renelle
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mars 2012

renelle
Abonné·e de Mediapart

LE TRACT MENSONGER DE SARKOZY (PLUS C'EST GROS, PLUS CA PASSE!)

renelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Oh ! Le bô prospectus sur mon pare-brise ce matin (dimanche 25 mars 2012) !

Oh ! Mais c’est la tête altière de notre chef des tas que l’on reconnait sur ce joli papier!

Oh ! Point de rouge sur ce papier là… Oh non ! On est très loin de ces tracts gauchistes irresponsables qui ne parlent que d’égalité et de justice…

Lisons, lisons le petit papier bleu….

Réfléchissons… Il est évident que notre chef des tas s’est battu avec rage contre la mondialisation… C’est pour cela que la France, sous son règne s’est largement redressée en passant, par exemple du AAA au AA+… C’est pour cela que notre bienveillant Nicolas a autorisé de belles entreprises cotées au CAC40 de ne point payer d’impôt ici (Total par exemple) pour qu’elles puissent s’adonner tranquillement aux douces émotions de la spéculation… C’est pour cela que notre chef des tas ne bombe jamais tant le torse que quand il magouille au sein des différents « G » (15, 20… comprend qui peut !)…

Réfléchissons… Il est évident que notre chef des tas se bat pour un avenir radieux… Le plutonium, dont quelques centimètres cubes suffiraient à intoxiquer et tuer la population d’une ville comme Paris, ne lui pose pas de problème… Et puis la France regorge d’oxyde d’uranium, c'est connu, qui assure notre définitive indépendance énergétique…

Sérieusement : le Mali où des populations entières sont intoxiquées, rendues stériles, par l’exploitation de l’uranium qui alimente nos centrales, cela ne le gêne pas… Ce ne sont que des « populations qui ne sont pas encore entrées dans la grande mouvance de l’histoire » (cf. discours de not’ chef des tas à Dakar)… Et je parle pas des effluents et déchets dont on ne sait que faire, qui doivent pourtant être stockés pour des dizaines de milliers d’années…

Mais qui a osé expliquer à notre cafardeux chef des tas qu’une source d’énergie existe sous nos pieds, éternelle et non polluante ? Pas son soutien Monsieur Allègre ! Encore moins Mireille Mathieu !

La géothermie est la source énergétique la plus fiable la plus constante (sous certaines conditions). Ajoutée aux autres sources non polluantes (oélien, usines marémotrices et nombreuses autres techniques exploitant l’énergie de la houle, barrages…) on deviendrait plus sage tout en restant REELLEMENT INDEPENDANTS ENERGETIQUEMENT !

Réfléchissons… Il est évident que notre chef des tas aime la magie. C’est pourquoi il fait si souvent appel à de puissants concepts telle qu’ici la « règle d’or » ou là, la « main invisible » du marché!!!

Que j’aime cette belle "règle d’or" qui va assécher le reliquat de l’indépendance européenne en permettant, comme en Grèce, la préemption des richesses par les rapaces de la finance (avec l’aide conjointe de la grosse Commission (européenne ?), du FMI et des marchés spéculatifs (comme la City).

Et puis la réduction des effectifs dans la fonction publique c’est d'abord diminuer les enseignants… Not" chef des tas il ne les aime que dans ses discours, les enseignants! Ce corps de métier si agité, si dérangeant, qui à pour mission de permettre aux têtes de penser par elles-mêmes. Laissons-leur la Princesse de Clèves… Et pour tout dire il préfère les prêtres aux maîtres d’école…

Et puis l’acculturation des masses cela fabrique un peuple docile, juste bon à déchiffrer les petits papiers bleus qu’on glisse, la nuit, sous le pare-brise…

Réfléchissons… Il est évident que notre chef des tas apprécie d’abord les gens « qui gagnent » (sous entendu, bien sûr, « beaucoup de sous-sous »)…. C'est-à-dire ceux qui, derrière leur bureau directorial (je parle des très très gros revenus, des dirigeants du CAC40 et des multinationales), ne produisent rien que de la spéculation, donc de l’inflation et de la perte de pouvoir d’achat pour le quidam comme vous et moi…

Mais notre bienveillant chef des tas ne nous oublie pas. Nous  produisons les richesses, nous empoignons nos outils pour créer des biens de consommation… Nous les travailleurs, la multitude utile et ingénieuse, sous-payée…

Quand notre chef des tas affirme que le « coût du travail est baissé pour 14 millions de salariés » cela  implique une baisse des charges pour l’employeur… Pas une augmentation des revenus ou du pouvoir d'achat pour les travailleurs pauvres !

Car le capitalisme moderne c’est cela, toujours baisser les charges salariales, impliquant systématiquement la diminution du pouvoir d'achat des ouvriers. L’exemple le plus flagrant vient de Grèce où la production ouvrière reste très forte… Mais maintenant  à salaire égal, le travailleur sont passés de 40 heures  par semaine à plus de 60 !!!!

Réfléchissons… Il est évident que notre chef des tas se fout « légèrement » de notre gueule en parlant de référendum…  Notre petit énervé, durant sa mandature n’a jamais convoqué les français pour leur proposer un référendum… On le suppliait pourtant : que ne l’a-t-il fait sur les retraites par exemple.

Bien plus, ce grand démocrate, apôtre nouvellement converti aux bienfaits du vote et à la consultation populaire, s’est même fendu de la négation, prise d’un référendum sur l’Europe (le « non » à Maastricht)… Mais en inclinant la tête et d’un coup d’épaule il vous dira qu’il ne savait pas !

Ah ! Le dialogue social… Ca va quand ça se passe dans les bureaux calfeutrés des chefs d’entreprises. Sans la pression des "bureaucrates (sous-entendu les vrais syndicats : CGT, Sud et même parfois CFDT).

Et cela autorise la déréglementation comme dans l’entreprise Doux, ici dans le Cher, où les cadences sont telles que bien peu (il s’agit d’ouvrières) y résiste…

Monsieur Sarkozy aime le dialogue social comme le prouvent ses réflexions : « Casse toi pauv’ con » « Descends ici si t’es un homme », etc…

Réfléchissons… Il est évident que notre chef des tas a une idée exacte des "vrais" métiers.

Ce sont évidemment ceux qui coûtent le moins cher au patronat. Mettre a disposition les jeunes sans qualification que l’on payera très peu, ou pas du tout, puisque nos "bons employeurs" se fendront d’une formation … Sur le tas… Comme on dit !

Cela évite de construire des écoles, de fabriquer des qualifiés "têtes dures" qui revendiqueront des revenus qui leur permettent de vivre.  

Autre avantage cela permet de donner plein de sous-sous à monsieur Bouygues pour construire nos si nécessaires prisons… C’est important de ménager ses coquins ! 

Prisons où  l'on enfermera les voleurs de pain affamés - jeunes sans qualification sous payés ou malheureux déportés vers les riches poubelles de nos cités.

J’aime beaucoup aussi le terme « faux emplois »… On voit très bien ce que sous-tend cette expression.

Par exemple la longue formation les chercheurs qui travailleront dans des domaines fondamentaux mais non immédiatement rentables. Ou la formations des travailleurs sociaux si nécessaires. Ou celle des enseignants (écoles normales dérivant vers des IUFM puis…) qui forment des individus autonomes. Ou celle aux métiers artistiques qui nous éclairent sur notre monde… Supprimés, supprimés, supprimés!

On remplace les philosophes par des spécialistes, les artistes par Mireille Mathieu et Doc Génico, les humoristes par Philippe Val, les chercheurs par Claude Allègre...

Car les énarques UMP confondent recherche et innovation technologique… C’est la recherche tout azimut qu’il conviendrait de développer, sans présupposé sur les retombées financières pour sélectionner les domaines soutenus par l'état.

Mecachrome, Wilo dans mon village sont des entreprises à la pointe des innovations technologiques (automobile et pompes)… Elles ne sauraient se développer sans la recherche fondamentale sur les nouveaux matériaux qui sont réalisées dans les laboratoires de l’état (CNRS, Universités) par les thésards.

La jeunesse instruite et encouragée est la plus grande richesse de notre pays !

Réfléchissons… Il est évident que notre chef des tas a tout fait pour l’école en supprimant des postes, en favorisant l’école privée, en rattachant les Universités aux entreprises…

De plus la perspective de travailler jusqu’à plus de 65 ans dans le primaire devant des classes surchargées aide évidemment à soutenir  les élèves les plus fragiles…

Le bilan est éloquent : moins d’acquis, plus de difficulté en français et la détérioration de l’ambiance au collège et au lycée… Bravo Monsieur Sarkozy !

Réfléchissons… Il est évident que notre chef des tas a tout fait pour que le travail soit récompensé. En autorisant les délocalisations, les déréglementations, la diminution des retraites, les couvertures santé diminuées…

C’est évidemment dans ce sens que s’explique l’augmentation continue, durant son quinquennat du chômage qui touche justement en priorité ceux qui (selon  sa jolie formule) « se lèvent tôt » !

C’est sans doute aussi dans ce but que les revenus des 5 % les plus riches n’ont, eux, cessés d’augmenter…

En clair les vrais assistés de Monsieur Sarkozy ce sont ses copains du CAC 40 (qui, en retour, lui font grâce de belles vacances et de menus services…).

Réfléchissons… Il est évident que notre chef des tas est obsédé par l’assistanat… Des pauvres évidemment. Pour les rentiers, les très riches, cela ne lui pose aucun problème…

En bon gestionnaire à tous ces inutiles (beaucoup de BAC +2, +3, +4, +5... parmi ceux-ci) qui espéraient trouver un emploi dans leur domaine, il veut imposer un travail (au sens étymologique du mot !) que personne ne veut…

Pourquoi certains travaux sont délaissés même en période de crise ?

L’évidence mon cher Monsieur : ils sont pénibles, mal payés et déconsidérés !

L’allongement de la durée de travail pour obtenir une retraite décente n’est pas pour attirer vers des métiers pénibles…

D’autant que les frais médicaux ont de plus en plus à la charge des particuliers…

Si l’on ajoute l’insécurité de l’emploi dans ces secteurs (accrue encore par le bô projet de notre chef des tas… Puisque cela permettra de maintenir des salaires très bas et d’entretenir constante la proportion de chômeurs) et la rémunération extrêmement basse des travailleurs.

Ces emplois pénibles, mal payés, déconsidérés ne trouvent que les immigrés pour les occuper... Le dumpping social c'est celà!

Au « travailler plus pour gagner plus » se substitue le « travailler plus et être corvéable à merci ! »

Réfléchissons… Il est évident que notre chef des tas parle ici des délinquants pauvres.

Pas de ses copains délinquants en col blanc qui saignent des millions de travailleurs, qui jouent les fonds de leurs entreprises sur les marchés spéculatifs, qui sont aidés et subventionnés par l’état (grâce au vote judicieux des députés éclairés de la droite souvent aidés par les sociaux démocrates), qui s’en vont placer leurs sous-sous dans de juteux paradis fiscaux…

Il peut pas codamner les cols blancs… Il en fait partie !

Ah ! Comme il serait plaisant de voir ceux-là à la place des voleurs de pain, mis en examen, écroués et dans l’attente de leur jugement…

Cela libérerait quantité de petites cellules… Cela coûterait peu puisqu’il en aurait soudainement de trop !

Il faut renforcer, augmenter le nombre des personnels qui traquent la fraude fiscale !

Réfléchissons… Il est évident que notre chef des tas accepte l’illettrisme et l’ignorance des lois pour ce qui concerne les français puisqu’il diminue le nombre d’enseignants (en histoire par exemple) mais exige une connaissance de la langue française et des valeurs de la République de la part des immigrants. Ceux-ci ont pour leur plus grand nombre été chassés de leur pays pour des raisons économiques… Ce sont des pauvres parmi les pauvres…

Comme notre chef des tas est un homme courageux il s’en prend aux malheureux (Rom et immigration issue de l’Afrique)… De plus il exige de ce lumpenprolétariat un logement et un emploi, chose qu’il ne veut même pas, par ses choix budgétaires et politiques, offrir à ses concitoyens…

Quand Nicolas était maire de sa bonne ville de Neuilly a-t-il mis en œuvre la construction des HLM que la législation impose à toute commune. Que non point ! Monsieur Sarkozy préférait s’acquitter des amendes régulièrement exigées plutôt que de risquer de croiser quelque gueux dans les riantes rues de sa cité !

Monsieur notre Président dispose d'une belle langue de bois. Son cerveau semble fait du même matériau !

Vous y croyez, vous ?

Oui mais SANS SARKOZY et ses sbires….

EN RESUME : PEUT-ON CONFIER, A NOUVEAU, LE POUVOIR A UN TEL HOMME ?

Une seule solution :

LA REVOLUTION CITOYENNE POUR PERMETTRE ENFIN LA DEMOCRATIE DIRECTE, SANS INTERMEDIAIRES, CONSTRUITE PAR NOUS TOUS…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal
UBS : quand Bercy se refuse à indemniser une lanceuse d’alerte
Sans Stéphanie Gibaud, il n’y aurait pas eu de scandale UBS. Alors que l’État a récupéré des milliards grâce à ses informations permettant de mettre fin à l’évasion fiscale de la banque suisse, le ministère des finances se refuse à l’indemniser. Le tribunal administratif lui a demandé de reconsidérer sa position. Bercy a fait appel.
par Martine Orange
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame