LE GOUVERNEMENT DES PAUVRES

LES COMBATS

Le  syndicat de la Guadeloupe, l'U G T G  a distribué un document  piqué lors d'une large distribution voie ouverte qui débute ainsi :        SE  REBELLER  EST JUSTE

                                                           Désobéir est un devoir , Agir est nécessaire

En bas de page, on peut lire: Créer, c'est résister,  Résister, c'est créer.

Mais entre les deux, des revendications de modération.

Le patronat, c'est l'Etat,

la loi, c'est le marché,

Et ça marche dans les deux sens.

 

Le dialogue social, c'est pour les salariés, les salaires chinois, les travailleurs polonais, voire Ukrainiens.

L'augmentation des salaires patronaux. Le président du MEDEF  a augmenté sa paye de 29% pour l'année 2013.

GOUVERNEMENT
Les très chers conseillers de Manuel Valls
PAR LAURENT MAUDUIT

Selon nos évaluations, sur la base des documents annexés au budget pour 2015, Manuel Valls a majoré en moyenne de 1 019 euros par mois les rémunérations de ses conseillers, soit une hausse de plus de 10 % par rapport à 2012. Preuve que, pour le premier ministre, l'austérité salariale est la règle sauf... à Matignon.

 

Selon le député socialiste René Dosière, 2014 aura été une année faste pour les collaborateurs des ministres dont les salaires et les primes sont en forte augmentation. 

Comme chaque année depuis cinq ans, René Dosière, le député socialiste de l'Aisne, a jeté ce mercredi un joli pavé dans la marre. Sur son blog, ce spécialiste des dépenses de l'Etat, épluche la rémunération des agents des différents cabinets ministériels pour mieux traquer la gabegie administrative. 

Après Jean-Marc Ayraut l'an passé, c'était donc au tour de Manuel Valls, de ses ministres et des collaborateurs de ces derniers de passer sur le grill.

Et le verdict de ce grand pourfendeur du train de vie de l'Etat, bien résumé par le titre de son dernier billet, est sans appel: "Rémunérations choquantes dans les cabinets ministériels".

Commune

La municipalité du Gosier, en Guadeloupe, a augmenté de 25%, les indemnités des élus.

Le travail, l'emploi, l'assurance chômage, c'est la suppression du Code du Travail, les jours defêtes, et fériés  pour quarante heures, 3. 500.000 chômeurs  appelés à bénéficier d'une assurance chômage selon une distribution plus mesquine et petite,  en outre de moindre durée,  enfin, à être contrôlés et poursuivis durement en tant que fraudeurs.

Mais peu sur la fraude patronale qui monte à 40 milliards d'euros.

 

La parole du patron du MEDEF de créer 1 million d'emplois, en contrepartie des fabuleux cadeaux, c'est  lors du remplissage à ras bord des carnets de commande, donc aux calendes grecques.

Le gouvernement a bien été eu, avec évidemment son propre accord. Le grand patron, c'est l'actionnaire toujours plus, et encore davantage. Si le bénéfice n'est pas à hauteur des prévisions,  changement de tête, fermeture et licenciements.

Un brillant patron d'entreprise vient de partir. Son entreprise Total, ne payait pas d'impôts, et s'accoquinait sans honte avec certains régimes et la destruction du Nigéria. Un génie interplanétaire,  faiseur d'argent, mais aussi d'infractions et de crimes à l'environnement,  et à la personne humaine. Comme ses concurrents d'ailleurs pour une recherche immodérée des profits. L'argent, rien que l'argent. Résultats 15 milliards d'euros. Et encore plus dans l'or noir de l'Afric. Paix à son âme.

La corruption, c'est  la dépénalisation du droit des affaires,   des magistrats au plus proche d'élus et des entreprises : 

Informer la justice, avant les médias, est contre-productif, évidemment sauf exception. Les médias, en France, pas en Guadeloupe, permettent à la justice l'ouverture d'informations judiciaires.

 

Nous, citoyens contre la corruption
19 OCTOBRE 2014 |  PAR LA RÉDACTION DE MEDIAPAR

                                                      Signez  l'appel contre la corruption,

Ce fléau « qui met l'Etat de droit en péril et installe une insupportable fatigue démocratique », lancé dimanche 19 octobre à Paris par  les journalistes Fabrice Arfi, Benoît Collombat, Antoine Peillon et Edwy Plenel, rejoints par des magistrats, juristes, avocats, policiers, criminologues, sociologues, économistes, anthropologues et philosophes et Roberto Scarpinato, procureur auprès du parquet de Palerme (Italie).

 

Les arrangements d'une procureure et d'un maire UMP
31 OCTOBRE 2014 |

Impliqué dans une affaire de marchés publics truqués, le maire de Tarbes, sait tout ou presque de l'enquête judiciaire qui le vise. Des écoutes interceptées par la gendarmerie ont révélé que l'élu et ses proches étaient tuyautés par la procureure de la ville.

Le ministère a décidé d'ouvrir une enquête, vendredi 31 octobre, après les révélations de Mediapart.

Et le maire n'a pas été incarcéré. Il n'est ni noir, ni médecin, ni indigène. La Guadeloupe, c'est la France, et elle ne reconnaîtra  chez elle d'autre autorité que la sienne, surtout dans un territoire où l'on passe.


En Guadeloupe : Terre de corruption, majeure. C'est le désir Français. Est-ce que c'est profitable ? Il faut attendre plus tard... plus triste.

La Générale des eaux, protégée par la justice, qui fait payer au riverain, les casses et fuites d'eau sur son propre réseau, et qui travaille comme des cochons, en travail dissimulé, détournements de fonds, racketteurs et autres...

 

L'EDF, protégée par la justice, qui facture  mensuellement, sur plusieurs années, une famille dont l'habitat ne dispose pas de compteur, laquelle est expulsée, pour un montant  équivalent à celui volé,

et qui de plus, pirate le compte bancaire d'un client...

Les finances protégées par la justice, qui réclament 183.000€ d'impôts sur un salaire fonctionnaire de 4.500€...

ETC...

 

Tout une  palette d'escrocs en bande organisée, dominatrice et enrichie sans cause, et intouchables parce que blancs et Français !

On peut citer une bonne cinquantaine d'élus inquiétés, et mis en examen, sans incarcération,  pour toutes sortes d'infractions, de crimes et délits,  mais sans plus, hors une exception dans le nord.

Un, un seul,  a connu  la prison d'office. Et c'est en Guadeloupe.

On peut créer toutes sortes de trucs de lutte contre la violence et la délinquance. Ce qui permettra d'emprisonner des petits nègres, sans emploi, et sans niveau scolaire.Tant que les têtes ne seront pas coupées, rien n'y fera. En créant plus d'écoles,  et de la formation, sans limitation aucune,  des portes de prison ne seront pas ouvertes.


 La richesse et la pauvreté

Les riches toujours plus riches, avec quelques crimes, fraudes et évasions, et les pauvres toujours plus pauvres avec une croissance  à hauteur de 10.millions.

La taxe à 75%, c'était une petite blague, juste pour rire.

Des comportements et des tenus doivent être modifiés par endroit. Laisser supposer que l'argent coule à flots est provocateur.

La City et le bizness

Tandis que le premier ministre espérait une standing ovation en déclarant sa flamme aux financiers de la City de Londres et faisait le buzz avec son « my government is pro-business », les oligarques londoniens s’insurgent contre les réglementations européennes qui ne les autorisent pas à toucher des bonus supérieurs au montant de leur salaire, au mieux au double de leur salaire si les actionnaires sont d’accord.

 

Les banques, renflouées par l’Etat, même pas sorties d’affaire, réclament des royalties exorbitantes pour leurs dirigeants,  tout en principe des vases de communication avec la suppression de l'assurance travail. La population pauvre est encore trop riche.

 

La Barclays, alors qu’elle est en déficit, a augmenté les bonus de ses hauts cadres de 10 % pour atteindre 2,8 milliards d’euros, tout en annonçant le licenciement de 10 à 12 000 salariés.

 

Toutes les banques sont sur la même courbe de profits mérités. Les PDG sont des gestionnaires d'envergure planétaire, soucieux de l'avenir du monde. Et à leur mort, mériteront respect et hommage, de profundis, des gens   de même type.

Et nos « experts » continueront tranquillement à nous expliquer que la crise financière est due à un Smic trop élevé ou aux aides sociales !

Avantages dans les affaires publiques et privées :

EN DÉLICATESSE AVEC LE FISC (MEDIAPART)

Des parlementaires en délicatesse avec le fisc ? Depuis que Le Canard enchaîné a révélé mercredi qu’une soixantaine de députés ou sénateurs étaient dans le viseur du fisc, les noms des suspects circulent ici ou là.


"Députés et sénateurs sont des Français comme les autres" se défendait Bercy.

 

Avec la cagnotte des députés et la tirelire des sénateurs, et vice versa, visées par des enquêtes judiciaires.

 

Un problème d’évaluation qui concerne également le député UMP, président de la commission des finances et ancien rapporteur général du budget sous Nicolas Sarkozy, comme le révèle de son côté  une journaliste de Mediapart  Ou plus exactement un problème d’abattement de 30% que se serait appliqué l'honorable parlementaire,  sur sa résidence principale détenue au travers d’une SCI.


Pour autant, rappelle la journaliste, "le député UMP est justement l'auteur de l'amendement qui a instauré l'abattement de 30% sur la résidence principale (auparavant limité à 20%), co-signé à l'été 2007 avec Jean-François Copé". Toujours présent, quand il s'agit de gagner du fric.

De même,   ce député a défendu la "réforme du gouvernement Fillon qui a fait passer le seuil d'entrée dans l'ISF de 800 000 euros à 1,3 million d'euros". Jamais mieux servi que par soi-même ? 

 

Syndicats, Lanceurs d'alerte, Journaux indépendants : A MORT !

POLITIQUE ÉCONOMIQUE ANALYSE
L'OFCE dresse un réquisitoire contre la politique économique du gouvernement
30 OCTOBRE 2014 |  PAR LAURENT MAUDUIT

Selon l'OFCE, les cadeaux sans précédent faits aux entreprises vont avoir un impact microscopique sur la croissance en 2015, impact qui ne compensera même pas les effets récessifs de la politique d'austérité mise en place pour les financer. Au total, les effets cumulés de cette politique économique ruineuse brideront la croissance de plus d'un demi-point.

Économiquement absurde et socialement dangereux


Dans une étude économique qui trace les perspectives économiques de la France pour la période 2014-2015, et qui est signée par quatre économistes, Éric Heyer, Bruno Ducoudré, Hervé Péléraux et Mathieu Plane, l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) réalise une évaluation des différents volets de la politique économique française.

 

Cette évaluation prend des allures de réquisitoire car elle permet de comprendre, chiffres à l’appui, que la stratégie économique de François Hollande, ayant pour principales priorités une politique d’austérité pour le plus grand nombre et une politique de cadeaux exorbitants pour les entreprises, a des effets gravement récessifs.

Le ton de l’analyse est neutre mais le constat qui en ressort est accablant : elle permet de mesurer précisément le coût pour le pays d’une politique économique aberrante.

Le coût à une dizaine de points de satisfaction. Le gouvernement débarrasse la France du socialisme

des  acquis sociaux et des libertés. Le patronat est sans limite et frappe fort avec  l'aide de ses alliés au pouvoir, sur les salariés, les chômeurs, les familles, les retraités, les gens de conditions modestes.

Certains ont conseillé au gouvernement de se dissoudre de disparaître, et de ne pas se représenter.

La vie est un combat. Les espèces attachées, silencieuses, se détruisent elles-mêmes.

Elles sont menacées,  battues et détruites.  L'Honneur, c'est de se battre  et de riposter. C'est la mission d'un syndicat.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.