riposte2018
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 juin 2021

rapport sur les violations des droits humains en Algerie

Ce rapport de l'Organisation Non Gouvernementale Riposte Internationale a pour ambition pour l’année 2021 de recenser et documenter au mieux possible les violations systématiques des droits humains par la dictature militaire qui sévit en Algérie.

riposte2018
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

RIPOSTE INTERNATIONALE

ORGANISATION NON GOUVERNEMENTALE

DE DEFENSE DES DROITS DE L’HOMME

08, Rue du Général-Renault, 75011, Paris, France

Tel : 0336 34 36 62 29

Email :riposte2018@gmail.com

RAPPORT SUR LA SITUATION POLITIQUE ET DES DROITS DE L’HOMME

EN ALGÉRIE

Rapport du mois de Mai 2021

À Votre Excellence, Monsieur le Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies.

À Votre Excellence, Madame Michelle Bachelet, Haut-Commissaire aux droits humains,

Excellences,

La fin de non recevoir et la répression opposée comme réponse par le pouvoir militaire aux revendications légitimes des millions d'Algériens qui portées sans relâche depuis  le 16 février 2019,à savoir un État démocratique et le respect des droits de l'homme.

Son indifférence totale à vos rappels du 5 mars et  du 11 mai 2021 et aux mises en garde du parlement européen , Amnesty internationale et différentes ONG pour cesser son acharnement répressif sur le peuple pacifique, et vu sa fuite en avant en croyant qu'il peut violer toutes les conventions et traites internationaux qu'il a signés sans la moindre inquiétude de rendre compte un jour sur ses crimes contre un peuple Pacifique .

Pour toutes ces raisons et en complément à notre correspondance du 15/05/2021, nous avons l'honneur de nous adresser encore une fois à Votre Excellence afin de vous exposer la réalité de la situation des droits de l'homme en Algérie et  les violations incessantes et répétées des droits  fondamentaux des citoyens de l’Algérie et  l'acharnement de plus en plus violent et répressif du  pouvoir convaincu de son impunité.

Comme la répression, la violence et les dépassements de toute nature par les forces de sécurité et de la justice instrumentalisée.

 les arrestations arbitraires et les jugements arbitraires , sommaires et expéditifs contre les journalistes, les intellectuels, les militants pacifiques, les blogueurs, et même les mineurs et les handicapés sont quotidiens, il nous est impossible d'énumérer toutes ces atteintes aux droits et à la dignité humaines, au vu de leur étendue Pour cela, nous nous contentons d'en relater les plus graves que la junte militaire fait subir à toutes les catégories de la société depuis le mois de janvier de cette année 2021 à ce jour :

La plus effroyable et la plus terrible de toutes, qui à provoqué une énorme vague d’indignation est l'agression par les forces de sécurité dont a été victime le mineur : Chouanne Mohamed Arezki Saïd. Ce garçon de 15 ans, qui est sorti dans la rue pour manifester et exprimer  sur son avenir hypothéqué par la junte militaire, fut arrêté par la police algérienne et qui d'après ses déclarations, a été victime d'abus sexuel par ces agents censés le protéger. Après avoir dénoncé ce viol, le pouvoir militaire qui a l'habitude de faire taire ses victimes n'a pas trouvé mieux que de le présenter devant un juge , qui l'a retiré à sa mère en le plaçant le 25/04/2021,dans un centre de protection d'enfants à 250 km du domicile de sa mère pour le sanctionner d'avoir osé dénoncer le crime. Et ses agresseurs courent toujours sans la moindre inquiétude quand  lui-meme subit une détention qui ne dit  pas son nom.

Cette atteinte à l'enfance et à l'innocence inaugure un tournant plus répressif avec comme objectif terroriser les citoyens et étouffer toute velléité de révolte  après la mort du porte-parole du Mzab,le DocteurKamel Eddine Fekhar, et du journaliste Mohamed Talmalt durant leur détention arbitraire. À ce titré nous vous faisons part de notre profonde inquiétude concernant les conditions inhumaines de détention réservées aux détenus pour délits en général et les condition déplorables du monde carcérale en général . à ce titre nous suggerons qu’une enquête soit diligentée par votre organisation conjointement avec d'autres ONG .

Après deux ans de révolte et de marches pacifiques qui ont suscité l'admiration du monde entier  des millions d'Algériens battent le pavé deux fois par semaine dans la majorité des villes du territoire sans céder à la moindre provocation tendue par le régime.

Les choix du régime restent tactiques avant tout ayant comme unique objectif son maintien ne reflètent que sa volonté d'escalade et refuser toutes solution politique dont il ne serait pas l'initiateur et l'unique bénéficiaire , sinon la seule alternative en lieu et place serait l'option d’une confrontation ouverte contre le  peuple algérien.

Ces dernières semaines, une arme  a été utilisée contre les citoyens de la localité d'Akbou, Wilaya de Bejaïa, c'est une arme qui lance des projectiles sous forme de petites seringues au contenu inconnu avec aiguille en forme d'hameçon et si la victime tente de la retirer les dégâts ne seront qu'énormes, car il peut sectionner les veines et les artères. Notre inquiétude est grande quand  à une probable utilisation d'une arme non conventionnelle.

Le président "Teboune installé par l'armée", comme le scandent chaque mardi et  vendredi les millions de manifestants, a tenté de tromper l'opinion internationale en prononçant une amnistie présidentielle pour certains détenus d'opinion, mais la réalité est autre. Il a libéré une poignée, qu'il a remplacée par des centaines d'autres pour les mêmes chefs d'accusation., ce qui a été présenté comme une mesure d’apaisement n'a été qu'une opération de communication vite démasquée.

Monsieur Saïd Salhi,  président de la Ligue Algérienne pour la défense des droits de l'homme (LADDH) vient de publier sur page Facebook qu'en l'espace deux semaines, il a été recensé 2000 arrestations.

A ce jours 175 détenus d'opinion, des centaines de Hirakistes (militants du Hirak) en liberté provisoire, un journaliste en prison et d'autres sous contrôle judiciaire, des partis politiques et des associations menacés de dissolution à l'instar de l'Union pour le Changement et le Progrès (UCP), parti de l'avocate militante Zoubida Assoul et du PST (Parti Socialiste des Travailleurs) et des associations SOS Bab El Oued et RAJ (Rassemblement Actions Jeunesse), le débat et l'espace publics sont fermés, les champs démocratique, politique, associatif et médiatique totalement verrouillés. Des chiffres qui font froid dans le dos et denotent du degré de la répression à la veille des élections législatives imposées par la force.

Le pouvoir qui réprime par les moyens les plus féroces et par tous ceux qui osent dénoncer sa barbarie en Algérie, malgré ses diverses manœuvres de torpiller l'action de la diaspora qui n’hésite pas à se rapprocher auprès des instances et de l'opinion internationales , après avoir qualifié cette communauté patriotique, s'est vue traiter d'ennemis de la nation, de vendue au profit des forces étrangères… son ministre de la justice a proposé une loi portant sur la déchéance de la nationalité à l'encontre des citoyens résidants à l'étranger qui  usent de leur droit fondamental d’espérer  et de réclamer le départ de ce régime.

La garantie de l’impunité semble encourager le régime Algérien dans ses options répressives

La gestion de la réouverture des frontières s'inscrit en droite ligne de ces option, avec un Protocole qui a bien du mal à cacher ses objectifs de dissuader le plus grand nombre d'Algeriens de se rendre en Algérie.

Depuis la reprise des marches du Hirak le 16/02/2021, le pouvoir ne fait qu'accentuer sa répression sans aucune distinction. La sacralité de l'enfance est violée et la dignité de la femme n'a pas été épargnée. Lors de la 117e marche correspondant au vendredi 14/05/2021, durant laquelle la police a arbitrairement arrête plus de 700 personnes et pire encore, certains éléments de cette police se sont déguisés en femmes policières pour interpeller les manifestantes. Si nous étions dans un pays de droit, ils seraient poursuivis pour attouchements sexuels, mais nous sommes dans un pays où la junte est au-dessus de toutes les lois et de toutes les conventions qu'elle a signées. Il nous a été egalement signale plusieurs perquisitions illegales de domiciles de militants et activistes qui n’est pas sans nous rappeler les heures sombres de notre guerre d’independance.

Comme la justice, les forces de sécurité et les diverses institutions censées protéger les citoyens font l'objet d'une instrumentalisation au service des intérêts du régime et contre ceux des citoyens.

Des accusations multiples  d'une extrême gravité sont portées à l'encontre des militantes et des militants , telles que : atteinte à l’intégrité du territoire national, dix ans d’emprisonnement et 3 000 à 70 000 dinars d’amende (Code pénal, article 79) ; atteinte au moral de l’armée, délit réprimé de cinq à dix ans d’emprisonnement (Code pénal, article 75) ; outrage à un agent de la force publique et envers l’ANP, Délit puni de deux mois à deux ans d’emprisonnement et de 1 000 à 500 000 dinars (Code pénal, articles 144 et 146) ; atteinte à l’intérêt national, délit puni d’un emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 3 600 à 36 000 dinars… tout un arsenal juridique mis à sa disposition .

La décision du pouvoir de classer deux organisation politiques à savoir le MAK ( mouvement pour l’auto-détermination  de la Kabylie) et le mouvement RACHAD comme organisations terroristes s'inscrit dans cette stratégie de l'escalade en désignant l'ennemi à abattre.

 Depuis vos rappels et ceux d'Amnesty international, de Reporters sans frontières et des différentes ONG, le pouvoir en place s'est même acharné davantage sur les citoyens en violant même sa propre constitution que le peuple a rejetée. Cette constitution qui garantit le droit de manifester et de s'exprimer librement a été piétinée notamment depuis vendredi 21/05/2021, les Algériens ont été empêchés de rentrer à leur capitale. Alger était quadrillée par les forces de répression au point d'arrêter des citoyens sur la base d'une suspicion  de vouloir manifester et toute personne non-résidante à Alger est  conduite a un commissariat de police. C'est  un état de siège qui ne dit pas son nom doublé d’un climat de guerre.

La liberté de la presse et la liberté d'expression pourtant assurées par cette même constitution sont quasiment nulles. C'est la répression aveugle et une condamnation lourde qui s'abattent sur tout journaliste, blogueur ou même simple citoyen qui ose ne serait-ce que filmer les marches pacifiques de leurs concitoyens et tout écrit qui rapporte la réalité du terrain ainsi que toute voix qui ose critiquer la barbarie du régime est lourdement sanctionné.

Tous les sites d'informations libres du pouvoir sont bloqués en Algérie.

Liste des journaux en ligne rendus inaccessibles en Algérie par le pouvoir en palce

  1. Le Matin d'Algérie lematindalgerie.com
  1. Maghreb Émergent https://maghrebemergent.info
  2. DZvid www.dzvid.com
  3. Kab News https://kab-news.com/
  4. AlgériePart https://algeriepartplus.com/
  5. Djaridati https://www.monjournal-dz.com/
  6. Interlignes www.inter-lignes.com
  7. Le provincial https://leprovincial.info/
  8. Tighremt, quotidien d'information en langue amazighe, a été interdit d'impression et commercialisation par le pouvoir. Pourtant, la dimension amazighe de l'identité algérienne est reconnue dans la constitution !
  9. Interdiction et censure des programmes de la chaîne El Magharibia, organe qui a accompagné le Hirak, mouvement de dissidence populaire et qui le couvre sur tout le territoire algérien depuis son début, le 16 février 2019.
  10. Un avertissement sévère a été adressé à la direction du journal Liberté pour ses écrits au sujet de la pandémie Corona. Le pouvoir pratique une dissimulation manifeste de la réalité sur la situation sanitaire réelle aux Algériens. Outre les Journalistes, les soignants sont aussi passibles d'interpellation dans le cas de divulgation d'informations sur la crise sanitaire qui sévit dans le pays. Il vient d'autoriser uniquement la presse publique à se déplacer sur le territoire national pour parler de la crise sanitaire.
  11. Les licenciements de journalistes dans les chaînes publiques, radios et télévision ont commencé en mars 2019. Dès le début, le pouvoir s'est employé à étouffer le secteur de l'information pour déstabiliser le Hirak. De nombreux journalistes ont été convoqués par les services de sécurité, certains ont été entendus par des juges pour des affaires qui n'ont aucun fondement juridique, d'autres sont condamnés à de la prison ferme.
  12. Ce représentant de RSF en Algérie est accusé d'incitation à un attroupement non armé et atteinte à l'intégrité du territoire national en cours d'instruction.
  13. Belkacem Djir est condamné à 3 ans de prison ferme. Il est accusé d'usurpation de fonction et de chantage.
  14. Abdelhaï Abdessamai est condamné à 3 ans de prison. Il est coupable d'avoir aidé le patron du journal Djatidati, Hicham Aboud, à quitter le territoire national.

Liste des détenus d’opinion par wilaya, mise à jour lei 27/05/2021,

par le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD) – Total = 149

Lieu de l'arrestation

Noms et prénoms des détenus

 et Date de l'arrestation

1

Alger

Boudah Nabil Mustapha (18/11/2020)

Lounes Hamzi (07/10/2020)

Ahmed Betrouni -Étudiant (05/04/2021)

Lounes Boutankikt -Étudiant (05/04/2021)

Zakaria Metidji- Étudiant (05/04/2021)

Adel Bensaada -Étudiant (05/04/2021)

Ben Rahmani Abdelhak dit Merouane (05/04/2021)

Talhi Saïd dit Zinou (05/04/2021)

Slimane Hocine (05/04/2021)

Abdelli Zouhir Abdeldjalil (05/04/2021)

Walid Oudjit (05/04/2021)

Agoumadz Bachir (05/04/2021)

Menkhel Mohamed Lamine (05/04/2021)

Salah Abdelhak (05/04/2021)

Malek Abdelhalim (05/04/2021)

Ahmed Ouakli (05/04/2021)

Omar Lerari (05/04/2021)

Lotfi Bouguerra (05/04/2021)

Benameur Belkacem Rachid (05/04/2021)

Ali Senouci (05/04/2021)

Fathi Diyaoui (05/04/2021)

Ahmed Lakhdari (05/04/2021)

Taazibt Abdelkayoum (05/04/2021)

Mohamed Selmane (05/04/2021)

Mohamed Tadjadit (08/04/2021)

Malik Riahi (08/04/2021)

Soheib Debaghi (08/04/2021)

Noureddine Khimoud (08/04/2021)

Tarik Debaghi (08/04/2021)

Nacer Meghnine (20/04/2021)

Smail Debaghi (27/04/2021)

Mohamed Amine Gheraia (27/04/2021)

Massoum Mahieddine (29/04/2021)

Djamal Lalileche (04/05/2021)

Zinedine Rahal (06/05/2021)

Afaf Megari (11/05/2021)

Toufik Melab (11/05/2021)

Abdelhak Belhoumari (11/05/2021)

Sofiane Wazib (11/05/2021)

Chafik Medjahed (11/05/2021)

Slimane Hamitouche (12/05/2021)

Saad Sadaoui (16/05/2021)

Nadir Mansouri (16/05/2021)

Abdelkhalek Maichiya (16/05/2021)

Saadoune Mouad Akkacha (16/05/2021)

Adlane Ben Ouareth - Étudiant (16/05/2021)

Yougortha Merbah (16/05/2021)

Mokhtar Serhane (16/05/2021)

Lounes Mourad Mohamed (16/05/2021)

Boudjemaa Guellal (16/05/2021)

Athmani Fateh (16/05/2021)

Mohamed Merad (16/05/2021)

Chawki Bakdache (16/05/2021)

Ouahid Benhalla (16/05/2021)

Yacine Gueriani (16/05/2021)

Saïd Haddad (18/05/2021)

Djamel Meziane (20/05/2021)

Mourad Kihal (23/05/2021)

Yakoub Kermache (23/05/2021)

Abdelkader Bouzaher (23/05/2021)

Haddadou Mohand (23/05/2021)

Ali Hadj Bachir (23/05/2021)

Samir Kahlal (23/05/2021)

Maamar Bouziani (23/05/2021)

Mohamed Bouagar (24/05/2021)

Réda Ameroud (25/05/2021)

Brahim Agraniou (25/05/2021)

Fouad Kali (25/05/2021)

Hakim Bouaichi (25/05/2021)

Hakima Bahri (25/05/2021)

Fatima Boudouda (27/05/2021)

Sadek Louil (27/05/2021)

Noureddine Abdelaziz (27/05/2021)

Moufida Kharchi (27/05/2021)

2

Relizane

Abdellah Benaoum (09/12/2019)

Ameur Ameur Youcef (17/09/2020)

Mahdjoub Adda Hocine (26/11/2020)

Bouachria Bouabdellah (14/04/2021)

3

Mostaganem

Bilal Menadi (01/12/2019)

Kacem Zerouali (30/08/2020)

Oussama Tifour (18/10/2020)

Abdelkader Tidjini (07/04/2021)

4

Chelf

Toufik Hassani (06/03/2020)

M'nouar Ouazene (06/01/2021)

Ali Mokrane (05/04/2021)

Brahim Chehima - Étudiant (12/05/2021)

Hamouda Tayyib (16/05/2021)

Hamza Foudad (17/05/2021)

Noureddine Zourgui (25/05/2021)

5

Aïn Timouchent

Saïd Riahi (19/07/2020)

6

Média

Smail Guerba (16/01/2020)

Mohamed Bourahmoune (07/04/2021)

Nadir Guendouz (28/04/2021)

Haythem Ould Terki (26/05/2021)

7

Adrar

Mohad Gasmi (14/06/2020)

Abdelkader Diba (20/10/2020)

8

Boumerdès

Mourad Mecheri (09/11/2020)

Sohaib Chaouchi (20/05/2021)

Abdellah Khomri (23/05/2021)

Salah Khomri Salah (23/05/2021)

Bilal Ferhoume (23/05/2021)

9

Ouargla

Ameur Guerrache (02/07/2020)

10

Biskra

Miloud Ben Rouane -Étudiant (04/10/2020)

Okba Mouaouka (16/05/2021)

11

Bourdj Bouararidj

Mohamed Touahria (19/01/2021)

Azeddine Talehi (16/05/2021)

Biyadha Elhocine (16/05/2021)

Nabil Belkhiri (16/05/2021)

Bourahla Hamoudi (16/05/2021)

Abderrahmane Meziti (16/05/2021)

Abdelkader Missaoui (23/05/2021)

Nasser Chekkal (23/05/2021)

12

Oran

Noureddine Tounsi (23/09/2020)

Yasser Rouibah (29/04/2021)

Tahar Boutache (29/04/2021)

Mustapha Guira (29/04/2021)

13

M'Sila

Youcef Libiar (08/12/2020).

14/ Khenchela :

Yacine Mebarki (01/10/2020)

14

Khenchela

Yacine Mebarki (01/10/2020).

15

Tipaza

Sami Dernouni (07/12/2020)

16

Tiaret

Mohamed Laroussi (15/11/2020)

17

Batna

Fayçal Drid (28/02/2021)

Abdelaziz Boukhanoufa (28/02/2021)

18

Tizi Ouzou

Djamel Azaim (fin 2019)

Nabil Karbouai (23/05/2021)

19

Guelma

Tahar Ouchen (20 janvier 2021)

20

Annaba

Jalil Bouamer (24/03/2021)

Achref Mouissi (17/05/2021)

Amor Berrezak (17/05/2021)

Hassen Aouadi (17/05/2021)

21

El Baydh

Ayoub Chahetou-Etudiant (28/03/2021)

22

Tissemsilt

Mohamed Amine Kadi (04/04/2021)

Lahcen Kaïd (20/05/2021)

23

Sétif

Mohamed Ait Larbi (07/04/2021)

Youcef Bouabdellah (16/05/2021)

Hocine Ben Dhiab (16/05/2021)

Noureddine Koli (16/05/2021)

Farouk Mahdaoui, (16/05/2021)

Abdelmalek Achouri, (16/05/2021)

Noureddine Masmoudi, (16/05/2021)

Abdesselam Ayed, (16/05/2021)

Khaled Fayçal, (16/05/2021)

Moussa Touil, (16/05/2021)

Djaffar Guechi, (16/05/2021)

Noureddine Khotir, (16/05/2021)

Larbi Rabdi, (16/05/2021)

Abdelmalek Fellahi (16/05/2021)

Khodir Aggoune,(16/05/2021)

Meziane Bachir,(16/05/2021)

Smail Tartag,(16/05/2021)

Bakiri Ahmed Chokri,(16/05/2021)

Omar Laaouamene,(16/05/2021)

Hamissi Nouari, (16/05/2021)

Moussa Rahmani,(16/05/2021)

Bouhadra Farouk (16/05/2021).

Samir Merzougui - Étudiant (16/05/2021)

24

Tamanerasset

Rabah Kareche (19/04/2021)

25

Telemecen

Tahar Missoum (06/05/2021)

26

Constantine

Saad Guetteche (16/05/2021)

Sabil Mohad (23/05/2021)

Amine Driouche (23/05/2021)

27

El Oued

Ali Bekicha (17/05/2021)

28

Skikda

Mohamed Lamine Mosbah (23/05/2021)

Kamel Sify (23/05/2021)

Bougueriata Ahcene (23/05/2021)

Chbel Toufik (23/05/2021)

Moussa Chetoum (23/05/2021)

Boumendjel El Khanaoui (23/05/2021)

Radjama Ahcene (23/05/2021)

Yahiaoui Karim (23/05/2021)

Ahcene Guetache (23/05/2021)

29

Bejaïa

Maouche Menad (24/05/2021)

Fateh Karim (24/05/2021)

Bousselam Boujemaa (24/05/2021)

Chakri Fawzi (24/05/2021)

Djoudi Djamel (24/05/2021)

Kased Younes (24/05/2021)

Ait Mensour Zahir (24/05/2021)

Laoubi Merzouk (24/05/2021)

30

Mascara

Habib Si Chouaib (25/05/2021)

Miloud Makhloufi (27/05/2021)

31

Jijel

Ahmed Bouhena (26/05/2021)

32

Tebessa

Aziz Bekakria (26/05/2021)

Redouane Hamidi (26/05/2021)

Azeddine Mansouri (26/05/2021)

Abderraouf Arslane (26/05/2021)

Madame, Monsieur,

L'heure est grave, la junte militaire au pouvoir qui méprise tout un peuple, qui défie toutes les instances internationales en dédaignant ses résolutions et ses appels à la raison, qui viole au quotidien les droits de l'homme, les droits de l'enfance, des femmes, des handicapés et qui porte atteinte à la dignité humaine. Ce pouvoir tyrannique est en train de pousser par sa répression, sa brutalité et ses viols, le peuple pacifique à répondre par la violence afin de justifier un génocide qu'il commettra sur lui.

Afin d'éviter les scénarios dramatiques, syrien, irakien et libyen, nous vous implorons à prendre cette fois des mesures qui obligeront cette junte au pouvoir à respecter la volonté de tout un peuple et de le stopper dans sa folie meurtrière qui ne peut débaucher que sur un drame que vous pouvez voire devez éviter avant qu'il arrive. Nous qui suivons de très près la situation, nous croyons que ce désastre est imminent.

Dans l'attente de vos mesures que nous espérons cette fois, fortes et exigeantes pour que cette poignée de chefs de l’armee cesse de réprimer, de violer, de torturer de voler et de brimer les libertés individuelles et collectives de tout un peuple.

Nous vous prions d’agréer, Mesdames et Messieurs, l’expression de notre haute considération et de croire en l’espoir que nous plaçons en vous.

Paris, le 28mai 2021

Riposte internationale

Pour le Bureau fédéral

Ali Aït Djoudi

Tel : 0336 34 36 62 29

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat