riposte2018
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juil. 2022

Déclaration de la société civile algérienne : le pouvoir doit tourner la page de la répression

60 ans après, notre pays qui a si chèrement conquis son indépendance, est encore privé de libertés. 60 ans après, nos prisons renferment des centaines de détenus d’opinion dans des conditions carcérales inhumaines et indignes des sacrifices de nos chouhadas. Le pouvoir doit rétablir le droit, celui qui permet de vivre libre dans son pays. C’est cette Algérie que nous voulons, celle dans laquelle notre jeunesse pourra réaliser ses espérances.

riposte2018
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Porte de cellule

60 ans après, l’Algérie est toujours dans le déni du droit universel, celui qui respecte les droits humains et l’indépendance de la justice.
Est-ce acceptable de voir cette Algérie tourner le dos à des citoyens qui ont voulu libérer la parole, revendiquer justice sociale et démocratie et un devenir meilleur pour leurs enfants à travers un mouvement populaire pacifique ?
Ce 60e anniversaire ne peut être une fête tant que tous les détenus.es n’ont pas été libérés, que tout.e.s celles et ceux poursuivi.e.s par des procédures judiciaires et aux procès reportés indéfiniment, ne soient acquittés et que l’article 87 bis, à l’origine de bien des dérives, ne soit abrogé.

Les mesures prises ou promises d’une grâce des détenus.es, ont touché des milliers de détenus de droit commun mais très peu de détenus d’opinion.

La volonté d’un consensus national exprimé à travers « Lem cheml » s’avère restrictive et même discriminatoire. Peut-on parler de « Lem cheml » quand des citoyens sont injustement incarcérés pour leurs opinions et malmenés de façon insupportable par la justice ?
Peut-on fêter le 5 juillet quand des enfants de moudjahidine et de chouhadas sont en prison pour avoir espéré une vraie indépendance, celle qui permet l’émancipation de son peuple ?

Cette « Hogra » insupportable pousse les détenus.es à entamer des grèves de la faim successives mais sans écoute ni considération. Ils ont décidé d’user de cette ultime action encore une fois ce 6 juillet 2022 pour dénoncer cette incarcération injuste et si douloureuse pour leurs familles.

Lhadi Lassouli et une dizaine de détenus entre les prisons de Berrouaghia et d’El Harrach, rejoints par Mohand Tadjadit et ses compagnons de détention à Bouira, sont décidés à faire entendre leur cause. Leur vie est en danger.

Leur santé est fragilisée par leurs conditions de détention. Aucune couverture sanitaire ne leur est convenablement assurée. Les autorités comme l’administration pénitentiaire sont interpellées gravement. L’opinion publique nationale et internationale est prise à témoin sur la gravité de la situation de nos détenus.es.
La dignité humaine comme le droit d’opinion sont garantis par tous les textes y compris ceux ratifiés internationalement par l’Algérie.

On ne peut pas, on ne peut plus se taire devant cette injustice d’Etat. Le pouvoir doit tourner la page de la répression et rétablir le droit, celui qui permet de vivre libre dans son pays. C’est cette Algérie que nous voulons, celle pour laquelle se sont sacrifiés nos chouhada, celle dans laquelle notre jeunesse pourra réaliser ses espérances.


Algérien.nne.s de par le monde, le 18 juillet 2022

Liste des premiers collectifs signataires par ordre alphabétique :

Collectif pour une Alternative Démocratique et Sociale en Algérie _ CADSA – (Marseillen France)

Collectif Hirak de Barcelone (Espagne)

Collectif Hirak de Genève (Suisse)

Collectif Hirak de Londres (Grande-Bretagne)

Collectif Hirak de Lyon (France)

Collectif Hirak de Milan (Italie)

Collectif Hirak de Strasbourg (France)

Collectif Libérons l’Algérie ! (France)

Collectif Stand for Algeria (Vienne, Autriche)

Collectif Hirak West Germany (Allemagne)

Comité Algérien Contre la Torture et les Conditions Carcérales Inhumaines – CACTCI (Algérie)

Comité National de Libération des Détenus – CNLD (Algérie)

Comité de Solidarité des Travailleurs – CST (Béjaïa, Algérie)

Comité de Soutien au Hirak – CSH (Marseille, France)

Front contre la répression – (Béjaïa, Algérie)

L’ACDA Agir pour le Changement et la Démocratie en Algérie (France)

Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme – LADDH (Algérie)

Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme – LADDH (Section d’Oran, Algérie) .

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel