Les ânes choisiraient la paille

Les ânes choisiraient la paille plutôt que l'or  Héraclite CIII 123 (9 DK)

harvest-spiral-1969

Valeur et non-valeur sont deux qualités contraires que l'on trouve à la fois sur la paille et sur l'or. Mais comme contraires immanents, il y aurait contradiction. Comme contraires relatifs, la contradiction est levée : la paille a de la valeur pour l'âne, est sans valeur pour l'homme, l'or a de la valeur pour l'homme, est sans valeur pour l'âne.

La valeur de la paille est naturelle, car l'âne se nourrit de paille, la valeur de l'or est conventionnelle. Chacun, homme et âne, vit dans son monde, monde qui, dans un cas s'inscrit au sein de la nature, non dans l'autre. 

Héraclite aurait pu confronter deux mondes naturels, écrivant par exemple : « Les ânes choiraient la paille plutôt que les vers de terre. » Cela suffirait pour expliquer ce que sont les contraires relatifs. En disant : « Les ânes préfèreraient la paille à l'or », il laisse entendre que l'or est une fausse valeur. Or, qui accorde une grande valeur à l'or ? « Les hommes », c'est-à-dire le peuple, les nombreux, non le philosophe. On reconnait ici une intention critique à l'égard du commun des humains qui font le choix de valeurs convenues. Il leur donne en exemple l'âne qui, avec raison, préfère la paille à l'or. Il ne s'agit pas d'imiter l'âne, mais de trouver la « paille » qui nourrit.

Marcel Conche, Héraclite, Fragments recomposés, puf 2017

Alexander Calder, Harvest spiral, 1969

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.