Paradigme & Prospective : une nouvelle revue alternative et progressiste dans les kiosques

“Se préparer aujourd’hui à demain”, tel est le slogan de Paradigme & Prospective qui, dans les kiosques et en ligne, vient enrichir le paysage médiatique national. Fort de sa formule unique plurimédia, le titre s’inscrit dans la filiation du journalisme engagé avec sa ligne éditoriale, volontairement, offensive, affirmée et assumée.

Revue libre et indépendante, Paradigme & Prospective dénonce, s’oppose et réveille les consciences. Sa mascotte, vieil âne gris souris, mordante et obstinée, incarne l’esprit du titre et traduit l’ambition de revenir aux fondamentaux du journalisme, favorisant l’investigation, les grands sujets sociétaux et les articles de fond.
La revue qui suscite la réflexion s’efforcera de délivrer des informations inédites, alternatives, controversées voire habituellement proscrites, conduisant souvent à prendre le contre-pied des idées reçues et avoir ainsi une autre lecture de l’actualité enfin décryptée et non “formatée”.

 

Paradigme & Prospective est disponible en kiosques (http://www.trouverlapresse.com) depuis le 8 janvier 2016 (sortie nationale) et sera diffusée sur le web et les réseaux sociaux à compter du 22 janvier 2016.
Au sommaire de ce premier numéro, un dossier majeur : « Economie de marché : crime contre l’humanité ? » avec, en éclairage, le témoignage de Dominique Michel, président du Syndicat de lutte contre les banques (SLCB), qui dénonce les pratiques de « titrisation des créances bancaires : un nouveau ˝Code noir˝ » et Gérard Faure-Kapper, président de l’Association pour la légalité des opérations et mouvements bancaires (Aplomb), qui révèle que « toutes les banques françaises pratiquent l’usure ». En substance, l’interview du penseur de la complexité, Edgar Morin, de l’économiste, Jacques Attali, de la militante altermondialiste, Susan George, de « l’Économiste atterré », Benjamin Coriat et le témoignage de bien d’autres personnalités engagées.
Découvrez, enfin, le premier volet de la rubrique "Les hérétiques" qui revisite par la saga "Ces scientifiques persécutés" les oubliettes et les cachots de l'histoire avec, notamment, le retour sur le cas "Beljanski" qui fut aussi une "affaire d'État". Monique Beljanski qui fut l’épouse et l’assistante du, très controversé, chercheur français, a accepté de répondre aux questions de Paradigme & Prospective depuis le siège de la fondation Beljanski à New York (USA), 19 ans après l’arrestation du biochimiste.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.