''Glory Hole", un roman de Frédéric Jaccaud

Le nouveau roman de Frédéric Jaccaud publié par la collection Equinox

Nous sommes au début des années 80 dans une petite cité côtière du Nord de la France. Des plages de galets, des falaises, un port de pêche… le décor prend les couleurs délavées d'une vieille carte postale. Deux marginaux sont installés à la terrasse d'un troquet qui donne sur le port. Jean est un délinquant sans envergure, un peu proxénète, un peu dealer, toujours à court d'argent. Michel, un jardinier apathique, le suit depuis leur rencontre à l'orphelinat. Leurs journées se suivent et se ressemblent. le duo s'embourbe dans un ennui poisseux. Et puis un jour, leurs existences trouvent un but dans les pages glacés d'un magazine pornographique. L'intimé qui s'expose, jambes écartées, c'est celle de Claire, leur copine de l'orphelinat. Alors ils partent aux Etats-Unis pour la sauver.
Ils découvrent une Californie plongée dans la décadence : le vieux monde se désagrège, les valeurs s'effritent, l'argent avilit tout, il faut dépasser les interdits, tous les désirs doivent être satisfaits. « La pornographie cinématographique fleurit tel un déluge printanier que rien ne peut endiguer. » La technologie des vidéocassettes popularise le porno. Chacun peut satisfaire sa dépendance au sexe et sa fascination pour la violence, dans son salon. le porno, un ‘'produit comme un autre'', devient systémique et change notre perception du monde. Mais la satisfaction immédiate d'un besoin ne peut qu'engendrer de la frustration. Une autre industrie pointe le bout de son nez, celle des jeux vidéos. Jean et Michel traversent les bas-fonds californiens en poursuivant leur but : trouver Claire. C'est une quête initiatique qui aurait pour Graal l'innocence perdue. Si l'objectif reste inaccessible, la recherche permet de dégager du sens dans un monde qui a sombré dans l'absurdité et le nihilisme.
Le roman peut être déroutant par la crudité de certains de ses passages. Mais «Glory Hole» n'est pas qu'un récit noir combinant du sexe et de la violence. C'est une oeuvre ambitieuse qui opère un décalage spatial (la future Porn Valley en Californie) et temporel (les années 80) pour nous plonger dans la matrice de notre société postmoderne

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.