René Thibaud
Abonné·e de Mediapart

126 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 avr. 2021

René Thibaud
Abonné·e de Mediapart

Animal

René Thibaud
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une histoire que je suis en train d'écrire pour les enfants, m'arrive un chapitre contenu tout entier dans les 3, 4 mots de son titre : La lamentation du moineau. Je tire un trait au-dessus et un au-dessous, je suis incapable d'y inclure un mot de plus. J'en garde une inquiétude pendant quelques jours. Pourtant je sais que tout est dit, là dans ce silence unique, très particulier, de la lamentation du moineau. Patachon, le héros de l'histoire, venait d'entrer dans l'hiver, après avoir remisé sa patache. Nul moineau n'était apparu jusque là. Je finis par griffonner, pour ce lamento, 

               qui l'entendra, le chant sans voix,
               si contrit, si recueilli,
               que la tiédeur de plume

Au chapitre suivant, Patachon, sortant d'une saison catastrophique pour lui, découvre le ciel et la nature.

C'est alors que tout à fait par hasard je lis, sous la plume ( ! ) d'Alaa El Aswani (Le Syndrome de la dictature, Actes Sud, 2020), une histoire de moineau, qui explique de manière simplissime la raison d'être de la religion dans la tradition musulmane : se tranquilliser sur ce que nous ignorons, ce qui ne dépend pas de nous, ce qui est l'affaire de Dieu.

Le moineau semblait très malheureux et Dieu lui demanda :
— Pourquoi es-tu si triste ?
— Je suis triste, répondit le moineau, parce que j'ai fourni un grand effort pour bâtir un nid dans cet arbre, mais vous, Seigneur, vous avez détruit mon nid et je suis sans demeure, sans aucun endroit où m'abriter et je dois à nouveau refaire tous ces efforts pour construire un nouveau nid.
— Ne sois pas découragé, lui répondit Dieu, tu y avais seulement vu un nid pour y vivre, alors que moi je peux tout voir. Il y avait là une grande vipère qui t'attendait en embuscade. J'ai détruit le nid pour te sauver la vie. Alors que tu penses que je t'ai fait du mal, mon cher moineau, je t'ai sauvé.
Le moineau cessa d'être triste et il se mit à louer Dieu pour sa bonté et sa bénédiction et se mit avec enthousiasme à bâtir un nouveau nid.
Cette parabole, très connue en Islam, nous apprend à ne pas être triste lorsqu'une calamité s'abat sur nous, car cette calamité peut réellement nous sauver d'une encore plus grande catastrophe, connue de Dieu seul. A ce égard, le Coran proclame : "Il est possible que tu n'aimes pas une chose qui est bonne pour toi et que tu aimes une chose qui est mauvaise pour toi. Mais Dieu sait et tu ne sais pas."

Voilà peut-être de quoi rassurer les humains. Mais le moineau, se laisserait-il aussi facilement manipuler ?
Je décide donc de lui laisser son espace sur la page, sans trop m'approcher. Je comprends que dans ce chapitre Patachon découvre l'animal.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Tarifs des transports franciliens : Valérie Pécresse et le gouvernement se renvoient la balle
La Région Île-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, a annoncé que le pass Navigo passerait de 75 à 90 euros si l'État ne débloquait pas des financements d’ici au 7 décembre. Alors que les usagers craignent la déflagration, la Région et l’État continuent de se rejeter la responsabilité.
par Khedidja Zerouali et Ilyes Ramdani
Journal — Europe
« La guerre entraîne la solidification des nations russe et ukrainienne »
Pour l’historien américano-ukrainien Serhii Plokhy, le conflit qui fait rage en Ukraine est une lutte de « libération nationale », dans laquelle les Ukrainiens sont « majoritairement restés unis », renforçant même leur identité. Il constate « l’ukrainisation » des populations du pays.
par Laurent Geslin
Journal — Travail
« Un employé mieux reposé est plus efficace » : la semaine de quatre jours à l’essai au Royaume-Uni
Jusqu’à fin décembre, des dizaines d’entreprises britanniques testent la semaine de quatre jours. L’idée de travailler un jour de moins pour un salaire et une productivité inchangés séduit les salariés, et bien souvent leurs patrons. Même si les réalités économiques peuvent les rattraper.
par Marie Billon
Journal — Outre-mer
Karine Lebon : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
Députée de La Réunion, Karine Lebon dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif