PSYCHANALYSE EN POLITIQUE

Quelle pourrait être le rapport entre science et politique, là où l’alliage de la science et de l’économie disqualifie et destitue toute valeur subjective-donc politique- authentique ?

Disons d’emblée que la science qui pourrait inspirer la politique n’est pas de même nature que celle qui se conjugue aujourd’hui avec l’économie,  et l’idéologie qui les pourvoie en sens. Pour ce dernier alliage, maléfique,  car il semble nous démontrer que l’homme est plus doué pour son auto-destruction que pour toute autre chose, nous renvoyons aux nouvelles du jour.

Il ne s’agit pas néanmoins de revenir aux références de l’ingénierie sociale, du saint simonisme par exemple qui irrigue une bonne partie des discours politiques à gauche. Ne disons rien du libéralisme, véritable calamité à la hauteur de nos délires. Nous nous étonnerons plutôt  de l’axiome de Lacan qui sous-tend sa théorie des quatre discours : celui du maître, celui de l’hystérique, celui de l’universitaire, et celui de l’analyste puis du cinquième, celui du capitaliste, aujourd’hui doublure du discours du maître.

Avant de considérer les deux discours du maître et celui du capitaliste, surprenons - nous à constater que les quatre premiers discours premièrement établis, le sont  à partir d’une certaine position d’un sujet et de sa relation au savoir. En haut à droite du quadripode qui structure les discours (nous vous renvoyons au Séminaire XVII de Jacques Lacan : L’envers de la psychanalyse), il s’agit dans les quatre cas, d’un savoir porté, ou plutôt recelé par un sujet et qui subit une altération venant d’un autre  sujet, qui tous deux en fait portent des fonctions: savoir extorqué et formalisé dans le discours du maître, savoir défié dans le discours de l’hystérique, savoir adressé et formalisé dans le discours de l’analyste, savoir imposé dans le discours universitaire. Ainsi le lien social serait une machine de transfert et d’altération du  savoir à partir de la libido. Car le lien social est avant tout machine libidinale. L’agent de l’extorsion, le maître, l’agent du défi, l’hystérique, l’agent de l’adresse, l’analyste, de l’imposition, l’universitaire, changeant ainsi de nature, se trouve lui en haut à gauche de ces mathèmes. Le lien social serait un rapport à deux, un discours donc, tout autant qu’une machine de transformation de la libido, de l’énergie libidinale. Laissons à ce dernier terme ses équivoques : jouissance ? Désir ? Amour ? Il bien  probable que ces trois versants, versions, soient concernées dans des combinaisons et des proportions différentes

Si l’on considère  le discours du maître et sa transformation dans le discours du capitaliste, il semble difficile de ne pas tenir compte de ce sur quoi a pris appui Lacan, à savoir sa pratique comme psychanalyste. Autrement dit le dispositif que constitue le discours de l’analyste, et ce à quoi il donne occasion de se systématiser : le discours de l’inconscient. On remarquera que l’un est la mise en acte d’un rapport entre deux protagonistes contemporains, et donc intersubjectif, et que le second, intrasubjectif mais dont l’adresse consistitue la condition de son ex-sistence, est l’actualisation d’un relations passées, parentales, refoulées, désir de l’Autre où s’. Ces deux discours incrustent l’axiome qui à notre avis se révèle être aussi bien un axiome politique. A savoir que plus la formalisation d’un savoir s’épure, plus s’épure, se radicalise, le reste qui lui fait objection. Ici dans le cas de la cure analytique, un objet a se déployant dans un scénario fantasmatique, puis se manifestant  dans un dépassement comme détouré, dépouillé, de tout sens. Autant dire que le corrélat est une « destitution » radicale du sujet, accompagnée d’une « déflation » du désir, désir tel qu’il était jusqu’alors activé par fantasme. Cela ne va pas sans déploiement maximal de la défense dans cette trajectoire. « Déranger la défense », pointe Jacques Alain Miller dans un de ses cours, comme préalable à l’accession de ce foyer des symptômes et à son dépassement.

C’est cette dynamique que notre propos désigne comme axiome politique et qui nous vient de l’inconscient.  Plus la science alliée à l’économie investit en étendue et en pénétration un champ, un milieu social, et plus elle produit d’objets désanimés, sous deux versants. D’abord une production de l’objet a, objet matériel produit pour notre plus grand confort, fournissant énergie mécanique, électrique, énergétique, informatique etc ., là où s’est dissipée de l’énergie vitale. Mais l’objet a c’est aussi ce qui reste du sujet, émincé, laminé, essoré, destitué,  désaffecté   de toute valeur, quand il se présente comme défalqué du savoir qu’il pouvait mettre en œuvre , et qui aujourd’hui se transfère aux machines, automates et robots.                                                                

Le mathème du discours du maître de Jacques Lacan décrypte le mouvement d’extorsion du savoir-faire du travailleur et sa formalisation en savoir, et celui de discours du capitaliste nous indique sa conséquence et ce qui opère aujourd’hui, c’est-à-dire à l’objet instrumenté à quoi il se réduit et qui est au service de la machine, dans tous les sens du terme machine.  Des amis militants me faisaient remarquer que ce n’était pas nouveau et que cela avait été relevé nombre de fois dans différentes sphères intellectuelles. Certes. Mais qui s’en est emparé pour s’y opposer, y contrevenir, y contredire ? Tenir compte de cet axiome  de la psychanalyse mettrait en jeu une toute autre politique que celles auxquelles nous assistons aujourd’hui et qui sont la conséquence d’une renonciation plus lointaine et que pointe très précisément le livre de Bruno Trentin, La cité du travail.

 

La radicalité de la destitution de la personne comme conséquence de la confiscation du savoir et sa formalisation en théorèmes scientifiques, scientistes, matérialisés en machines et automates, et la désinsertion sociale qui s’ensuit produisant toujours plus de rebuts de la société, n’est autre que le noyau irruptif des radicalisations en cours . Mais pour autant, la dite insertion sociale nous sort elle d’affaire ? A disposer toujours plus d’adjuvants et d’expédients technologiques qu’il faut servir, qui sont les objets passifs et inertes dans cette histoire ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.