CHAQUE « POINT » DU TAUX D’EMPRUNT NOUS COÛTE UN MILLIARD D’EUROS….

Chaque « point » du taux d’emprunt  aux banques nous (vous et moi) coûte un milliard d’euros…

Que croyez-vous que fassent les « Picsou » qui jouent avec le produit de notre travail ? Ils nous TUENT !

Car c’est bien de cela qu’il s’agit!!!

L’argent, qui est le fruit du travail, de la sueur des petites gens, sert à payer ce fameux taux d’emprunt (les intérêts bancaires) au détriment de la production et des personnes.

Ceci via les taxes les plus injustes et les plus stupides concoctées (aussi bien par les têtes d’œuf de droite ou de gauche), la TVA et les taxes diverses payées au même taux par tous !

Ces taxes bafouent notre force de travail, notre « fameuse » compétitivité… Mais surtout ces taxes affament et TUENT les faibles d’entre nous …

Les « têtes d’œuf » de droite comme de gauche n’ont aucun scrupule à précipiter dans la pauvreté des millions de personnes…

Et les faire réellement crever de faim !

 

Dette_publique_France_1978-2010.png 

Rappelons le mécanisme qui est à l’origine de la crise qui frappe les pays occidentaux (Europe et Amérique du Nord).

Les banques européennes se financent auprès de la BCE au taux de 1% et les banques américaines auprès de la Fed à 0%. Et elles prêtent aux états à 4, 5, 6, 7 % !!!! Aux états selon les critères obscurs des notations d’agences qui sont les leviers d’appauvrissement des états et les complices des voleurs (cf. les relations chefs d’état et directeurs des agences de notation).

Un secteur entier, la finance, est donc privilégié par rapport au reste de l’économie. Ce qui explique l’extension de ce domaine.

Extension qui permet les petits jeux abstraits des banquiers qui privilégient les fraudes et spéculations malhonnêtes au détriment des travailleurs (j’entends ici les producteurs des biens nécessaires à la vie réelle, ceux qui sont exclusivement dépendant de leur force de travail).

Nous devons, depuis des lustres, passer par les fourches caudines des improductifs, des spéculateurs et des fraudeurs : les banquiers (et les assureurs). Vous et moi, nous sommes tous obligés d’être fiché, scruté, analysé, spolié, contraint par les banquier au travers du compte courant qu’impose la loi à tout travailleur.

Image1.jpg

La banque n’est donc pas seulement le frein de l’économie, elle est aussi le voleur qui tue les plus pauvres en accélérant la monopolisation des productions, en monétarisant le bien inaliénable de l’Humanité : ressources en eau, les semences qui la nourrissent, la culture qui est le levier de la compréhension des situations et le facteur incontournable du Progrès.

454-415-thickbox

La promesse de Barroso de « moraliser » le processus en proposant un contrôle effectué par la « grosse » commission européenne ne change absolument rien puisque le secteur bancaire prête toujours aux états selon le taux usuraire dicté par les agences de notation, elles-mêmes relais du très grand patronat (dont mesdames Parisot et Lagarde sont d’éminentes représentantes)…

firme-multinationale

Bien plus l’article 123 du Traité de Lisbonne qui stipule que les Etats membres de la Communauté européenne n’ont pas le droit d’emprunter auprès de leur banque centrale (donc au taux de 1 %) mais sont dans l’obligation d’emprunter auprès de banques privées, moyennant des intérêts extrêmement forts (entre 4 et 8 % selon les « notations »).

Auparavant, les prêts accordés aux nations concernées n’étaient pas assujettis à l’intérêt, seul le montant net de l’emprunt était remboursé. Depuis, les « banksters » ont pris le contrôle d’une grande partie de la « création monétaire », en accord avec les personnages politiques censés nous représenter,  nous protéger, dans tous les sens du terme.

large dette

Les taux d’intérêt bancaires aux états, et, ce qui n’est jamais dit, le taux différentiel entre le grand nombre d’états soumis à la zone euro et celui bien plus restreint de la zone dollar explique facilement les déboires connus.

La référence économique reste le dollar et les états Unis usant de la plance à billets et des prêts de la Fed à 0% n’ont aucun mal, même si leur production baisse, à malmener la zone euro.

Ceci d’autant plus qu’ils ont des complices dans la zone euro : la Grande Bretagne via la City et l’Allemagne via sa mise au service des agences de notation (et son impérialisme dans la zone euro)…

collectif-audit-citoyen-dette-publique

Pour résumer : leur dette n’est pas la notre car nous voulons pas faire le jeu des banquiers, de la spéculation générée par les agences de notation au service d’une politique impérialiste suicidaire…

N’oublions pas qu’un seul point de taux d’emprunt correspond à un milliard d’euro... Que les banquiers (et les filous rattachés à la banque - les assureurs par exemple) prélèveront d’autorité sur le peuple… La rouerie est là.

Les salauds qui nous parlent de DETTE INCONTOURNABLE sont les complices des voleurs et des criminels: LES BANQUES !


salaud-de-pauvres chimulus

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.