Rêveusement

paysage-du-midi-chaim-soutine-1922-23

Il faut que le feu d'une étoile me brûle. Il faut que je sois un petit caillou dans l'univers. Là est ma pensée.

Dans les ruisseaux à se frotter, dans les torrents, dans les ponts, dans le fléau des balances et celui des moulins, comme au fond de l'océan, à la pointe du crayon, à la pointe de l'épée, là sont nos pensées. Jamais inutiles.

Sur ce pixel, dans cette fourmi qui court parce que je l'ai épargnée, sur celle que j'ai écrasée. Sur l'homme emprisonné, empoisonné, piétiné, sur la femme assassinée règnent les petits cailloux de nos pensées.
Rêveusement, sur la plage, je collectionne des petits cailloux, je ne peux m'en empêcher, ou de les caresser, des yeux, rêveusement.

Chaïm Soutine, Paysage du midi, 1922-23

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.