renelle
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juil. 2010

renelle
Abonné·e de Mediapart

Et ils affirment, ils expliquent, ils disent... Et ils parlent, parlent, parlent...

renelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Et les voilà qui parlent du suicide !

Et ils affirment que cela vient de la personne qui s’est suicidé : elle s’est peu à peu renfermée, elle s’est éloignée de son entourage…

Et ils disent que personne ne voit généralement rien venir… Que les parents ne perçoivent rien …

Et ils expliquent ces suicides par de petits faits : une rupture affective, des difficultés scolaires, la perte d’un emploi…

Et ils disent qu’il y a une histoire avant qui préfigure ce qui est arrivé, qui s’est manifesté par de petits faits…

Et ils disent que l’entourage aurait dû leur faire consulter des psy …..

Et ils disent que c’est la société qui génère ces suicides…

Et ils disent qu’il faut faire de la prévention, rendre la vie de ces dés errants acceptable…

Et ils disent qu’il faut diminuer les pressions (scolaires, professionnelles)

Et ils parlent des suicides d’enfants… Ils disent qu’ils sont de plus en plus nombreux…

Et ils parlent du « sens de la vie »…

Et ils disent que c’est une maladie…

Et ils parlent des psychotropes vecteur de… de la narcissisation des parents ( ?)…

Et ils disent que le suicide reste un acte où « ils - elles» se sentent libre de choisir…

Et ils parlent des réseaux sociaux : Facebook

Et ils parlent du risque de s’enfermer sur internet, que « tout ça » c’est du virtuel, et que « c’est » différent du réel…

Et ils disent qu’il manque de systèmes de surveillance sur les réseaux sociaux…

Et ils parlent d’une prise de conscience de l’isolement « Vous êtes tout seul dans votre chambre de bonne »

Il est certain qu’internet exerce un influence sur les suicidaires…

Avec des influences extérieures… 30 modérateurs pour Skyrock…

Et ils disent que les drogues et les « substances » ont aussi une influence…

Et ils disent que les ados n’ont plus de contact avec la « réalité » de la mort et que son idée est devenue abstraite…

Et ils disent que « tout est bon pour retrouver une estime de soi… »

Et ils disent que le suicide n’est pas seulement lié aux bouffées d’angoisse..

Et ils disent que l’on ne donne pas de place à « ces » jeunes…

Et que les effets de la crise sont également importants, qu’il faut en tenir compte….

Et qu’aujourd’hui la violence est inconsciente et que, par conséquent, la mort en devient virtuelle….

Et ils disent (solution) qu’il faut renforcer le désir de vie chez « le » jeune…

Et (philosophiquement) : le suicide c’est un choix qui élimine tous les autres choix…

Et ils disent (scientifiquement) qu’il n’y a pas de gène du suicide, oh non… mais qu’il y a tout de même des familles de suicidaires… La question de l’exemplarité doit être abordé…

Et ils constatent qu’on est enfin arrivé à sortir le suicide de la honte…

Et ils disent (en bon psychologues) que l’adolescence est un passage et non un deuil !

Et ils disent (historiquement) que les sociétés traditionnelles ont mis des rituels de passage pour éviter cela, « on » marque le corps, « on » souffre symboliquement (tatouages…).

Et ils disent (rassurants) qu’il n’y a pas de fatalisme avec le suicide et que ça n’a rien à voir avec la lâcheté…

« Mais il est presque la fin de l’émission…

Merci infiniment les uns et les autres et je vous rappelle que… »

.........................................................................

Merde, de merde, de merde….

Qu’ont-ils donc dans le crâne ces soi disants spécialistes ?

Voilà typiquement une EMISSION QUI NE SERT STRICTEMENT A RIEN ! Elle n’informe pas et n’apporte aucun éclairage original sur le problème des suicides qui se multiplient, qui augmentent ...

C’est de plus en plus souvent le cas dans cette ancienne « bonne émission » : « C à dire ».

Hier par exemple (29 06 2010) tous les interlocuteurs étaient du même bord politique et donc du même avis sur la « crise » : « il faut réduire les fonctionnaires » « gérer enfin efficacement les administrations publiques, le système de santé » « il faut augmenter les années de travail et les taxes »…

Un ramassis d’ultra-libéraux avec en « Monsieur loyal » monsieur Calvi, qui sait d’où vient le vent !

Mais revenons sur la montée des pulsions suicidaires dans la population.

Ces braves scientifiques ont soulignés que les suicides sont plus fréquents dans des populations « cloisonnées »…

On nous donne alors à voir un reportage réalisé en Grande Bretagne.

Les personnes interviewées disent qu’elles ne comprennent pas, que les suicidés bénéficiaient un environnement familial favorable, « normal », familles unies, petites amies, etc.

Pourtant les images parlent : zones suburbaines, pavillons tous semblables, rues désertes, pas d’arbre, pas de commerce.

Le contexte urbain montre sa vacuité : pas d’expression artistique, d’espace de création, pas d’agora, pas de bibliothèque ou médiathèque de proximité, pas parole libre en conséquence !

Et reliant ces images à nos souvenirs, aux expériences que tout un chacun connaît s’il a vécu dans une de ces cités sans âme : bistrots ou les travailleurs succèdent aux chômeurs, où l’on boit trop d’alcool, où les propos quotidiens instillent des idées pernicieuses : la peur du différent, de l’étranger, d’une autre sexualité… On a de tout autres explications aux gestes suicidaires qui alarment nos chers spécialistes…

Si l’on constate aussi que dans les pavillons le petit écran fait de terribles ravages : la télé-réalité et ses propos outranciers, stéréotypés, les chansons débiles, la stupide communication via internet, I-pod (dis, ça coûte combien un I-pod ?) et la crétinisation progressive des adultes qui imitent les ados plutôt que de s’assumer en tant qu’adulte (*)…

On s’étonne du choix des électeurs ?

On s’étonne de la montée de la vague suicidaire ?

Or donc nos politiciens qui mettent en place, cyniquement, ce désert intellectuel en donnant la responsabilité des médias aux amis des amis, eux même amis des grands groupes financiers qui n’ont pour but (conscient … ou –plus grave – inconscient) que d’entretenir cette crétinisation, pour asseoir leur pouvoir, ces hommes de pouvoir sont les vrais responsables de cette désespérance.

Et ce regard lucide sur ces malfrats souligne aussi notre impuissance !

D’autant que les instances politiques, celles qui devraient proposer au monde des travailleurs des réponses exaltantes en montrant la richesse du monde, ses possibilités, les progrès à réaliser dans l’univers de la pensée et proposer une alternative sociale écologiste, laïque à ce monde de brutes, d’autant que ces instance politique sont freinées et tenus en laisse, muselés par la crainte qu’ont les militants travailleurs de la perte d’emploi !

Et nos jeunes, nos enfants, seuls, dans un monde de plus en plus formaté et prisonnier des puissances de l’argent, se sentent sans prise sur celui-ci, sans écoute, prisonniers dans un monde désespérant…

Dès lors faut-il s’étonner que la mort reste pour certains d’entre eux (peut-être les plus lucides) le seul geste qui leur appartienne et qui affirme leur condition d’homme libre ?

Voilà ce que m’inspire l’émission d’Y. Calvi aujourd’hui !

(30 06 2010)

(*) J’ai quelques beaux exemples autour de moi ! Des personnes cultivées, passionnées de sciences et d’art, choisissent par faiblesse de s’insérer dans et parfois même de promouvoir l’univers débile des chansonnettes d’ado., des comédies musicales crétines et commerciales, et d’accompagner leur mômes pour qu’ils soient photographiés en compagnie d’animateurs insignifiants, de misérables starlettes aux idées nauséabondes et qui affichent le bling bling le plus scandaleux … Evidemment tout cela s’accompagnant du rejet, et même du mépris de l’action politique !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Social
Anthony Smith, inspecteur du travail devenu symbole, sort renforcé du tribunal
Devant le tribunal administratif de Nancy ce mercredi, la rapporteure publique a demandé l’annulation des sanctions visant l’agent de contrôle, accusé par le ministère du travail d’avoir outrepassé ses fonctions en demandant que des aides à domicile bénéficient de masques en avril 2020.
par Dan Israel
Journal — Extrême droite
Extrême droite : les larmes (de crocodile) des élites libérales
Les succès électoraux de l’extrême droite, comme en Suède ou en Italie, font souvent l’objet d’une couverture sensationnaliste et de dénonciations superficielles. Celles-ci passent à côté de la normalisation de l’agenda nativiste, dont la responsabilité est très largement partagée.
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis