riposte2018
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 janv. 2023

riposte2018
Abonné·e de Mediapart

Rapatriement de la dépouille de Jugurtha Laouarguoui dit Frawassen.

Jugurtha Laouarguoui dit Frawassen, a été retrouvé mort le 4 décembre 2022. Condamné arbitrairement à une peine de vingt ans de prison pour son engagement politique, Jugurtha a fui l'Algérie. Les autorités algériennes ont refusé, pendant vingt jours de délivrer les documents nécessaires pour le rapatriement de sa dépouille pour qu'il soit enterré en Algérie.

riposte2018
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                                                                                                                                                                               

                                                Communiqué sur le rapatriement de la dépouille de Jugurtha Laouarguoui


Nous vous informons que la dépouille de Jugurtha Laouarguoui dit Frawassen, a enfin été rapatriée en Algérie, aujourd'hui, le 24 janvier 2023. Son enterrement est prévu pour demain 25 janvier à Attouche, en Kabylie, dans la Commune de Makouda, Wilaya de Tizi Ouzou. 

Les membres et ami-e-s de Riposte Internationale, expriment ici leur soutien à sa famille et à ses proches. Que Jugurtha Laouarguoui repose en paix et que sa terre natale lui soit légère.

                                                                                 Bref Rappel Des faits


Âgé d’à peine 38 ans, Jugurtha LOUERGUIOUI, était un jeune père de famille, il laisse derrière lui trois enfants. Ils vivent actuellement dans son village natal en Kabylie à Attouche.
Selon les premiers éléments de l’autopsie, la cause de la mort de Jugurtha est, qualifiée de « mort violente ».  L’autorité judiciaire poursuit toujours ses investigations.

La levée du corps de Jugurtha a eu lieu le 3 janvier 2023 à l’Institut médico-Légal de Paris. Tous les documents usuels et nécessaires à son rapatriement, ont été déposés au préalable aux autorités consulaires algériennes de Nanterre.


Toutefois, ces dernières n’ont pas délivré les autorisations nécessaires à son rapatriement et ont placé le corps de Jugurtha Laouarguoui durant vingt jours, dans un dépôt mortuaire, laissant sa famille dans l’incertitude du devenir du corps du défunt et ajoutant ainsi du malheur au drame qui l’endeuille. 

Condamné arbitrairement à une peine de vingt ans de prison pour son engagement politique, Jugurtha craignant avec raison d’être arrêté et écroué, fut contraint de fuir son pays pour solliciter la protection de l’État français, après avoir transité par l’Espagne en tant que demandeur d’asile persécuté par l’État algérien.

Établi à Paris en situation régulière en tant que requérant d’asile auprès de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) depuis le mois d’avril 2021, discret et apprécié par son entourage, il vivait paisiblement et n’a fait l’objet d’aucun signalement à la police ni d’aucune poursuite judiciaire.

Les circonstances de la mort de Jugurtha Laouarguoui, entourées de suspicion, révèlent des raisons légitimes de vouloir quitter l’Algérie à tout prix du fait de la peur avérée qu’engendre les condamnations arbitraires des Algériens pacifistes. Elle, révèle en outre, que les personnes en fuite ne sont pas à l’abris de perdre la vie dans des conditions qui suscitent de graves interrogations. Le retard mis à autoriser la levée du corps, est un indice, s’il en est,  du rapport de force et des intimidations éhontées , que les autorités consulaires algériennes engagent contre ses citoyens en exil.

A cet effet, à Riposte Internationale, nous demandons aux autorités françaises de faire le nécessaire pour qu’une enquête soit diligentée dans les meilleurs délais avec une interpellation des autorités algériennes.
Nous dénonçons ici avec force, cette dérive du régime et appelons au respect des droits et libertés consacrés par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et des textes qui en découlent.


Nous réitérons ici, notre indignation quant à l’instrumentalisation de la justice, pourtant rejetée par une majorité de magistrats qui ont manifesté au côté du peuple durant le Hirak. Ils revendiquaient l’indépendance effective de la Justice qui autrement, priverait les mis en cause de leurs droits à un procès équitable. C’est par cet abus de droit, que Jugurtha Laouarguoui a été condamné.


Pire encore, même décédé, les autorités algériennes, n’ont pas observé le respect et la décence que l’on doit tant à la dépouille de Jugurtha Laouarguoui, qu’à sa famille.

Ce mépris affiché par les autorités algériennes, porte atteinte au repos des défunts et empêche sa famille et proches de faire leur deuil. 

Nous condamnons cette attitude et nous appelons les autorités algériennes à respecter le droit de tout citoyen algérien mort à l’étranger et sa famille, à être traités avec respect, dignité et décence et ce, indépendamment des opinions politiques ou de la situation du défunt vis-à-vis de la justice algérienne. Il en va du respect de l’État de droit.

Pour le Bureau Fédéral

le président Ali Aït DJOUDI,

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report