La mer a mal

La mer a mal
la mer se plaint
elle gémit sous la poussée qui l'enfle
son ventre est plein
Elle voudrait un pêcheur qui lui prenne l'enfant
C'est une baleine
une abominable et tendre baleine
verte et noire
Elle s'écrasera sur la terre
et la terre la mangera
Et elle, mangera la terre en descendant dans ses moindres recoins

Méditerranée Médée
La terre dévore ses enfants
comme ils l'ont dévorée
La mer l'imprégnera de la mort
qu'ils ont tant ignorée
Bientôt les élections européennes
pour qui a encore soif d'Europe

La rivière charrie de la pensée
à travers les âges
Elle traverse mes rêves
ma main la sent bouger
prend le crayon
mais c'est une jambe qui me réveille dans la nuit
une jambe grignotée par la maladie

La mer déverse les pensées écrasées, noyées, évidées
le soleil se lève encore
Pour qui ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.