*Hot spot* de Charles Williams

Retour sur ma lecture du roman *Hot spot* de Charles Williams

Quintessence. Je voulais faire mon malin et débuter cette chronique par ce mot savant mais j'ai peiné à trouver la phrase suivante. Alors je me suis dit que je glisserais un zest de pédantisme dans mon texte avec une formule du type :"Hot spot" est la quintessence du roman noir », mais bon, ça tombe mal, j'ai perdu toute crédibilité sur ce réseau en saisissant des citations graveleuses. Je vais donc tâcher d'être aussi direct qu'un cadre du service marketing. Si vous appréciez ce genre (le roman noir, pour ceux qui ne suivent pas), lisez-le. Si vous n'y connaissez rien, lisez-le. Si vous ne l'appréciez pas (ce genre), offrez-le à quelqu'un qui aime ça, ça sera mieux pour tout le monde.

Ce ‘point chaud', c'est une bourgade du Texas qui se résume à quelques pâtés de maisons agglutinés le long de la route principale nommée « Main street » (les Américains aiment l'urbanisme rectiligne et la toponymie subtile). Nous sommes en été, la chaleur est écrasante. Harry Madox débarque par hasard dans cette petite ville où il ne passe pas inaperçu avec sa carrure massive et ses airs de mauvais garçon. Les tentations sont peu nombreuses mais Harry va vite se trouver écartelé entre deux femmes : Gloria, âgée de vingt-et-un ans est aussi prude que jolie ; Dolores, l'épouse de son patron, est sensuelle, provocante et vénéneuse. Un jour, Harry remarque que la petite agence bancaire de ce bourg où il ne passe jamais rien est peu sécurisée, ce qui va lui donner quelques idées. Vous l'avez compris, dans ce livre, de nombreux commandements divins vont être piétinés. le récit se compose d'une succession de machinations montées pour sortir de pièges de plus en plus étouffants, la tension ne se relâche jamais. Un jeu dangereux mené par les esprits les plus pervers.


Un comptable parlerait de roman d'excellente facture, un joaillier de petit bijou de polar. Il est étonnant que ce roman soit resté oublié si longtemps.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.