Les exclus se déchaînent

C'est le système capitaliste libéral non régulé qui, le 7 janvier 2015, a armé les bras des trois assassins parisiens et de leurs prédécesseurs. C'est le sytème libéral capitaliste impérialiste qui a armé les troupes qui ravagent actuellement le continent africain et le moyen orient.

Malheur à ces quelques millions de "créateurs d'emplois" qui, dans le monde, et par le jeu de leur sinistre concurrence commerciale s'ctroient le privilège de forcer le travail des uns et d'interdire aux autres de travailler. La protection de ce privilège leur permet d'accumuler des profits à peine imaginables. Quand leurs victimes se révoltent ou deviennent fous, les privilégiés nous réclament de nous unir pour faire front à ce qu'ils nomment un terrorisme.

La marche organisée à Paris le 11 janvier est, non seuelement, une injure à l'intelligence  mais, aussi, une insulte à tous les peuples asservis aux impératifs des possédants et des accumulateurs de profits en milliards de dollars ou d'euros.

Le système libéral est fauteur de guerres intérieures et extérieures : il n'est pas tolérable : il faut le changer !

Il faut casser la machine à faire de l'argent. 

Il faut instaurer le partage équitable des ressources : une part à l'inventeur, certes, mais la même part à ceux qui lui permettent de réaliser la mise en oeuvre de son invention.

Un jour viendra où les exclus devenus totalement fous seront enragés et détruiront tout. Il faut agir avant ce moment. Lorsqu'il n'y aura plus d'exclus et que chacun disposera d'un revenu naturel décent, alors il ne restera plus que les malades et nous aurons tout le loisir de les aider, de les protéger et de nous protéger.

Le monde va mal mais il suffirait de si peu d'efforts citoyens pour redresser la barre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.