Il y en a marre du plastique

Il y en a marre d’entendre qu’il y en a marre du plastique, sans pour autant ne rien voir venir de la part des pays, des gouvernements, des régions, des villes et diverses communes.

Il n’y a pratiquement aucun pays qui prend des résolutions fortes, seules capables d’engendrer des résultats.

C’est à croire que l’enjeu lié à la pollution provenant des matières plastiques, ainsi qu’au tarissement de la production de combustibles fossiles dont sont issus les plastiques, n’est pas suffisamment important pour mobiliser les instances gouvernementales. La réduction de la production de matières plastiques, ainsi que le recyclage efficace des milliards de tonnes de plastiques déjà existantes, voici un enjeu essentiel qui n’appartient à aucune couleur politique, qui appartient à l’espèce humaine dans sa totalité. Tous les pays dits développés ne sont pas au même niveau d’efficacité et de prise de responsabilité vis à vis du recyclage des matières plastiques.
Soyons lucides, il est loin le Siècle des Lumières où la France rayonnait de sa culture, de son savoir et de ses connaissances.


Que reste-t’il aujourd’hui de cette période, sinon le souvenir d’une époque révolue ?


Aujourd’hui, l’enjeu numéro un à l’échelle de la planète est l’éco-responsabilité dans tout ce que cela concerne. Il faut savoir pour un pays se départir de son ego, oublier le souvenir d’un lustre passé pour collaborer avec toutes les autres nations au travers de cet enjeu commun.
Peut être même qu’une bonne conscience collective serait à voir émaner de cette croisade, pour un monde rendu vivable pour nos enfants ?


Pourtant et heureusement, l’espoir existe

L’espoir, c’est par exemple la société privée Terracycle qui vient des USA.

Terracycle, c’est une initiative du secteur privé qui vient démontrer à tous qu’il est possible de recycler efficacement la plupart des produits, packagings, cosmétiques, tubes de dentifrices, .., que les villes sont pour l’instant incapables de recycler. Terracycle est aujourd’hui présente en France, au Royaume Uni et dans d’autres pays Européens, et réalise la collecte d’emballages que les localités refusent de collecter car elles sont techniquement incapables de les recycler. Ce savoir-faire provenant d’une initiative privée, permettant le recyclage de ce qui est considéré aujourd’hui comme « non recyclable » par les localités, devrait être mis en oeuvre par toutes les régions et les villes, il en va de l’avenir de nos enfants.


Alors que la Belgique est sur le point de mettre en service un recyclage de ce type, et que l’Allemagne toute entière est efficace sur la recyclabilité de ces mêmes matières supposées non recyclables, la France n’est toujours pas capable de recycler les millions de tubes de dentifrices et autres produits qui sont pourtant quotidiennement recyclés en Allemagne.

En pharmacie, en France, à Marseille, Paris ou bien à Nice, la société Cyclamed collecte les médicaments périmés ou partiellement utilisés. Mais qu’en est-il des packagings de ces médicaments, sont-ils recyclés ou bien incinérés ?

Les pharmaciens qui en France représentent une merveilleuse couverture du territoire, seraient certainement favorables pour être plus impliqués dans le retour vers leurs officines, à des fins de recyclage salutaire, de tous les conditionnements et autres packagings de produits issus de leurs pharmacies. Plutôt que d’éviter cet enjeu essentiel, les instances pharmaceutiques devraient prendre véritablement en considération ce défi de biens communs, pour lequel le but vertueux est la santé et la vie de nos enfants. Recycler les matériaux plastiques existants et cesser d’en produire de nouveaux, il n’y a pas d’autres choix possibles.


Le plastique « vert », qu’en est-il ?


D’où vient donc ce fameux « green PE » ou « green plastic », ou « plastique végétal », dont le nom fait les beaux jours des professionnels du marketing ? Quelle est sa composition, de quelle recyclabilité parle t'on ? Le plastique vert est généralement issu de la culture intensive de la canne à sucre, sa composition chimique est presque en tous points identique à celle du PE issu des matériaux fossiles. La recyclabilité du green PE est identique à celle du plastique traditionnel, c’est à dire qu’il ne faut surtout pas croire qu’il va se décomposer tranquillement dans le compost du fond de son jardin, non cela n’est pas possible.


Sa recyclabilité est identique à celle du plastique traditionnel. Tous les pays, sans exception, doivent impérativement mettre en place les protocoles et technologies de recyclage des matières plastiques, de toutes les matières plastiques, quelque soit les formes de celles-ci, ceci n’est pas optionnel, c’est vital.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.