RENE FIORI
Abonné·e de Mediapart

220 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 juil. 2015

BURN OUT ET ENTRETIEN ANNUEL DE DEVELOPPEMENT PERSONNEL

RENE FIORI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a de quoi rester perplexe devant les réflexions menées en aval du problème que constitue le Burn-Out et de toute détresse au travail vécue par le salarié. En amont, n'est-ce pas un peu le Blak-out ? Notamment concernant l'Entretien Annuel de Développement Personnel ( voir http://www.detressesautravail.org/index.php/souffrance-et-suicide-du-sujet-par-l-eadp) qui maintenant a lieu deux fois l'année. Cet entretien qui vient comme une doublure du contrat de travail reste à l'écart des réflexions. Pourtant il est un des instrument essentiel du management. Il exploite de manière éhontée l'assymétrie, la non réciprocité entre l'entreprise et le salarié pour extorquer une confiance qui ne peut être qu'unilatérale, puisque n'apparaît pour l'autre partie aucun engagement similaire sur ce même document. On pourra juger par le lien hypertexte ci-dessus du nombre de rubriques qui se multiplient et de la contrainte qu'elles instaurent, nous dirons de la pression. Christophe Dejours et d'autres ont bien relevé ce point.  Cette question de la liberté est amplement abordée dans le livre de Bruno Trentin, La cité du travail, qui revient à ce propos sur les écrits de Simone Weil.  Cette question pourrit la vie politique de notre moment. Un délégué syndical FO a pu me dire récemment combien il mettait certains salariés en situation de souffrance. Car il y a une conséquence à cela que nous exprimerons ainsi : A force d'agir malgré ce que l'on pense, on finit par penser comme on agit, c'est à dire comme un autre qui vous est étranger.Les citoyens disparaissent pour laisser place à des supporters d'objectifs de leur entreprise, et cela vaut aussi pour le temps hors travail. Ici c'est Guy Debord, La société du spectacle, qu'il faudrait relire, ou même Philippe Sollers qui d'une certaine manière s'inscrit dans sa continuité.  Cette pression majorée par l'EADP parce qu'il prend dans sa nasse l'ensemble des comportements du salarié, désarrime toujours un peu plus ce dernier de son statut de citoyen pour ne plus reconnaître que sa subordination aux objectifs de l'entreprise, et ce quoiqu'il arrive. C'est ce qui ouvre aussi à la possibilité que s'instaure, à bas bruit, une criminalité blanche, ce qu'aborde Jean de Maillard dans son livre L'avenir du crime (Ed Flammarion). L'entretien avec Stéphanie Gibaud, lanceur d'alerte, (http://www.detressesautravail.org/index.php/les-entretiens-de-dat) et son livre La femme qui en savait trop en donne un exemple, qui a déclenchée l'affaire UBS. Nous avons connu pour notre part des salariés qui avaient été destitués de leur fonction pour n'avoir pas obtempéré au remaniement de documents comptables qui leur avait été demandé. Mais l'EADP n'est pas bien sûr le seul paramètre en cause dans la question du Burn-out. Les multiples réunions et points d'équipe qui excitent l'émulation des participants au delà de toute proportion en sont aussi un autre paramètres. Il ne s'agit pas ici de la bonne ambiance, nécessaire à la réalisation de l'activité. Mais de l'exigence d'une participation plus intime, jusqu'à instaurer des paramètres qui s'assurent de l'authencité de cette implication, comme ces ignobles points d'humeur. Si vous n'appelle pas cela "totalitarisme", alors vous l'appelez comment ? 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — École
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Éducation
Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère
L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en cause.
par Mathilde Goanec
Journal
Rapport du médiateur de Pôle emploi : ces règles qui pourrissent la vie des chômeurs
Sanctions « de plus en plus sévères et disproportionnées », « aberrations » derrière certaines mesures gouvernementales ou encore préconisations restées lettre morte : le médiateur national de Pôle emploi publie son rapport 2021, sans masquer son agacement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En convalescence financière, le bailleur social Semcoda distribue des primes à ses dirigeants
Malgré sa santé économique fragile, le plus gros bailleur social de la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de distribuer à ses dirigeants des primes critiquables car elles intègrent des résultats exceptionnels liés à des ventes de logements. Les salariés, eux, n’ont pas perçu d’intéressement depuis plusieurs années.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger