Deux ou trois choses à dire sur les Gilets Jaunes

Chaque chose en son temps. Après le doute, il est temps de voir le mouvement des Gilets Jaunes pour ce qu'il est vraiment : un soulèvement populaire contre le système politico/financier dominant. Le peuple en a marre et le cri sur les ronds-points ! Il est temps de rejoindre ce phénomène.

gj-sociologues

 On peut penser ce qu’on en veut, il faut bien reconnaitre que le mouvement des Gilets Jaunes a réussi au moins une chose : ouvrir le débat sur notre fonctionnement démocratique au « grand public ». Depuis le mois de novembre 2018, ça cause politique, social, fiscal et histoire à tour de bras ; à la télé, à la radio, dans les salons et jusque dans les cuisines. Et c’est pas rien ! On ne fait pas autant d’heures sur les problèmes du service hospitalier (pour ne citer que cet exemple) …

Ce mouvement des Gilets Jaunes nous offre l’opportunité d’un vrai débat d’idées et de méthodes philo/politique, un débat qui dépasse les préoccupations personnelles et mène la réflexion vers des questions sociétales. Et c’est un débat qui ne fait que commencer.

Alors, puisqu’on parle des Gilets Jaunes, remettons les choses à plat. Je ne sais pas si c’est la même chose pour vous, mais beaucoup de gens avec qui je discute focalisent leur attention sur les épisodes violents et restent convaincus que ce mouvement est manipulé par l’extrême droite (ou gauche, selon la sensibilité de chacun). Pourtant, les chiffres (toujours eux !!) démontrent que ±90% des Gilets Jaunes sont non-violents*1. Étonnante obsession pour les ±10% restants… (y aurait-il un rapport avec le traitement médiatique des événements ?)

L’autre reproche majeur est l’absence de représentativité et de demandes claires. Pourtant, si l’on prend le temps de s’informer ailleurs que par les médias dominants, il est possible de les entendre, ces voix du mouvement, ainsi que le message commun qui est, somme toute, simple et limpide : une remise à plat de notre fonctionnement démocratique. Pour sûr, c’est pas moi qui y ai pensé tout seul. Ce sont des universitaires, des chercheurs, des journalistes, qui ont accumulés et analysés les doléances recueillies sur les ronds-points, dans les mairies, les interviews etc.*2 Même le « Grand Débat National », initiative gouvernementale, a relevé cette tendance ! Les sujets les plus cités concernent le fonctionnement démocratique en cours, avec des thèmes tels que la participation citoyenne, la justice fiscale, l’écologie ou bien le Service Public. Pas vraiment des questions chères à l’extrême droite.

Avec ceci en tête, voici ce que je voudrais vous dire : ce mouvement des Gilets Jaunes est en constante évolution. Il est passé par différentes étapes au fil des semaines*2. Hier il se cherchait. Aujourd’hui ce mouvement se transforme en phénomène. Phénomène, car les questions posées par ses actions ont révélé un ressenti commun à beaucoup d’entre nous*3 : un mal-être sociétal. Aujourd’hui, il n’est plus temps de questionner l’identité de chaque porteur de gilet jaune. Au contraire, nous devons aujourd’hui saisir cette opportunité et participer activement au débat. Profiter de ce foisonnement exceptionnel d’idées pour prendre le temps de réfléchir ensemble à une nouvelle forme de société, plus démocratique, écologique et solidaire. Si on ne s’en mêle pas maintenant, alors je crains que, d’ici peu, le mouvement GJ finisse par s’essouffler, voire atterrisse dans l’escarcelle des fachos. Et c’est nous, par notre incompréhension, qui l’y auront poussé.

PS : si les raisons de la colère exprimée par les Gilets Jaunes ne sont pas adressées rapidement et sincèrement, je crains que la prochaine fois ce ne soit plus avec des gilets fluo mais des fourches que le peuple prendra la rue...

 

*1 ± 90% de GJ non-violents : voir les chiffres avancés par les médias et les autorités  - exemples : Europe 1 -ACTE IV  ; L’Express –ACTE XIII ; Le Parisien – ACTE XX– dans ces trois exemples, le ratio GJ « non-violents »/ « violents » sur tout le territoire avoisine à chaque fois les 85-90/10-15% (ACTE IV :135 000 GJ/± 15 000 – ACTE XIII : 51 400/7 000) - les sources citées proviennent sciemment des media dominants, ceci afin d’écarter tout soupçon de laxisme envers le mouvement des Gilets Jaunes.

*2 ± Sur la réflexion démocratique née du mouvement des Gilets Jaunes : cf : Mediapart «Les GJ face à la crise démocratique »

*3 Phénomène : Fait observé, perçu par les sens ou la conscience (l’internaute.fr)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.