CORBILLARD D'OCCASION: A TRIBUTE TO IGGY...

CIMG1646

Je suis un passager et je vais à travers la face cachée des rues

 

Je vois un ciel livide et creux
Et la ville est une déchirure du ciel.

Nous sommes tous des passagers dans cette citée noire déchirée de l’intérieur…
Regarde le tracé sinueux de l’océan, regarde s’engloutir les étoiles….

CIMG1550

Tu scrutes les lumières éteintes des maisons endormies.

Tu sens comme une rage de vivre.

CIMG1611

Que l’on me donne des millions ce matin!

Oui, j’ai fini de vous faire honte.

 

Je ne brise plus mes neurones et je ne dors plus dans la rue...

J’ai revêtu mon uniforme…

Je suis conforme à votre attente.

Je suis prêt pour tourner votre film de torture

Je suis en orbite stable dans votre société

Mais je sais que tout n’est que mensonge !

Ce matin je suis bling bling comme mon président!

CIMG1704

Ils ne veulent pas me permettre de vivre

Et me maintiennent à la frontière du monde.

Ils sont très bien portants. Et ils ont des amis.

Les garces jouent sur leurs parterres fleuris

En remuant du cul pour alerter les foules.

Ils ne veulent pas me permettre de vivre...

Je les combats à l’intérieur de moi

La haine me soutient et mon regard est vif…

 

 

Et la vue de tout ça me rend triste et malade..

Parfois une faim de justice rigidifie les choses!

Je sens alors comme un pêché étrange

La colère me maintient, me fait vivre.

Mais ma raison ne tient plus qu’à un fil…

Toi !

CIMG1711

Quand tout devient douloureux

Je reste à la surface des choses.

J’essaye de chasser tout çà de l’intérieur.

Ah! Je sais bien que votre monde n’est pas fait pour moi.

Et je laisse ma tête sur le rebord de vos mesquines ambitions.

 

Je sais qu’être ainsi pour vous c’est un péché

Vous nous regardez de loin en riant et en nous méprisant

Et vous restez au sein de vos frontières.

CIMG1728-copie-1

Vous créez l’évènement

Vous faites des fêtes et vous sortez en boîtes

Vous êtes comme les glaçons du bac : rigides et froids

Intérieur, extérieur

Vous regardez les gens, vous les classez

 

 

Vous chassez le nouveau pour n’être pas vieux trop vite

Petite élite de merde

Petits cons responsables

Nous on reste sauvage

On marche dans vos rues

Silencieux comme des fantômes

CIMG1822

Je te veux dans ma chambre

Je veux te faire perdre la tête

Je veux te retrouver face à face

Je veux me blottir dans ton coin préféré

 

Je veux pouvoir fermer les yeux

Je veux taire mes idées

Viens !

Je veux être ton chien !

CIMG1771

 

La fumée des cheminées s’efface doucement au loin

Et dans les rues de la ville je me balade libre et seul…

Chaque désir d’être que l’on nomme sauvage

N’existe que dans l’obscurité

Mais ici je nage avec les requins

Emporté comme fétu au travers des avenues...

 

 

Quand la pluie noire achevée

Je remonte des lisières de la nuit

Quand les amants brûlants s’embrasent

Que les corps se broient dans d’obscurs sous-sols

Je garde le regard vide en buvant mon café…

Super graffitis, chiens affamé, vitrines dégueulantes

Je reste seul..

Oui c’est bien moi ! OK !

La brise longe les quais vides…

CIMG1681

Un rap désordonné, une salsa en accéléré,

Un groupe punk, la voix d’Iggy,

Un saxophone solo.

Une caisse à donf qui crache des décibels.

Un groupe de rock en répétition.

Tous, ils secouent les murs autour de moi!

Tous ils rêvent d'un monde de rêve!

Et ils savent ce qu’ils veulent,

Ce dont ils ont besoin,

Pour se sentir bien,

Pour se sentir vivants,

Pour effacer les maux,

D’leur cerveau orageux.

Souffrant abondamment

A devoir jouer votre jeu

S'exiler ici ou ailleurs

Partir de toutes façons...

Envoyer "çà" dans l’espace...

Mettre "record " en route

Et puis tout effacer!

CIMG1743 - Copie

Le vent souffle en hurlant dans la nuit.

Mon chien grogne dans l’obscurité.

Quelque chose m’entraîne vers le dehors...

Dans le corbillard nous sommes bien vivants!

 

CIMG1703

 

 

Par buridan.over-blog.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.