renelle
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 sept. 2012

renelle
Abonné·e de Mediapart

TSCG: PRISE DE POUVOIR DE LA FINANCE SUR LES ETATS!

renelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous y comprenez quelque chose, vous, à la (au) TSCG ?

Et d’abord que veut dire ce charabia infâme : Traité sur la Stabilité la Convergence et la Gouvernance ?

Vous êtes avancés ? Bien malin qui s’en débrouille !

Témoin ce matin sur la place du marché de mon village quand nous faisions signer une pétition pour obtenir un référendum sur cette fameuse TSCG : « que voulez que je signe, j’y comprends rien du tout ! »

N’ayez aucune inquiétude, vos neurones ne sont nullement déficitaires. Les têtes d’œuf qui l’on pondu ne cherchent que cela : vous embrouiller pour que vous disiez, lassé, c’est pas pour moi, je laisse ça aux « spécialistes » ! 

Sur la place de mon village, nous l’avons croisé ce matin le « spécialiste ». C’était notre édile préféré, notre encore maire (il vient de démissionner de son mandat…) et toujours député. Faut dire qu’il était joyeux dans le soleil resplendissant. Avec un sourire chafouin cet édile UMP remerciait les socialistes !!! Lui, qui il y a quatre mois les vouait aux gémonies ! Pourtant il s’est en allé, radieux, vers le levant, sans  nous donner aucune explication de texte !

Oncques, désappointé, retrouvant mes pénates, je me tournais vers mon ordinateur en le suppliant, comme dans un conte célèbre ! Dis moi, Ô mon bel écran, raconte moi le TSCG !

Je cliquais comme un fou, déroulais des menus, m’esquintais les yeux, m’en remettait un temps à Mélenchon, puis aux communistes, puis aux syndicats… Dire que je ne trouvais rien serait un brin mensonger : les pages affluaient en nombre plus absconses les unes que les autres… Bref rien de vraiment digeste !

Mais je suis tenace et je me disais : « Allons, bon, si aucun syndicats ne soutient le TSCG, sauf le MEDEF, c’est qu’y doit y avoir anguille sous roche…. Ca fleure bon l’escroquerie de grande envergure si Parisot en fait son cheval de bataille... 

Alors j’ai dépouillé comme j’ai pu les quelques éléments qui me semblaient les plus clairs… Qui tentaient de se soumettre au vieil adage « Ce qui se comprend bien, s’énonce clairement ».

Le résultat de cette compilation/synthèse le voici, le voilà !

Il s’y glissera certainement des erreurs ou des omissions : veuillez m’en avertir et me le pardonner.

La crise ? Une arnaque ! On nous répète qu’elle est due laxisme budgétaire des Etats. Or il s’agit avant tout de la crise d’un mode de production, incapable de tenir compte de la raréfaction des ressources naturelles et des crises écologiques.

C’est aussi une crise des dettes souveraines, suite au transfert des dettes bancaires vers les États. Pensez, la banque prête aux banques privées à un taux de 1%. Et les banques privées prêtent aux états aux taux usuraires de 5 à 8 %... C’est dans cet écart que réside partiellement l’origine de la dette… Cette crise, c’est aussi une crise liée aux écarts de compétitivité et au dumping fiscal entre les pays de la zone euro, une crise du libéralisme et de la dérégulation des marchés financiers !

Pourquoi refuser le TSCG ?

D’abord le Traité sur la Stabilité la Convergence et la Gouvernance  (concoctée par l’ineffable Sarkozy - reprise in extenso par le ‘Petit Rosé des Près’) constituera une loi organique s’inscrivant dans la constitution. Qu’est ce à dire ? Elle modifiera de fait la constitution en profondeur et l’on ne pourra plus y déroger. Autrement dit cette loi adoptée par l’assemblée est totalement illégale puisque toute modification de la constitution (ce qui normalement implique un changement de République) devrait passer par les deux  assemblées, puis ratifiée par le scrutin référendaire (article 89 de la constitution de 1958) ! Le vote de mardi à l’Assemblée Nationale constituera donc une première, qui pourrait rappeler un coup d’Etat (http://www.bastamag.net/article2671.html), puisque le peuple ne sera pas appelé aux urnes !

Le budget de l’état sera soumis à la fameuse « règle d’or » dont tout le monde a entendu parler et bien peu de personnes peuvent expliquer de quoi il s’agit (en mots simples compréhensibles par tous). La « règle d’or » sensu Nico le Petit est, comme tout ce que fit cet agité du bocal, un concept flou, non signifiant mais qui fait chic… En bonne justice, selon ce p’tit mec, la « règle d’or » vise au solde de dettes… que le peuple n’a pas souscrit !

Out la règle d’or façon Sarko!

Mais ceux qui l’emploient à dessein, les économistes et les spéculateurs, savent très bien où ils nous conduisent. Il s’agit de fixer dans la constitution un déficit maximal de 0,5 %. Or la limitation nous fait passer d’un déficit de plus de 3 % à ces fameux 0,5%, la fameuse règle d’or ! Dur, dur ! Non seulement cela conduit à un affaiblissement de l’état mais, comme il faut un super grand écart, toute relance est impossible. En somme la « régle d’or » est mise en place pour brider les états… C’est à nouveau une mesure anti-constitutionnelle !

Bien plus le TSCG va renforcer les pourvoir de la « grosse » commission européenne, qui, elle, n’est pas issue du vote des citoyens mais désignée ! Les parlements ne devront pas moufter…. A quoi cela, d’ailleurs, servirait-il puisqu’ils ne seraient pas entendus ! Et les membres de la « grosse » commission sont irascibles…. Si l’on ne suit pas à la lettre leurs recommandation : pan,pan, fessée ! S’ils estiment que le budget de la France est trop laxiste, toc ! C’est la punition : amende de 0,1% du PIB, soir la bagatelle de 2 milliards d’euros qui seront prélevés sous forme d’impôts, de taxe et autres joyeusetés !

Qui plus est la TSCG nous coûterait entre 40 et 50 milliards (les avis divergent) tous en imposant au gouvernement plus de 80 milliards d’économie ! Que resterait-il dans les caisses pour financer une impossible relance ?

Cette situation accélérerait un processus engagé depuis 20 ans dans la zone euro : dérégulation, déréglementation du social, dumping fiscal et social, monétarisme, concurrence acharnée entre états… L’individualisme qui est à l’origine des méfaits que l’on connaît : indifférence sociale et écologique s’accroîtrait…

Evidemment la TSCG ne vise nullement à réguler le capital…. Pas de taxation… Donc pas de revenus ré-introductibles dans l’économie réelle. En taxant (faiblement) le capital on disposerait, ad minima, de 100 milliards d’euros… Soit plus que le total de la dette ! Mais pour cela il en avoir la volonté et le courage ! Le « Petit Rosé des Prés » n’en prend pas le chemin !

Les conséquences de l’adoption de la TSCGsont prévisibles : cure d’austérité, épuisement des fonds publics moins d’emplois (on prévoit la suppression de 300 000 emplois au sein des PMI !) et pouvoir d’achat amoindri.

En résumé : le TSCG est une arnaque qui permettra aux agences de notation de baisser la note des états, et qui les livrera pieds et mains liés aux escrocs de la finance spéculative… Conséquence plus grave encore : c’est la démocratie et les notions d’égalité et de partage qui sont en jeu…

Il ne faut pas laisser s’opérer le coup d’état du mardi 2 octobre 2012 !

A bon entendeur, salut !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart