Portugal: visite en grande pompe des vautours!

Grande journée à Lisbonne… Les «belles personnes» du FMI, de la Banque Centrale Européenne et de la grosse Commission, c'est-à-dire des «super spécialistes», des mecs «costard cravate» et des nanas «petit tailleur strict mais quand même» vont juger de la santé de l’économie portugaise…

vautour-pas-content-wallpapersGrande journée à Lisbonne… Les «belles personnes» du FMI, de la Banque Centrale Européenne et de la grosse Commission, c'est-à-dire des «super spécialistes», des mecs «costard cravate» et des nanas «petit tailleur strict mais quand même» vont juger de la santé de l’économie portugaise…

 

 

Levons le suspense tout de suite. En réalité, proportionnellement, la dette abyssale des portugais n’est pas plus profonde que celles des autres pays de la zone « sud » européenne : Italie et Espagne, pays auxquels on peut ajouter notre sympathique et surréaliste voisin, la Belgique et… Notre terroir à nous, la France !

Elle s’élève en plusieurs milliards d’Euros au total (peut importe la précision des sommes, elle varie selon les observateurs et les modes de calcul) cette dette, d’après les experts chapeautés !

lune-et-vautour-1024pix

Ah ! Mais alors, me direz-vous, pourquoi donc cette mise à l’index du petit Portugal ?

 

L’opprobre prend son origine au travers de l’avis compétent des très craintes (et craignosses) agences de notation… Non élues, soutient le plus efficace de l’idéologie libérale débridée, ces agences sont les vautours qui guettent les marchés pour fondre et permettre la mise à sac des pays fragilisés (psychologiquement) par la « crise » économique qui affecte surtout les gants blancs (les traders)…

Bien que les bénéfices boursiers n’aient jamais été aussi hauts!

 

En bref, le Portugal est mal noté par les… agences de notations.

Seulement voilà, elles ne sont pas impartiales !

vautour-fauve-wallpapers

Cependant il faut dire que la crise politique portugaise plutôt minable de ces derniers jours, trouvant son apogée dans la démission de Socrates, n’a rien arrangé sur le plan international.

Soulignons que les deux parties en cause sont aujourd’hui d’accord pour un contrôle de l’Europe et partant pour un nouveau plan d’austérité… Pour que les pauvres paient!

 

Ajoutons que, dans ce contexte, la zone nord de l’Europe (l’Allemagne en tête) se refuse, freine autant qu’elle le peut, pour aider la zone sud !

Vautour-fauve-3-copie-1.jpg

On sait ce que veut dire, dans notre monde capitalistique, l’expression « plan d’austérité »…

 

Comme la zone « euro » ne permet pas un ajustement nominal, c’est-à-dire de dévaluer la monnaie portugaise seul est possible un ajustement réel, soit une baisse des salaires.

Mais les salaires moyens des classes laborieuses restent très bas (aux alentours de 500 euros/mois)!

La main d’œuvre portugaise peu cher est employée dans une industrie très fragmentée, de petite taille est qui reste peu compétitive… L’immigration portugaise vers les « zones » riches continue !

 

Point n'est besoin d'être grand clerc pour deviner ce que vont décider les vautours du FMI, de la Banque centrale et de la commission européenne. Un plan d'austérité... Pardi! QAue les pauvres paient! Ah! Non mais!

vautour-fauve-wallpapers

 

OUI MAIS

 

Alors? Quelles seraient les possibilités pour le Portugal de se sortir de ce guêpier ?

 

Très simplement et clairement :

- sortir de la zone euro

- dévaluer la monnaie

- recevoir un soutien financier des pays émergents : Brésil, Chine (ils l’ont déjà proposé)

 

D'après les économistes compétents (je ne parle pas des agents doubles du FMI), selon ce schéma ,50 à 70 % des problèmes économiques du Portugal seraient résolus…

 

La consommation intérieure serait relancée…

Puisque les salaires et le pouvoir d’achat seraient peu ou pas diminués…

L’industrie y trouverait un nouveau souffle…

 

Et même...

Si l’on préfère écarter la sortie de la zone Euro, pourquoi ne pas envisager une fédération de toute la zone sud européenne (pays de la bordure méditerranéenne incluant la France) ?

 

Fédération sud européenne qui d’une seule voix refuserait de payer la dette des capitalistes libéraux !

espoir

Grande journée à Lisbonne… Les « belles personnes » du FMI, de la Banque Centrale Européenne et de la grosse Commission, c'est-à-dire des « super spécialistes », des mecs « costard cravate » et des nanas « petit tailleur strict mais quand même » vont juger de la santé de l’économie portugaise…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.