Reporters Transméditerranée
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

1 Éditions

Billet de blog 31 mars 2013

Reporters Transméditerranée
Abonné·e de Mediapart

Camille Chalmers, les racines d’un combat

Reporters Transméditerranée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Camille Chalmers

Fils d’un ministre de François Duvalier, Camille Chalmers, président du PAPDA (Plateforme haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif), a choisi sa voie et s’est engagé corps et âme pour la défense des paysans haïtiens.

Par Anglade Amédée

« Poursuivre le combat de Jean-Jacques Dessalines, leader de la Révolution haïtienne, le combat pour l’émancipation des peuples, le combat pour construire des fraternités contre ce qui est dominant aujourd’hui : le capitalisme ». C’est l’appel que lance Camille Chalmers, président du PAPDA (Plateforme haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif), à tous ceux que le gouvernement haïtien délaisse. Un discours qui contraste avec ses origines.

Camille Chalmers est né et a grandi dans une famille bourgeoise et politisée de Haïti. Son père était le ministre des Affaires étrangères du « régime de terreur » de François Duvalier. Un régime très puissant à l’époque qui commettait des massacres, des exécutions, des pillages… et sous lequel les gens ne pouvaient pas revendiquer leurs droits. Dès son plus jeune, il s’intéresse à la politique. Confronté à la répression exercée par les « tontons macoutes », son regard change, sa conscience critique s’éveille. Son père remarque sa tendance pour le socialisme et tente de le dissuader.

A quinze ans, un évènement tragique bouleverse sa vie. L’exécution par le régime de deux militants communistes, en représailles à la guérilla déclenchée par les mouvements paysans en 1969, près de Cabaret au nord-ouest du pays. L’un d’eux est le père de son meilleur ami. Le drame déclenche la révolte qui bouillonnait déjà en lui. Il engage sa première action militante contre le régime auquel son père participait. Il publie avec un ami un journal clandestin intitulé « Travayè Kanpe », ce qui signifie « Debout Travailleurs ». « Mon compagnon et moi, nous nous précipitions chez un voisin entre deux heures et quatre heures du matin pour dactylographier nos articles et les imprimer en mode de stencil. C’était toute une histoire », se souvient-il, en riant. Ce journal amplifie la voix des leaders paysans et intellectuels communistes qui critiquent les abus du pouvoir et dénoncent les violations des droits.

Déçu par ses choix politiques, son père essaie de le convaincre de renoncer. En vain. Son appétit pour la lutte des paysans et l’émancipation vers une vraie justice ne cesse de grandir. Aujourd’hui, Camille Chalmers voit en son père un intellectuel, tolérant et très ouvert, mais aussi un homme traversé de contradictions éthiques : « J’étais très choqué qu’il accepte la logique globale de dictature en dépit de sa culture et de ses principes ». Lui a fait un autre choix, être aux côtés des délaissés, et il s’y tient.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
« Après Perdriau maître chanteur, voici Perdriau maître censeur »
Un nouveau conseil municipal sous tension s’est tenu lundi à Saint-Étienne, dix jours après la censure préalable d’un article de Mediapart. Les appels à la démission du maire se sont multipliés, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’hôtel de ville. Inflexible, Gaël Perdriau a déclaré qu’il ne démissionnera pas, même s’il est mis en examen. 
par Mathieu Martinière (We Report)
Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost