PARLE MOI DE LA DETTE, JE TE DIRAI QUI TU ES!

150 milliards d’euros/an quittent notre pays pour les paradis fiscaux...

Plus que le déficit de annuel de la France....
Et  pendant ce temps ILS nous parlent de la dette ?

Pour nous rendre « raisonnables » et que l’on accepte de nous serrer la ceinture encore un peu plus…

Tous, cela même en dehors de toute obédience politique. La droite et la gauche « raisonnable » tiennent exactement le même discours (masqué sous des propos lénifiants) et prétextent de directives européennes (pour les quelles ils ont en cœur voté) pour doucement nous faire crever…

Mais de quelle « dette » parlent ils?

Ecoutez nos chers, très chers "spécialistes"...

A les en croire nous serions tous à l'origine de la dette...

Et quand ILS disent « tous » cela veut dire que c’est surtout vous et moi. C’est à dire tous ceux qui peinent à gagner leur vie, ceux qui souvent  n'ont pas même 1000 euros par mois pour survivre...

Ces donneurs de leçon sont les amis de cette petite "élite" d’accapareurs.  Ils biaisent tous les chiffres pour faire croire que sont les abonnés aux raviolis qui grèvent les finances de notre beau pays...

Oui ! Vous et moi... Les « crève la faim » !

Car c’est bien connu, nous, si on chôme, c’est volontairement! On est tellement faignant !

Car c’est bien connu, ce sont ceux qui se rendent aux restos du cœur ou à la banque alimentaire qui fraudent, qui font des bébés rien que pour toucher les alocs, bref, qui profitent des largesses excessives de notre état protecteur!

Notre état « providence » comme ils disent !

Ecoutez les aussi ces exploités. Pas la totalité d’entre eux, mais une part de plus en plus grande. Ils sont pauvres, ils sont exploités, ils triment comme des esclaves mais ce sont eux qui pointent les « différents », les « pas comme il faut » dans leur propre classe : les chômeurs, les étrangers qui viennent manger le pain des français… Les cyniques de la politique et de la désinformation font bien leur travail. Pour que les gros empaffés d’exploiteurs, qui nous rasent la couenne gratos, puissent tranquillement placer leur « sous-sous » dans les paradis fiscaux (îles anglo-normandes, city, caraïbes, Luxembourg, Lichtenstein, etc…) il convient de diviser la classe prolétarienne…

Et justement la conscience de classe disparaît !

Moins d’école, moins de clairvoyance. Plus de chômage, plus de dépendance.

Tout sert le capital ! Surtout la désorganisation des structures qui éduquent le peuple, lui permet de réfléchir (Combien, en proportion, de fils d’ouvriers dans les universités en 2012 ? Combien en 1970 ???).

Et les médias dispensent un message lénifiant et triste de soumission. En alternance avec de beaux match de football, de tennis, de belles émissions de variétoche vantant la suavité des années yéyés (Pourquoi par une seule ne traite des succès du jazz ? Hum ??? Un peu trop « engagé » le jazz !)

Diviser pour régner ! Pour le très gros capitaliste c’est le petit chef d’entreprise qui ne fait pas bien son boulot. Pour le petit chef d’entreprise ce sont les cadres qui ne sont pas qualifiés ou mal formés. Pour les cadres ce sont les ouvriers qui ne travaillent pas bien (« ils ne gagnent pas beaucoup, mais, honnêtement, ils ne valent pas plus »), pour les ouvriers ce sont les immigrés qui font du dumping sur les salaires… Et ainsi de suite…

Sans compter les autres clivages : opposition citadins/monde agricole ; et puis les « bons esprits » qui imposent la béquille « parité » (plus  méprisant pour la condition féminine, tu meurs !)…

Dans ce monde de plus en plus divisé, fragmenté on ne perçois même plus le désastre imminent qui nous pend au nez : dérèglement climatique, appauvrissement de la biodiversité sous l’effet de la préemption du vivant par des groupes mercantiles, accaparement de l’eau, des espaces encore indemnes par des financiers…

Alors haro sur les pauvres ! Sus aux pauvres ! Aux salauds de pauvres !

Les très riches on en parle presque jamais… Et jamais dans la proportion de leurs méfaits !

OR…

La fraude fiscale est une spoliation illégale….

Commençons peut-être par de l’évasion, qui est une spoliation légale….

Opacité, opacité…  

Son organisation repose sur l’intervention d’intermédiaires juridiques et financiers :

- Les banques évidemment… (Qui encaissent les subsides du travail pour le transformer en virtuel : titres et autres)

- Les avocats d’affaires rompus aux processus de dissimulation fiscale… (Donc par définition tous véreux).

- Les cabinets d’audit et de conseil qui jouent de notre sueur et notre peine sur l’échelle internationale… C’est le cas du patron de la Fitch Rating (3 ème agence de notation mondiale) Marc Ladreit de Lacharrière qui dirige nombre de ces cabinets en sous main et reste un proche (un conseillé) de notre ancien "pézident" sautillant…

Ces experts sont présents à la fois dans nos économies et dans les paradis fiscaux…

Leurs services mettent en liaison et conseillent les grandes fortunes et les entreprises et les mettent en liaison avec leurs agents localisés dans les paradis fiscaux qui perfectionnent l’opacité de leur  réglementation...

Ils ne chôment pas… Il s’agit de centaines de milliards détournés du travail, de la sueur et du sang  de millions de travailleurs… Leur action est constante, discrète, efficace et fondamentale… Car elle permet aux spoliateurs fraudeurs de garder la longueur d’avance pour échapper aux velléités de contrôle futur des quelques qui sont conscients de ce vol (Généreux, Filoche, Mélenchon… C'est-à-dire de ceux que l’on crédite en ce moment d’un pourcentage de voix minimal et que, l’avez-vous remarqué, on invite de plus en plus rarement sur nos médias garrottés !)

Si une société doit un milliard à l’état, elle a un problème de gestion…

Si une société doit 10 milliards à l’état, c’est l’état qui a un problème…

La BNP possède ¼ de ses filiales dans les paradis fiscaux… Dont 27 dans les seules îles Caïmans…

Mais c’est bien moins que la banque britannique Barclays qui en possède 168 dans même île..

Et moins évidemment que les banques américaines…

Curieux ? Non ?

Petits Conseils pour placer avantageusement les quelques fonds que vous auriez durement acquis.

Délocalisez le siège de votre entreprise en Irlande ou aux Pays-Bas pour la fiscalité…

Développez une compagnie d’assurance de société au Luxembourg ou aux Bermudes pour assurer vous-même vos activités (et vos placements boursiers).

Investissez aux USA, en Amérique Latine en passant par les Îles Vierges ou en Inde, en Chine, dans les pays pauvres à main d’œuvre peu chère, à travers l’Île Maurice….

Confiez votre fortune aux Banques Suisses ce sont les plus expérimentées dans le mutisme nécessaire au blanchissement et à la fuite de capitaux…

Vous êtes à même de gérer un fond d’investissement ? Alors les Îles Caïmans sont là pour vous servir !

Et si votre argent nécessite un blanchissement plus efficace, si vous menez des transactions qui exigent une très grande discrétion, essayez San Marin (en Italie) ou Anguilla aux Caraïbes…

Mais de qui parle t’on ?

Quels sont ces grands qui, par manière de vivre et de voler l’argent public, méprisent le peuple ?

D’abord les banques, toutes les banques sans exception et bien sûr leur dirigeants !

Les fuites vers les paradis fiscaux ce sont d’abord elles !

Pas les sportifs qui sont si décriés autour du zinc des bars…

Les sportifs que l’on désigne à la vindicte populaire, ce sont de « nouveaux » riches et ils sont généralement issus du peuple…

Ainsi les gros beaufs s’en prennent ils d’abord à ceux là… A ceux de leur classe…

L’évasion fiscale des sportifs (et aussi des chanteurs) est jetée en pâture, soumise aux sarcasmes des crétins, pour masquer les vrais fautifs, les cumulards, les possesseurs des médias, les vrais gros fraudeurs… Ceux qui ne sont jamais mentionnés… Les banquiers par exemple… Mais aussi des chefs de très grosses entreprises dont il semble malséant de d’indiquer les petits trafics…

Exemples.

On compte, pour les seuls évadés en Suisse, la famille Wertheimer, propriétaire de Chanel (entre 4 et 5 milliards de francs suisse pour leur seule « évasion » helvète…), les familles Castel (vins), la famille Bich (stylo, rasoirs, téléphones), Nicolas Puech (Hermès), Denis Dumont (agroalimentaire), Primat (héritier Schlumberger), et Benjamin de Rothschild (Compagnie financière Edmond de Rothschild), toutes quatre basées à Genève et dotées d’un patrimoine supérieures à 2 milliards de francs suisses (1,63 milliards d’euros), jusqu’à 4 à 5 milliards, estime le magazine, pour les familles Wertheimer et Castel…

C’est tellement chouette de participer au vol du fisc, donc des pauvres !

Eh ! Les mangeurs de raviolis ! Ca ne vous fait pas tourner la tête ?

Moi j’ai la rage au ventre…

Et ces salauds sont protégés par une armada de juristes, de conseillers…

On me dit : tu es le pot de terre, il ne sert à rien de s’attaquer au pot de fer…

Ces propos sont hélas souvent tenus par des syndicalistes, des militants politiques…

Ce sont les mêmes qui abandonnent des secteurs entiers à la droite et aux capitalistes lors des élections locales parce que, disent-ils, « on a aucune chance de gagner »… Ce sont les mêmes qui suivent de loin les péripéties électorales et ramèneront leurs fraises quand les « sondages » indiqueront un commencement de basculement…

J’en viens à me demander si ce ne sont pas aussi ceux-là qui sont les vrais boulets du peuple !

Il  est nécessaire, indispensable et urgent de changer les « choses » radicalement.

 

dyn006_original_600_424_jpeg_2522062_8d2b1389455882846ff6cc.jpg

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.