renelle
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 oct. 2012

renelle
Abonné·e de Mediapart

DOUX, NON A L'INJUSTICE... SIMPLEMENT!

renelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Brigitte est menue, le regard clair, prompte au sourire.

Brigitte vient d’être licenciée…

Elle ne comprend pas.

« Cela fait 30 ans que je suis chez Doux. J’ai commencé à l’âge de 19 ans. Je travaillais au conditionnement. J’étais appréciée. Puis on m’a confié le « ménage »… On avait confiance en moi. C’est moi qui fermais les portes. On m’avait confié les clés. Le bureau, c’était ma deuxième maison ! »

Les lettres de licenciements sont toutes identiques, froides comme un couperet.

Motif : suppression de poste ! Qu’est ce que ça veut dire « suppression de poste », c’est vague, injuste, méprisant !

Brigitte dit son désarroi. Elle ne comprend pas.

« Peut être que je leur coûtais trop cher…. Ils m’ont remplacé par une plus jeune ! »

Ce matin les Doux de Blancafort (Cher) défilaient en tête de la manifestation de la CGT pour défendre l’industrie de notre pays…

Voilà des travailleurs méprisés, humiliés et licenciés…

120 repris sur 284…

Ceux qui sont repris serviront Glon Sanders et Duc…

Eux, ils ont trimés pour Doux !

Ils ont fait de la famille Doux la 146 ème fortune de France. La fortune de Jean Charles  a même progressé de 18 % entre 2010 et 2011, passant de 280 à 330 millions d’euros…

En 2007, alors que l’entreprise enregistre un déficit de 45 millions d’euros, qui vient s’ajouter à une dette de 310 millions d’euros, la fortune personnelle de Charles Doux s’accroît.

En 2008, l’entreprise renoue avec les profits. Le bénéfice net de l’entreprise est alors de 52,3 millions d’euros. Chaque employé a perçu, au titre de la participation sur le bénéfice en 2008, 83 centimes…

Le tout dans des conditions de travail déplorables où accidents du travail, maladies professionnelles, répression syndicale et remise en cause des acquis salariaux, sont légion.

Eux, tout au long de leur carrière de forçat, on les payait en moyenne 1400 euros pas mois…

164 sont licenciés… Ils ont tous reçus leur courrier.

Sec !

Le capitalisme !

L’arrogance et la morgue : le capitalisme !

Doux de ce point de vue était exemplaire.

La compétitivité justifie tout : flexibilité, bas salaires, licenciements…

Les repreneurs (Glon Sanders et Duc) sont ils d’une autre trempe ?

Déjà le morcellement en travaux précaires est mis en œuvre : quatre intérimaires se battent depuis quelques jours pour tenir le poste le plus longtemps…

Dumping social, oh ! dumping, quand tu nous tiens !

Le capitalisme use des mêmes ficelles usées, ultra-usée et déjà décrites par Zola : les mineurs belges sous-payés qui remplacent les français trop cher aux yeux des gros patrons !

Pourtant les Doux aimaient leur travail…

On a usé de leurs force à coup de déréglementation : de 28 h à 48 h en modulation selon les semaines…

Maintenant on en reprend certains, les plus dociles, les moins chers, les moins malades… On leur alloue un emploi, tel une manne, comme une aumône faite aux indigents !

Ou bien on propose des postes éloignés, en Bretagne par exemple… Des postes déqualifiés évidemment !

Dégueulasse, DE-GEU-LASSE !

Nous, CGT, « ils » nous ont jamais laissé entrer…

Se syndiquer, chez Doux, c’était presque une faute professionnelle !

Nous, CGT, on était extérieur donc peu informé de ce qui se passait à l’intérieur…

Il y avait bien un CE… méprisé et peu informé…

Et des « jaunes » bien complices des patrons…

Vous, vous savez ce qu’est un « jaune » ?

On est tous réunis ce soir…

Avec des membres du bureau départemental de la CGT.

Il faut faire une section syndicale.

Il faut porter cette « casse » scandaleuse sur la place publique….

Il faut se battre.

Il faut mettre la même hargne dans ce combat que les forces que l’on mettait dans le travail…

Montrer et interdire l’iniquité et l’injustice pour que les autres n’en souffrent pas !

Justice et respect…

Simplement !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Social
Anthony Smith, inspecteur du travail devenu symbole, sort renforcé du tribunal
Devant le tribunal administratif de Nancy ce mercredi, la rapporteure publique a demandé l’annulation des sanctions visant l’agent de contrôle, accusé par le ministère du travail d’avoir outrepassé ses fonctions en demandant que des aides à domicile bénéficient de masques en avril 2020.
par Dan Israel
Journal — Extrême droite
Extrême droite : les larmes (de crocodile) des élites libérales
Les succès électoraux de l’extrême droite, comme en Suède ou en Italie, font souvent l’objet d’une couverture sensationnaliste et de dénonciations superficielles. Celles-ci passent à côté de la normalisation de l’agenda nativiste, dont la responsabilité est très largement partagée.
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias