GRAFFES

Rencontre. L'heure était belle.

Rencontre. L'heure était belle.

CIMG1563.JPG

--------

Soudain au détour d’une rue…

J’ai vu.

J’ai vu sur les murs écaillés des musiciens figés : un accordéoniste et un flûtiste...

 

CIMG1567---Copie.JPG

 

... accompagnés d’une jolie banjoïste…

 

CIMG1568---Copie.JPG

Deux, peut-être trois ans qu’un anonyme, (il signe Jeff Aérosol), avait posé ici, dans cette petite rue passante ses pochoirs talentueux…

 

CIMG1590---Copie.JPG

Mon périple en fut modifié…

Je regardais ailleurs…

Les maisons pittoresques et leur style, les beaux monuments que l’on se doit d’admirer, les peintures des musées et à fortiori celles des expositions me semblaient, alors, moins signifiants que ces oeuvres clandestines offertes à tous et sans attente…

 

CIMG1573---Copie.JPG

 

Mon regard était interpellé par LéZart…

N'étais-je pas comme ce personnage, à chaque instant, dans la pose pressée du chasseur d'images ?

 

CIMG1565quatro---Copie.JPG

 

L’ironie politique de certains tags était percutante...

 

CIMG1549---Copie.JPG

 

La philosophie aimable de Miss.Tic agréablement provoquante...

 

CIMG1617---Copie.JPG

 

A l'évidence ces pochoirs, ces peintures relèvent d'une conception radicalement nouvelle de la fonction graphique.

L'oeuvre n'est plus dédiée à un seul et riche propriétaire...

Elle n'est pas destinée non plus à dormir au creux des salles aseptisées des musées...

Mais alors, qu'exprime donc cet art citadin ?

 

 

La philosophie du graffe.

 

La gratuité du geste semble le symbole irréductible des arts de la rue…

L’échange avec le quidam spectateur doit percuter, être très fort, très immédiat aussi.

Pourtant les graffitis accompagnent l'homme dès ses balbutiements.

On en rencontre dans les temps immémoriaux de la préhistoire et du début de l'histoire (tags romains et du moyen-âge!)

Fondamentalement, l'acte créatif reste organiquement spontané et clandestin.

 

Si mon regard se pose sur le graffe, c’est qu’il est attiré par quelque chose qui ne se définit pas avec les critères de l’art traditionnel : l'envie d'avoir, la possession d'une chose unique, d'un objet signé d'un grand créateur, d'une réalisation technique remarquable n’entrent pas ici dans la relation qui lie l’objet artistique au sujet qui l'apprécie…

Je reconnais l'oeuvre pour des critères différents qui tiennent d'abord à la réactivité qu'elle génère en moi...

Et pourtant le "street art" exige un savoir faire tout aussi difficile à acquérir que pour peindre une "toile de gallerie"!

 

 

CIMG1578---Copie.JPG

 

J’aime les moyens qu’utilisent ces nouveaux animateurs du regard, ils sont nombreux, rustiques, simples et peu coûteux. On recensera principalement:

- les pochoirs,

 

CIMG1450---Copie.JPG

- les stucs colorés,

 

CIMG1441---Copie.JPG

- les gravures sur les arbres (utilisées depuis des temps reculés par tous les amoureux),

 

CIMG1496---Copie.JPG

- les gravures sur les murs (qui crient des désirs et des révoltes depuis la préhistoire),

 

CIMG1615---Copie.JPG

 

- les bombes aréosols (les vraies bombes des vrais anars!),

 

CIMG1687---Copie.JPG

- les spray de peinture et les feutres (qui répondent souvent à une envie brutale de dire et d'interpeller le passant),

CIMG1691---Copie.JPG

 

- les stickers (souvent marrants et à la signification parfois énigmatique),

 

CIMG2189---Copie.JPG

- les affiches déchirées (vous devinez pourquoi…)

Et bien d'autres techniques!

Dommage! Je n'ai pas trouvé de production faisant appel à cette technique si simple qu'on peut la qualifier de première, le monotype!

 

CIMG1438---Copie.JPG

 

J’apprécie les tags qu’ils soient en graffs « sauvages » qui révoltent le quartier et qui sont passibles de fortes amendes...

 

CIMG1700---Copie.JPG

 

ou en "blazes" codés qui s’exposent dans des lieux dédiés… qui attirent les champions du tag, les skatteurs et les photographes.

 

CIMG2102---Copie.JPG

 

J’aime les blocks réalisés par deux ou trois graffeurs de styles différents qui s’associent en une œuvre commune qu'ils savent éphémère.

 

CIMG2116---Copie.JPG

 

Car un block, en espace dédié notamment, est rapidement (une semaine environ...) recouvert ou reconverti par un autre tagueur.

 

CIMG1667b---Copie.JPG

Une semaine après...

CIMG1956 - Copie

Mais la production artistique bien qu'elle soit éphémère, toujours se doit d’être au top niveau…

D’ailleurs existe-t-il des graffitis "gratuits" - « vandales » - ?

C'est à dire n'ayant pour objet que de maculer et de détériorer...

Je ne le pense pas!

Ou alors ceux-ci ne ressortent des arts de la rue que par la petite porte de la vulgarité obscène, de l'exibitionnisme, des enfantillages scatologiques…

Le graffiti clandestin, le vrai, n’est jamais destructeur : il occupe seulement une place laissée vacante.

Un espace publicitaire du métro...

 

CIMG1413---Copie.JPG

...les murs des voies de chemin de fer...

 

CIMG1944---Copie.JPG

...les pierres bordant une promenade verte…

 

CIMG2217---Copie.JPG

Mais d'abord le graffiti se doit d’être en situation.

L’artiste joue avec le style d’un quartier, ses habitants et ses commerces.

Un graffe du marais...

 

CIMG2046---Copie.JPG

... n’a rien à voir avec une peinture sauvage, géante et monochrome du 12 ème arrondissement!

 

CIMG1554---Copie.JPG

 

Et puis, en évoluant, les graffitis s’ouvrent à toutes les tendances de l’art contemporain.

On en voit qui s’apparentent au réalisme (à l’hyper-réalisme ?)

 

CIMG1753---Copie.JPG

D’autres ont une approche expressionniste...

 

CIMG1747---Copie.JPG

Ou bien versent dans le cubisme...

CIMG1765---Copie.JPG

Ils jouent même parfois avec les codes du surréalisme...

 

CIMG1673---Copie.JPG

Et ils s'expriment souvent dans des formes apparentées au pop art...

 

CIMG2131---Copie.JPG

Ou font, encore plus fréquemment, référence au graphisme de la BD….

 

CIMG2155---Copie.JPG

 

J’aime l’art de la rue car tout le monde est invité à y prendre sa part…

Ce n'est pas un art réservé, élitiste!

Point ici n’existe le beau, le bien, le réussi...

Et d'ailleurs pourquoi?

 

Tout tag est d'abord une nécessité, une urgence…

Offerte à tous!

 

CIMG1969---Copie.JPG

Le graffiti exprime souvent l’expression d’un mal être, d'une souffrance liée à la société du fric et de la désillusion …

 

CIMG2073---Copie.JPG

 

CIMG2072---Copie.JPG

 

Les passants honnêtes vont devant les graffeurs en baissant la tête.

 

CIMG1963---Copie.JPG

 

Pourtant, de longue date, cet art a ses adeptes, ses historiens et ses analystes…

Et devant un block, il n’est pas rare de voir, en commensale, un photographe…

 

CIMG2106---Copie.JPG

 

Citadin regarde dans ta rue!

Pub, panneaux, affiches, callicots…

Partout de l’écrit…

De l’écrit pour t’enfoncer bien fort dans la tête le mot d’ordre :

CONSOMME TOUJOURS PLUS!

 

Notre jeunesse, tous nos nouveaux artistes, nous donnent à voir un art dégagé de cette sommation.

 

CIMG1948---Copie.JPG

Un art magnifique, une calligraphie toujours renouvelée et inventive.

UN ART GRATUIT ET EPHEMERE !

Posant ses bombes aérosols sur le macadam maculé...

 

CIMG2120---Copie-copie-1.JPG

 

Le graffeur monte sur les poubelles.

Il se joue des contraintes et des normes.

 

CIMG2016---Copie.JPG

Son visage est tourné vers le mur, masqué…

Son tag ne dira rien de lui… Son art est anonyme…

Et explore les espaces inaccessibles…

 

CIMG2025---Copie.JPG

Une musique hip hop fuse de son casque…

Ses amis le regardent peindre assis sur un banc couvert de tags…

Les enfants jouent…

La rue est belle !

CIMG2107---Copie.JPG

Par buridan.over-blog.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.