RK34
Robert Kissous - Communiste - Militant associatif - Rencontres Marx
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 janv. 2022

Israël, une logique d’ensemble. Apartheid et annexion

Tribune Publiée dans l'Humanité le mercredi 1er Août 2018

RK34
Robert Kissous - Communiste - Militant associatif - Rencontres Marx
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avec  le vote de la loi « fondamentale » définissant ce pays comme « l’État-nation du peuple juif », Israël  devient officiellement un état d’apartheid.

Passons sur le fait que la définition de qui est juif ou pas est la prérogative exclusive du Rabbinat Orthodoxe d' Israël, et non de l’Etat. Un privilège exorbitant contesté d’ailleurs par d’autres courants religieux du judaïsme.

Nombre de dispositions inscrites dans cette loi existaient déjà de facto. Par exemple l’arabe n’était une langue officielle que de manière anecdotique, certains quartiers étaient déjà réservés aux seuls juifs etc. Aujourd'hui la Knesset inscrit ces pratiques dans le marbre leur donnant une base légale et force de loi. Il ne faut pas en sous-estimer l’importance.

Cette officialisation n’est pourtant pas sans risque pour l'image déjà fort dégradée d’Israël : l’affirmation d’un apartheid institutionnel provoque des remous y compris dans une partie de la communauté juive aux Etats-Unis.

Pourquoi l’avoir prise maintenant ?

Après l’annexion de Jérusalem devenue capitale d’Israël, il s’agit de profiter de la conjoncture actuelle - le soutien total de Trump, la grande « bienveillance » des pays du Golfe et de l’Egypte -  pour aller de l’avant c’est-à-dire vers l’annexion pure et simple de larges pans de la Cisjordanie et la mise sous tutelle israélienne du reste de celle-ci qualifiée d’autonome. C’est la fameuse escroquerie présentée comme plan de paix de l’administration étatsunienne.

Cette loi qui fait des Palestiniens d’Israël des citoyens de dernière catégorie, donne en même temps une base légale à l’apartheid déjà pratiqué en Cisjordanie : les colonies, exclusivement juives, sous législation israélienne, font partie d’Israël.

Ainsi la législation et la pratique deviennent les mêmes des deux côtés des frontières de 1967. « L’homogénéisation » étant assuré, le plan d’annexion est en route. L’objectif étant d’annexer le plus de terre possible avec le moins de population palestinienne possible. L’apartheid prépare l’annexion.

Un exemple en cours. Après les tentatives à Bab El Shams et Jabal Al Baba, l'armée intervient aujourd'hui à Khan Al Ahmar afin de détruire ce village palestinien, en chasser les habitants. Cette intervention illustre la volonté de nettoyage de cette partie de la Cisjordanie, appelée zone E1 où Israël annonçait en 2012 vouloir construire 3.000 logements, afin de faire la jonction entre Jérusalem et la grande colonie de Maale Adoumim / Mishor Adoumim. Ces événements rencontrent une forte opposition de la résistance populaire palestinienne. Malgré cette résistance, un soutien international important et une intervention diplomatique de l'UE, Israël poursuit son objectif.

Colonisation, dépossession, apartheid, nettoyage ethnique, annexion : le tout se tient. C’est la logique d’ensemble qu’il faut détruire.

La lutte pour l’abrogation de cette loi raciste et pour la démocratie, contre le processus de fascisation qui se développe en Israël, est une composante nécessaire de cette lutte globale. Non pas pour revenir à la formule de l’Etat juif et démocratique, qui signifiait déjà une ségrégation de facto, mais pour un Etat de tous ses citoyens, sans aucune distinction religieuse ou ethnique. Les progressistes israéliens doivent pouvoir compter sur nous dans cette bataille.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — Politique
Le député de Charente Jérôme Lambert logé chez un bailleur social à Paris
Le député Jérôme Lambert, écarté par la Nupes et désormais candidat dissident pour les élections législatives en Charente, vit dans un logement parisien de 95 m2 pour 971 euros par mois. « Être logé à ce prix-là à Paris, j’estime que c’est déjà cher », justifie l’élu qui n’y voit rien de « choquant ».  
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet