L’UNION DE LA GAUCHE POUR 2022 : ET SI ON S’Y PRENAIT AUTREMENT ?

Une idée saugrenue pour une épique époque

2022-icone-mediapart
J’aimerais vous faire part d’une proposition afin de parvenir à l’union politique de la gauche pour les élections présidentielles de 2022. Cette idée, prise isolément, peut sembler assez hasardeuse, voire improbable. Mais, étant donné le contexte politique actuel, elle peut aussi apparaître comme une criante évidence.

Bon, je me lance :

1) LE CONTEXTE : NOTRE ÉPOQUE EST ÉPIQUE

C’est la crise à tous les étages. La société d’aujourd’hui est particulièrement douloureuse et frustrante. Bon, ça tout le monde avait remarqué. Nos conditions de travail se dégradent année après année ; le poids de nos industries et de notre politique de croissance économique pèse de façon significative et irréversible sur l’équilibre de la biodiversité et le climat avec de prévisibles conséquences dramatiques ; l’accélération de la politique de financiarisation libérale en cours depuis ces dernières 40 années mène à une lente désagrégation de l’État démocratique et souverain, allant jusqu’à la privatisation de secteurs stratégiques ; les principes de liberté de mouvement et de parole s’érodent progressivement face aux menaces "d’attentats terroristes" et nous nous dirigeons progressivement vers une société sous surveillance ; etc. Bref, ça fait de plus en plus mal.

Tout ceci n’est pas nouveau, je sais. Chacun d’entre nous en fait la douloureuse expérience tous les jours.

Je ne cherche pas avec toute cette sinistrose à vous ruiner le moral, seulement à mettre en lumière ce que notre époque a de dramatique (d’épique) en cet instant conjoncturel où la dégradation des différents pans de notre quotidien s’accélère et chaque pan semble avoir atteint son point de bascule respectif.

Nul besoin de préciser qu’en cas de rupture, la démocratie risque de vivre des jours sombres…

 Bon, jusqu’ici je pense que nous tous sommes d’accord. Comme sur le fait que la politique reste, à part la révolution, le seul moyen d’influer sur la marche de la société. Du coup, la seule solution viable est que les progressistes de tout crin se donnent enfin les moyens de redresser la barre avant qu’il ne soit trop tard et dirigent notre navire vers des rivages plus humains, autres que ceux de l’ultra-libéralisme de LREM ou dénationalise du RN, aujourd’hui les seuls poids lourds sur le marché des présidentielles de 2022.

Entre LREM et la RN, votre cœur balance-t-il ?

Malheureusement, de là à traduire dans les faits cette analyse partagée par tous et proposer une action d’union, il y a un pas. Un pas qu’aujourd’hui, comme de par le passé, les principaux partis et mouvements de gauche ne s’entendent pas sur la façon d’y faire.

"Question de diversité", comme l’explique Pierre Laurent, le 1ersecrétaire du PCF ? *1 

L’époque a aussi ceci d’épique que les progrès technologiques ont largement changé la donne. Plus particulièrement grâce à internet et l’explosion exponentiel des réseaux sociaux, permettant une circulation sans précédent de l’information (un "Gutenberg 2.0").

A propos d’échange, de mélange et de réflexion commune, un phénomène récent est venu confirmer la puissance de ces réseaux sociaux et des échanges qu’ils rendent possibles. Toutes polémiques mises de côté, il faut bien reconnaitre que le mouvement des Gilets Jaunes a réussi au moins une chose : introduire le débat sur notre fonctionnement politique et démocratique au "grand public". C’est bien ce mouvement qui, au fil des mois, est parvenu à débloquer la réflexion chez ce large public*2. C’est un vrai débat d’idée et de méthodes qui a pris corps. Un débat qui dépasse les préoccupations personnelles et mène la réflexion au niveau du sociétal. Un débat qui ne fait que commencer. Et il nous faut saisir cette occasion avant qu’elle ne se referme.

Il y a autre chose que le phénomène des gilets jaunes a révélé. La colère. Une colère populaire contenue, mais de plus en plus perceptible et partagée par la société civile dans sa majorité. D’aucuns peuvent y lire comme un message. L’avertissement que si rien ne change profondément, cette colère risque d’être de moins en moins contenue et les prochaines manifestations ne se feront plus avec des gilets fluos mais avec des fourches.

 

2) LA PROPOSITION : UNE IDÉE SAUGRENUE
"Vos histoires d’égos, on n’en a plus besoin !", a déclaré au sujet de l’impossible union de la gauche Olivier Faure, l’actuel président du groupe PS à l’Assemblée Nationale. *3

Alors je vous propose une idée saugrenue, une idée sur-mesure pour réaliser cette si nécessaire union. Une solution ad hoc pour l’épique époque que nous traversons.     Allons-y :

Pourquoi ne pas s’appuyer sur une personnalité publique, plutôt que politique, pour orchestrer l’union des gauches pour les élections présidentielles de 2022 ? (important : cette personnalité n’est pas un candidat, juste un facilitateur*4)

Imaginez une personnalité issue d’un milieu autre que la politique, avec une notoriété et un crédit sympathie indéniable auprès du "grand public". Quelqu’un qui aurait prouvé par le passé la sincérité de son discours présent, qui aurait peut-être un parcours quelque peu militant ou du moins sympathique aux thèses progressistes et écologiques de la gauche. Une célébrité publique qui n’aurait d’autre enjeu que sa propre crédibilité.

Vous ne pensez pas qu’elle permettrait d’accrocher l’oreille d’un plus large public, plus sensible au discours d’un artiste que celui d’un orateur ?

Hors système politique, son rôle serait double :

Auprès des partis politiques, il consisterait à veiller à la mise en sourdine les diversités respectives propres à chaque parti afin d’assurer un travail commun en bonne intelligence, de veiller au respect du calendrier; d’orchestrer, en Chef de Projet, l’élaboration d’un programme ambitieux pour les élections présidentielles de 2022*4.

Auprès de la société civile,elle servira de relais candide, validant l’aspect progressiste, social et écologique du programme préparé par les partis impliques*4.

 

3) LE MODUS OPERANDI : COMMENT ON FAIT, DANS LES FAITS ?
Tout d’abord, comment faire pour que les différents partis de la gauche acceptent de jouer le jeu ? Hm, bonne question...

En fait, c’est assez simple. Malgré toutes leurs réticences à l’admettre, les différents partis progressistes, écologiques et de gauche, s’accordent sur un grand nombre de points considérés comme urgents. Notamment l’urgence écologique, la dégradation du Service Public, les injustices fiscales, voire le passage à une VIeRépublique, etc. *5

La 1èreétape consiste donc à déterminer quatre ou cinq principes, pertinents et nécessaires, qui serviront de fondations pour l’écriture du programme politique de l’union de la gauche. *6

Lors de la 2eétape, notre personnalité publique rencontrera les responsables des différents partis concernées pour leur présenter ce projet. Il faudra peut-être leur rappeler que, si les choses restent en l’état, le risque d’échec de la gauche aux élections présidentielles de 2022 est réel. Avec de possibles conséquences sociétales dramatiques pour la démocratie. Et qu’il est absolument impératif que les partis de gauche, y compris les écologistes, parviennent à s’unir. Avant qu’il ne soit trop tard ?

Les responsables de partis auront alors un choix simple : soit ils adhèrent et on discute, soit ils refusent.

En fait, pour ce qui nous concerne, leur décision reste secondaire.

Pour la 3eétape, fort de l’idée qu’un parti politique n’est que la somme de ses adhérents/électeurs, une annonce médiatisée fera suite à ces discussions pour rendre publique notre proposition, avec ou sans les responsables politiques. Il se pourrait que notre appel soit entendu et relayé par assez d’adhérents pour mettre la pression sur leurs partis respectifs et rompre enfin le cercle vicieux de la politique actuelle.

 

UN PEU PLUS LOIN : 

Pourquoi ne pas choisir une femme pour fédérer cette union ? Ça changerait un peu,     non ?

--------------------------------------------------------------------------

_SOURCES et COMMENTAIRES :

*1- « Question de diversité »,Pierre Laurent (PCF), « Les 4 vérités » F2, (25/05/2018) 

*2– « ouvrir le débat au grand public » : cf. :Mediapart « Les GJ face à la crise démocratique »

*3- « Vos histoires d’égo, on n’en a plus besoin !»: Olivier Faure(PS), « Bourdin direct » BFMTV/RMC, (18/01/2019)

*4- « une personnalité publique pour orchestrer l’union » - quelques précisions sur son rôle :

          - Sa responsabilité auprès du public concerne l’ambition politique du programme commun (l’esprit du programme), le bon déroulement des débats entre partis, leur transparence et le respect des délais afin de présenter un programme commun en temps et en heure.

          - Elle ne travaille pas sur les textes du programme politique (la lettre du programme), qui est la seule responsabilité des partis engagés dans l’union de la gauche.

          - Elle n’est pas candidat(e)à l’élection de 2022. Le ou la candidat(e) définitif sera à déterminer en temps voulu, d’un commun accord entre les partis.

NOTE : Il se trouve peut-être un ou une candidat(e)parmi les signataires de la Tribune des 1 400, « Gilets jaunes : nous ne sommes pas dupes ! », lancée dans Libération le 04/05/2019.

*5- « d’accords presque malgré eux. » En fait, les principaux partis politiques de gauche (LFI, PCF, PS, EELV, Gén.s)s’accordent sur de nombreux points. Il suffit de comparer leurs programmes pour en extraire les propositions convergentes.

Pour s'en convaincre, voir :

« Le grand débat pour les élections Européennes 2019 », BFM TV (https://www.youtube.com/watch?v=H0Ww6SS5jP0)

« Et maintenant parlez-vous », Mediapart : (https://www.youtube.com/watch?v=I_2t0lNIXdk)

*6- « quatre ou cinq principes communs»

Pour faire avancer la réflexion sur les thèmes pour poser les principes communs, voici quelques exemples, pertinentes et necessaires,qui semblent faire l’union.

      LES 4 PRINCIPES PILIERS(exemples)

           - Urgence écologique

          L’urgence écologique comme colonne vertébrale de la réflexion politique

          - Révision des principes économiques

          Mise en place d’une politique de fiscalité et de redistribution (investissements) à visée sociale, écologique et équitable

           - Renaissance du Service Public

          Un Service Public au contact des évolutions sociétales et accessible à tous sur tout le territoire

          - Rédaction d’une nouvelle Constitution

          Création d’une assemblée constituante participative avec mission de rédiger une nouvelle constitution démocratique et républicaine, en adéquation avec la Déclaration Universelles des Droits de l’Homme de l’ONU

          "La gauche doit se retrouver sur les urgences du moment, avec une approche de gauche. Pas se focaliser sur des stratégies à long terme." - Stefano Palombarini (économiste – Le MediaTV 22/10/18) 

NOTE : ces principes ne concernent que la politique nationale. Les sujets géopolitiques seront à aborder dans un deuxième temps, lors de l’élaboration du programme commun. (ça risque d’être tendu…)

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.