Reseau Edition responsable
Collectif de professionnels et professionnelles du livre ayant vocation à défendre un modèle d’édition responsable et éthique
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 oct. 2021

À qui profite Zemmour ?

Professionnelles et professionnels du livre, nous n'avons pas été dupes de la mise en scène du départ d’E. Zemmour des éditions Albin Michel au nom de la « liberté d’expression ». L’extrême droite, dans les grandes maisons d’édition, n’est plus censurée. Elle y est séduite, choyée. Pour nous, notre métier a encore du sens. Nous nous désolidarisons d’une partie de notre secteur qui confère une place inédite à des idéologies attentatoires à l’État de droit, et appelons à la mobilisation.

Reseau Edition responsable
Collectif de professionnels et professionnelles du livre ayant vocation à défendre un modèle d’édition responsable et éthique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’annonce du départ d’Eric Zemmour des éditions Albin Michel en juillet 2021 a bénéficié d’une couverture médiatique sans précédent. Dénonçant avoir été évincé de la maison d’édition, l’auteur de Destin français a hurlé à la censure, bientôt rejoint par Philippe de Villiers, au nom d’une « liberté d’expression » bien à eux. Eric Zemmour a ensuite fondé Rubempré, sa propre maison, distribuée par Editis appartenant au groupe Bolloré. Les suites éditoriales du fondateur du Puy-du-Fou ne devraient plus tarder. 

La mise en scène était savamment orchestrée, mais nous n’y avons pas cru. Professionnelles et professionnels du livre, nous constatons que l’extrême droite, dans la plupart des grandes maisons d’édition, n’est plus jamais censurée. Pire encore : nous savons qu’elle y est séduite, choyée. Pour une raison simple : ses soutiens consomment encore des livres, dans un secteur qui a perdu son monopole de l’information mais qui est prêt à tout pour garder le peu d’influence qui lui reste. Dans certaines grandes maisons d’édition, les lignes rouges ont été franchies depuis longtemps, nous avons vu les digues se briser les unes après les autres, à mesure que les lecteurs se raréfient.

En 2019 et 2020, Philippe de Villiers a publié deux de ses ouvrages chez Fayard avant de retourner chez Albin Michel. Patrick Buisson a publié en mai 2021, chez Albin Michel, sa Fin du monde. L’annonce de l’arrivée de Lise Boëll, ancienne éditrice des deux « bâillonnés » d’Albin Michel, à la tête des éditions Plon confirme cette tendance. Sans compter bien sûr la distribution du livre d’Eric Zemmour par Editis.

L’extrême droite est bienvenue dans l’édition, sous couvert d’un pluralisme éditorial affiché. Mais ce jeu de dupe ne trompe personne. La publication de livres haineux ou complotistes ne relève pas du pluralisme démocratique, mais de l’opportunisme. Quant aux autrices et auteurs de gauche brandi.e.s pour affirmer la pluralité, compensent-ils vraiment les idées délétères diffusées par Villiers, Zemmour et les autres ? Ou permettent-ils simplement de ne pas se sentir responsable de ses publications ?  

Notre fonction première est bien de permettre de nourrir le débat, et non de participer au climat délétère des idées dans notre pays. Notre responsabilité dans le retour de l’extrême droite est immense : la carrière littéraire d’Éric Zemmour témoigne de cela. Nous lui avons permis de rencontrer ses lecteurs d’aujourd’hui et ses électeurs de demain. Défendre un auteur condamné pour des mots, pour des injures et provocations à la haine raciale est, surtout pour nous, tout sauf anodin.

Alors, à qui profite le crime ? La campagne d’Éric Zemmour s’appuie sur un livre, elle se lance avec l’annonce en fanfare de son départ d’Albin Michel et sa décision de monter sa « propre » maison. Nos intérêts sont donc convergents et nos destins sont liés : plus il gagne d’électeurs, plus les éditeurs, les distributeurs et les actionnaires gagnent de nouveaux lecteurs, du chiffre d'affaires, des parts de marché, de la visibilité, de l’influence, et finalement du pouvoir.

Certains éditeurs, à l’international, s’élèvent d’un même corps contre des auteurs qu’on leur demande de publier. Pourquoi nous, éditrices et éditeurs français, demeurons-nous silencieux ? La politique éditoriale de certains grands groupes n’est pas une fatalité qui doit s’imposer à tous. Un peu partout, des initiatives encore marginales voient le jour : des maisons d’édition indépendantes se battent pour tenter de créer d’autres espaces de parole, des libraires refusent de distribuer des livres qu’ils jugent haineux, des éditeurs, éditrices et employé.e.s tentent de s’opposer à la publication ou à la promotion de certains ouvrages dans leurs maisons d’édition. Quitte parfois à prendre le large quand l'inadéquation et l'incompréhension se font trop ressentir, sans possibilité de faire appel à la précieuse clause de conscience dont nous ne bénéficions pas.

Nous sommes des professionnelles et des professionnels du livre qui refusons la désinformation à laquelle certains de nos confrères et certaines de nos consœurs se livrent. Nous sommes des professionnelles et des professionnels du livre qui nous désolidarisons d’une partie de notre secteur qui confère une place inédite à des idéologies ultra conservatrices et attentatoires à l’État de droit. Nous sommes des professionnelles et des professionnels du livre qui croyons que notre métier a encore du sens et appelons à la mobilisation.

Signé : Depuis le mois de juin, un collectif s’organise afin de faire entendre une autre voix des livres. Composé d’éditeurs et d’éditrices, de traducteurs et de traductrices, d'auteurs et d’autrices, de libraires et d’autres professionnels et professionnelles du livre, il a vocation à défendre un autre modèle d’édition, responsable et éthique. Pour nous rejoindre : reseaueditionresponsable@gmail.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE