Déconfinement après mise en faillite du pays

La France s’arrête de fonctionner pendant deux mois, de mi-Mars à mi-Mai 2020. Que s’est-il passé ?

A-t’on rêvé, ou plutôt a-t’on fait un horrible cauchemar qui a duré pendant près de deux mois ?

Comment le pays va-t’il se réveiller après un tel cauchemar éveillé ?

Ces deux mois ont été la démonstration du courage, de la persévérance et de la solidarité de l’ensemble du peuple français. L’unité de tous face à ce péril invisible qui a emporté à ce jour près de 20.000 personnes en France.

Cette immense dévotion de tout le personnel de santé, infirmières, infirmiers, aide-soignants, médecins, pharmaciens, pompiers, ambulanciers, de toutes celles et ceux qui se sont mobilisés en donnant le meilleur d’eux-mêmes, et souvent plus encore, c’est le témoignage de l’humanité qui est en chacun des français.

A Nice, comme à Paris ou dans toutes les provinces de France, les pharmacies sont restées ouvertes pour maintenir leur mission de santé, malgré des conditions de stress intense, sans commune mesure avec leur exercice quotidien habituel.

Le corps médical français a pris ses responsabilités durant cette période cauchemardesque, causée par la pandémie à Coronavirus Covid 19. Pour autant, malgré l’extraordinaire dévotion de tout le corps sanitaire français, la France s’apprête à mettre en place à partir de mi-Mai, le processus de déconfinement qui va dévoiler un pays dont la majorité des acteurs économiques sont en quasi faillite.

Comment un pays tel que la France, qui n’a traditionnellement cessé de s’enorgueillir de sa formidable puissance, est-il sur le point de se réveiller en état de K-O économique ?

Il est intéressant de remonter au mois de Janvier 2020, quand l’épidémie due Coronavirus Covid19 sévissait en Asie, notamment en Chine. Aux mois de Janvier et Février 2020, en pleine épidémie en Asie, les divers porte-paroles du gouvernement français n’ont pas hésité à officiellement transmettre de fausses informations aux françaises et aux français. Ils ont ainsi affirmé qu’une telle épidémie ne serait pas possible en France, et que les stocks de masques protecteurs étaient suffisants pour protéger la population, donc en résumé qu’il n’y avait pas de raison de s’inquiéter.

Tandis que la Chine, Taiwan ou bien la Corée du Sud ont fait preuve d’une véritable maîtrise de la pandémie, en confinant rapidement la population, puis en mettant à disposition de celle-ci les masques et en pratiquant massivement les tests de dépistage, la France a fait le choix de honteusement rassurer les français dans un premier temps, puis de confiner pendant deux mois l’ensemble de la population sans pour autant mettre massivement à disposition les masques, ni en pratiquant également massivement les tests de dépistage.

Après quatre mois depuis le début en Asie de l’épidémie, voici les chiffres officiels du nombre de personnes confirmées positives au Coronavirus Covid 19, par million d’habitants:

- en France: 1667,08 personnes positives par million d’habitants.
- en Chine: 59,01 personnes positives par million d’habitants.
- en Corée du Sud: 205,89 personnes positives par million d’habitants.
- à Taiwan: 16,86 personnes positives par million d’habitants.

Il est bien entendu possible de prétendre que les chiffres concernant la Chine puisse être remis en cause. Néanmoins, les chiffres parlent d’eux-mêmes, et s’il y a 8,10 fois moins de cas en Corée du Sud qu’en France, il y a jusqu’à 98,87 fois plus de cas en France par rapport à Taiwan.

Si, en France, les responsabilités avaient été prises sérieusement et courageusement de la part des gouvernants, avec la ferme intention de réellement protéger la santé des femmes, des hommes et des enfants, ainsi que cela a été fait en Asie, des milliers de vies auraient été épargnées et l’économie du pays ne serait pas sur les genoux. Il n’y a pas de couleur politique qui ne soit concernée par cette responsabilité supérieure.

Où se situe donc l’humanité de nos gouvernants pour à ce point sacrifier des êtres humains dans leur santé et dans l’économie qu’ils représentent ?

Que faut-il espérer de la part de ces mêmes « responsables » lorsque l’on aborde ensuite la problématique non résolue du dérèglement climatique, et en particulier l’Accord de Paris ?


Notre optimisme naturel est plus que jamais mis à rude épreuve.
Réfléchissons et soyons courageux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.