Forum Reprenons l'Initiative contre les politiques de racialisation - Présentation

En attendant le 14 juillet... Notre premier Forum contre les politiques de racialisation s’est tenu le 9 mai 2015 à Gennevilliers : on en trouvera ici des traces, avec des vidéos de cette journée. À chacune, à chacun de s’approprier ces outils pour commencer à forger ensemble un engagement renouvelé. Nos prochaines actions, nous les annoncerons à la rentrée sur ce blog.

En attendant le 14 juillet... Notre premier Forum contre les politiques de racialisation s’est tenu le 9 mai 2015 à Gennevilliers : on en trouvera ici des traces, avec des vidéos de cette journée. À chacune, à chacun de s’approprier ces outils pour commencer à forger ensemble un engagement renouvelé. Nos prochaines actions, nous les annoncerons à la rentrée sur ce blog.

Le 11 novembre 2014, Reprenons l’initiative se constituait en collectif par un appel : « Il ne suffit plus de dénoncer les racistes, ni même les partis racistes. Il faut s’en prendre aux politiques de racialisation. » Un sentiment d’urgence nous animait – deux mois plus tard, le bruit et la fureur des attaques meurtrières de janvier 2015 n’ont fait que le renforcer. Il ne s’agissait pas de créer une nouvelle association, mais de s’appuyer sur les associations existantes : sans prétendre s’y substituer, nous décidions de constituer un réseau et ainsi d’amplifier le mouvement. Nous commencions alors à dessiner un programme de discussion :  « Nous organiserons au printemps 2015 un vaste forum d’échanges et d’analyses politiques afin de contribuer au renouvellement d’un antiracisme politique. »

Ce premier Forum contre les politiques de racialisation s’est effectivement tenu le 9 mai 2015 à Gennevilliers. Mediapart a fait écho à cette initiative en publiant les propos introductifs de cette journée « contre ces politiques de racialisation », prononcés par Farid Bennaï, militant de longue date, qui est la cheville ouvrière de notre collectif : « Au lendemain du 8 mai, il faut savoir tirer les leçons de l’histoire. Pourtant, elles sont ambiguës. En 1945, le triomphe contre le nazisme coïncidait avec la répression coloniale. Soixante-dix ans après, nos démocraties restent travaillées par les contradictions dont elles ont hérité : nous n’en avons pas fini, hélas, avec les politiques de racialisation. L’actualité vient nous le rappeler tous les jours. »

Notre présent s’inscrit donc dans une histoire ; il n’est pas, pour autant, l’éternelle répétition du passé. Le racisme se réincarne sans cesse – tantôt biologique, tantôt culturel ; explicite ou implicite ; il peut viser la couleur de peau, l’origine ou la religion. En conséquence, l’antiracisme doit aussi se réinventer, pour prendre en compte les mutations des phénomènes contre lesquels il se définit : il importe ainsi de combattre, non seulement les idéologies racistes et les discriminations raciales, mais aussi les politiques de racialisation menées à la fois par l’État et par les collectivités locales. C’est le sens du manifeste que nous avons publié, dans le sillage du premier Forum : « Pour un antiracisme politique ».

Bien sûr, il ne s’agit pas d’isoler le combat antiraciste, ni (a fortiori) contre telle forme de racisme : il n’est pas question d’opposer la race à la classe, ni telle « communauté » à telle autre. Bien au contraire, il s’agit de penser les liens entre les formes de domination, pour ensuite articuler les mobilisations. « Lutter contre les discriminations ou contre les inégalités économiques, contre l’islamophobie ou bien contre l’antisémitisme ? Ce sont encore de fausses alternatives qui empêchent toute coalition, qui divisent ceux et celles qui devraient s’unir et unissent celles et ceux qui devraient se diviser. » Autrement dit, il s’agit de penser et d’agir politiquement.

« Il est temps de demander des comptes aux responsables politiques et de dire leur responsabilité. C’est poser les bases d’un antiracisme renouvelé, car repolitisé. Reprendre l’initiative contre les politiques de racialisation : le 9 mai 2015, au Forum de Gennevilliers, ce travail a été engagé. Il se poursuivra avec les premiers intéressés, femmes et hommes qui en paient le prix. Et ce combat sera mené aussi avec nous toutes et tous qui rejetons ce fantasme politique cauchemardesque d’une France blanche. Il est grand temps, mais il est encore temps de répondre à la racialisation par la politisation. » Tel est notre programme : contre le découragement, mobiliser, c’est-à-dire agir pour ne plus subir.

Reprendre l’initiative, c’est d’abord imposer notre vocabulaire, et non plus accepter les termes qui nous sont imposés. Autrement dit, non plus répondre, mais poser nos propres questions avec nos mots propres. Et pour cela, il faut parler ensemble : c’est le sens de ce premier Forum, qui renoue des liens entre des citoyens engagés qui se battent sur des terrains différents, au risque de l’éparpillement, et donc de l’épuisement. Cet événement sera suivi d’autres – des forums décentralisés, un peu partout en France, en attendant un deuxième Forum dans un an. Nous en garderons les traces, pour encourager à prendre ou reprendre la parole.

Car il s’agit désormais de prendre des initiatives. Ce programme, nous commencerons à l’annoncer après l’été, à la rentrée – sur ce blog et sur notre site. En attendant, nous vous proposons de découvrir nos premiers pas, avec des vidéos tournées lors de notre premier Forum, le 9 mai 2015 à Gennevilliers. À chacune, à chacun de s’approprier ces outils pour commencer à forger ensemble un engagement renouvelé.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.