Tournon sur Rhône, petite ville ardéchoise au bord du Rhône. La distribution se faisait aux quatre coins d’un rond point très fréquenté. Sont arrivés 3 gendarmes pour nous empêcher de distribuer les tracts sous prétexte que nous entravions la circulation, nous menaçant de contraventions, puis de nous embarquer au commissariat, si nous persistions. Nous avons continué à tracter, expliquant que nous ne bloquions pas la circulation, les voitures ralentissaient seulement un instant, le temps de prendre le tract. Les gendarmes, très remontés, ont alors appelé des renforts, là leur commandant a temporisé, acceptant notre intervention si elle ne gênait pas la circulation. Mais un peu plus tard des gendarmes de la PSIG, sorte de bac de la gendarmerie, sont arrivés, on ne sait pourquoi, très agressifs et armés, ont relevé toutes les identités et nous ont contraints à partir.
On n’a donc plus le droit de distribuer des tracts syndicaux, de mobiliser pour une manifestation nationale !
Nous sommes tous de vieux militants, majoritairement retraités, nous n’avions jamais vu ça ! Et nous avons tous été choqués , scandalisés par l’agressivité de ces gendarmes spécialisés dans la lutte contre la délinquance...

La dérive autoritaire s’accentue de jour en jour !

Anecdote supplémentaire : le préfet de la Drôme, récemment nommé, a décidé de fermer le pont qui relie Valence à l’Ardèche jeudi 16 après-midi car les organisateurs voulaient que drômois et ardéchois se rejoignent là pour la manif. Alors que ce même préfet vient de déclarer qu’il serait souhaitable que ces deux départements n’en fassent plus qu’un seul ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.