ARBRES DECHIRES - SANS RIME NI RAISON…

J’allais sur vos routes décharnées

Je traînais mon âme maladive

Et vide

La pluie battait le pesant goudron

Et mon cœur cognait dans ma poitrine

Comme l'oiseau prisonnier.

Dans une cage.

CIMG7660

Comme aux temps lointains

Des grandes guerres barbares

Les arbres sur la route d’airain

Faisaient voir de grandes plaies bizarres

CIMG7650

Pauvres branches broyées, arrachées, mutilées

Par les hommes, pourceaux que le temps tenaille

Voir ces grands corps noirs brisés et condamnés

Atroce !

Par ces mutilations sans raison

La noirceur d’âme de mon espèce exulte !

CIMG7646

Comme aux temps lointains

Des grandes guerres barbares

Les arbres sur la route d’airain

Criaient les larmes et le désespoir

CIMG7657

Oh ! Mes frères le vent ne souffle t’il pas raison

Dans vos têtes trop vides d’amour

Et trop pleines de calculs mortifères ?

Ne dit-il pas

Qu’un chêne centenaire mutilé

Ôte de la vie et de l’espoir pour vos enfants ?

De ne rien vouloir d’autre que l’argent

En faisant crever les plantations de vos pères

C’est la liberté et puis l’âme de Sologne que vous assassinez !

CIMG7647

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.