Vous écrivez

Maintenant je fais des petites crottes dans les draps des lits. Ou même dans la vaisselle des placards.

Ils se demandent comment une souris a fait pour remonter quand ils trouvent trois petites crottes noires au fond de la jolie faïence blanche de la cruche provençale. Ils n'y mettent pas souvent de l'eau – ils boivent du vin – elle est bien sèche, propre et luisante. Elle sent bon la maison. Comme les draps dans les lits.
Et je trottine entre les cordes du piano, dans la guitare.
J'ai besoin de la musique, elle est chaude, les sons m'enveloppent, m'habillent. Je me souviens de cet air que j'avais appris à l'Ecole Normale du temps de ma jeunesse folle :
Une puce gentille chez un prince logeait
Comme sa propre fille le brave homme l'aimait
Et l'histoire raconte qu'un jour par son tailleur
lui fit pren-endre-e-me-e-sur-u-re
Pour un habit de cour.
Royal bien-être de chanter, de sauter, de danser. Voilà comment je remonte de la cruche, sans doute.
Il faut avoir vécu toutes ces affres du temps pour redevenir soi-même, au temps où l'on était Roi, roi ou prince, ou marquis !
Le Marquis de Carabas ! Le petit chat chaussant les grosses bottes, presque plus grandes que lui ! Et l'ogre avalé par la souris. Dédale sans fin des métamorphoses douillettes et cruelles. Alors, vous écrivez ! ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.