Reporters En Colère - Collectif REC
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2019

Reporters en colère contre la répression et la précarité - Collectif REC

Nous, reporters de terrain, journalistes indépendant-es ou affillié-es, encarté-es ou non, avons décidé (enfin) face à une répression sans précédent, de constituer ce collectif. Celui-ci a pour objectif de dénoncer les violences, dont les chiffres varient entre 115 à plus de 200 cas recensés, auxquelles nous sommes régulièrement confronté-es dans nos missions. Notre communiqué de presse, ici.

Reporters En Colère - Collectif REC
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – CRÉATION DU COLLECTIF «REC»

Nous, reporters-trices de terrain, avons décidé, face à l’urgence dans laquelle nous place la répression, de constituer le collectif «REC» - Reporters En Colère.

Car de la colère, nous avons de quoi en ressentir:

face à la répression et aux entraves que nous subissons toujours plus sur le terrain dans
l’exercice de nos pratiques, face à la précarité croissante qui entache elle aussi nos
façons et capacités de travailler, face aux blessures physiques et morales qui nous sont
infligées, à nous, à nos confrères et consœurs (plus d’une centaine selon les derniers
chiffres - une pensée toute particulière à Nadège, touchée à la jambe par un tir de LBD
le 16 novembre et à Julien défiguré par une GLI-F4 le même jour, pour ne citer que les
derniers en date), face au mépris de certain-es qui disqualifient notre travail et soutiennent ainsi l’argument des forces de l’ordre nous empêchant d’exercer et nous criminalisant,
nous nous devons d’agir pour le droit d’informer qui nous est cher.

Nous dénonçons et condamnons les tentatives d’intimidation et les menaces harcelantes
(allant jusqu’aux menaces de mort) des syndicats de police sur les reporters et les
lanceurs d’alerte.

A titre d’exemple probant, le cas des agissements du syndicat d’Alliance envers notre
confrère Taha Bouhafs est aberrant: le syndicat n’hésite pas à user d’un imaginaire
clairement raciste en bestialisant Taha Bouhafs et en le menaçant. Nous lui répondons
haut et fort: Taha n’est pas seul, nous sommes à ses côtés ! Nous nous battrons pour le
droit d’informer. Comme nous serons aux côtés de toustes les reporters qui subissent
la répression.

Mettre en lumière des exactions policières couvertes par l’absence de RIO, d’une
dissimulation du visage et de fait, débouchant sur une impunité systématique et
systémique, c’est un droit, pas un délit! Ce n’est pas à la police de définir qui est ou
n’est pas journaliste.

Nous agirons également le 5 décembre et soutenons la grève générale à venir. Avant
d’aller la couvrir, nous ferons une apparition dans la manifestation et prendrons la parole.
Pour que vive la liberté de la presse,
Pour que vive le droit d’informer!

Collectif  "Reporters En Colère".
reportersencolereREC@gmail.com
Twitter : @REC_Collectif

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
par Bésot