Reporters Transméditerranée
Abonné·e de Mediapart

31 Billets

1 Éditions

Billet de blog 31 mars 2013

Reporters Transméditerranée
Abonné·e de Mediapart

Médine et Lotfi D-K, deux rappeurs engagés

Reporters Transméditerranée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

LOTFI D-K Rappeur algérien

Médine de son vrai nom Médine Zaouiche, rappeur français d’origine algérienne et le rappeur algérien Lotfi DK (Double Kanon) de son vrai nom Lotfi Belamri pratiquent tous deux le rap conscient. Présents au FSM pour un concert, ils cherchent néanmoins à parler aux jeunes qui y participent. Interviews croisées.

Propos recueillis par Delphine Zoundi

Que venez-vous faire au FSM ?

Lofti D-K : On a fait un concert avec Médine, ainsi que d’autres rappeurs, pour montrer que nous sommes là et que nous soutenons le projet du FSM. Je suis là aussi pour faire des rencontres. Je suis Algérien et je pense que dans mon pays, on a besoin d’évènements de ce type-là. Malheureusement, on ne peut pas le faire. C’est pourquoi, je suis venu participer au FSM en tant que représentant des Algériens pour acquérir de l’expérience, voir comment se déroulent les choses et comment fonctionne l’organisation. Je pense que beaucoup d’Algériens aimeraient bien acquérir de l’expérience pour pouvoir reproduire en Algérie quelque chose de similaire, mais à petite échelle avec les gens de différentes régions.

Medine : Je ne suis pas venu au FSM. Je suis venu participer au concert de rap organisé en marge du FSM, qui réunissait les rappeurs dits du Maghreb.

Quelle était votre intention en participant à ce concert ?

M : C’est la première fois que je viens en Tunisie. Je profite donc du FSM pour faire un peu de réseau avec les gens qui y participent. Je fais du Rap conscient, je pense que mes textes peuvent toucher pas mal de personnes ici.

Comptez-vous parler de la situation actuelle en Tunisie dans vos textes ?

L D-K : Bien sûr, je ne peux pas ignorer la situation en Tunisie. Le fait que le Forum se déroule en Tunisie a déjà un énorme impact sur les gens. Ils viennent de sortir d’une révolution, ils sont en train de se reconstruire. On ne peut pas refaire toute une démocratie en deux ans. Il faut calmer un peu les esprits. Je compte en parler dans mes textes, dire qu’il faut essayer de tourner la page et avancer.

M : Je n’ai pas prévu de le faire car je suis mal renseigné sur la question.

Ce qui se passe en ce moment en Tunisie vous inspire-t-il néanmoins ?

M : Je suis là pour ça aujourd’hui ! Je suis venu pour entendre aussi la voix de ceux qui n’ont pas forcément accès aux médias : les « laïcards » – laïcs radicaux -, les islamistes, les syndicats… Après, j’essaierai de digérer ces informations pour essayer de me rapprocher au maximum de la « vérité ».

Pensez-vous que vos textes peuvent toucher les jeunes Tunisiens et les aider à s’exprimer davantage ?

L D-K : Bien sûr, le rap est clairement un moyen de communication, c’est l’un des plus crédibles d’ailleurs. Aujourd’hui, les journaux, la télé, tous les médias ont pris partie au niveau politique, que ce soit à gauche ou à droite, alors que le rap sort de la rue et n’a pas d’intérêt politique. C’est pour ça que les jeunes adhèrent plus aux idées des rappeurs.

M : Parmi toutes les idées que je développe dans mes albums, il y a une chose essentielle qu’il faut retenir : c’est l’émancipation intellectuelle. Et je crois que ça fonctionne en Tunisie, en France, et partout dans le monde… C’est primordial à l’heure actuelle car il y a un appauvrissement intellectuel général. Dans cette société où les informations vont trop vite, on n’a plus trop envie de se documenter en profondeur. On passe très vite sur les choses parce que l’actualité se fait avec des petites informations et non pas avec des enquêtes complètes.

Pourquoi militez-vous aujourd’hui ?

M : Je milite pour plus d’émancipation et plus de connaissance. Je pense que ce discours-là peut être entendu par tous les jeunes.

L D-K : Je veux parler de tout dans mes textes, mais je me base essentiellement sur l’éducation et le relationnel entre les gens. Et aussi sur la religion, car je pense que c’est ça qui construit un pays, surtout au Maghreb.

Medine, rappeur français d’origine algérienne

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28